À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Guermantes729 le Dim 1 Oct 2017 - 11:53

@Elaïna a écrit:Oui et non, certains le savent très bien. Mes terminales st2s infectes étaient allées de plaindre parce que j'avais eu l'outrecuidance de mentionner leurs bavardages sur les bulletins et que ça allait les pénaliser pour APB...

Oui bien sûr, tu as raison

Guermantes729
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par LordSteven le Dim 1 Oct 2017 - 12:00

@lene75 a écrit:Ceux qui ont des faibles moyens intellectuels et scolaires mais qui savent se comporter correctement vont en L,

Je devrais faire lire cette phrase à mes L qui s'amusent à chercher des catachrèses ou des hendyadins à tout bout de champ, qui lisent les philosophes des lumières ou la poésie post-moderniste par plaisir, je serais curieux de savoir ce qu'ils penseraient d'un enseignant, de surcroît de philo, qui se permet de penser cela de la filière littéraire. Cela dit... nous arrive en terminales une jeune fille d'un établissement d'une autre region, les critères de passage en L semblent en effet très différents, la pauvre se retrouve manifestement dans un film de science fiction. Elle aurait été beaucoup plus à l'aise dans un établissement privé, qui chez nous râtissent large pour survivre. Mais de grâce ne généralisez pas sur les L, il reste encore des établissements où ce sont des classes d'élite.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
LordSteven
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par RogerMartin le Dim 1 Oct 2017 - 12:05

@pogonophile a écrit:Pour revenir sur la question de départ posée par l'article, qui est celle de la ségrégation scolaire et de son évitement, en particulier à Paris, je propose de relire celui de Piketty qui a fait du bruit l'an dernier :
http://piketty.blog.lemonde.fr/2016/08/31/le-gouvernement-souhaite-t-il-vraiment-la-mixite-sociale/

Les quartiers du 18e sur lesquels Piketty se penche sont un bon exemple des quartiers gentrifiés où la mixité apparaît dans la rue, les immeubles, le 1er degré, mais pas dans les collèges - j'imagine que l'auteur de l'article discuté ici vit là ou dans un quartier similaire.

Il y a eu la mise en place pour cette rentrée de "secteurs multi-collèges" destinés à forcer la main sur la mixité. C'est sûrement un peu tôt pour un retour d'expérience mais avez-vous des échos ?

Non, rien, alors que j'ai cherché à avoir des infos. Ce silence cache probablement une magnifique réussite.

_________________
Pardon, je n'ai plus moyen d'accéder à l'accent circonflexe sur mon clavier  Embarassed

Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.

Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où je suis.
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
RogerMartin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par wilfried12 le Dim 1 Oct 2017 - 12:06

@timoti a écrit:Les STMG, je pense que ça dépend beaucoup des régions. Stagiaire Capet à 44 ans sur Versailles en BTS, j'avais des formations avec des collègues stagiaires également, mais en classes STMG, qui devaient porter sur de la pédagogie ou du contenu, et tous les collègues disaient: "on s'en fout, on veut des cours sur la gestion de classe".

Pareillement, ma classe de BTS était infecte, j'ai failli tout arrêter, j'ai imposé au proviseur adjoint de passer toutes mes heures en demi groupe ! donc je n'imagine même pas comment j'aurais fait en STMG ... j'aurais mouru.

Mes collègues de l'époque, je les ai vu recruter en fin d'année sur APB, le seul critère, c'était le comportement: les bulletins de seconde à terminale étaient épluchés avec pour unique objectif d'éviter de laisser entrer un pénible.

J'avoue faire exactement la même chose maintenant, du haut de mes 3 ans d'ancienneté: je préfère des élèves faibles mais calmes, motivés, que des pénibles, même très capables, et pourtant, la majorité de mes cours c'est à 16 !

Bref, je regarde une bonne partie de mes collègues comme des missionnaires, presque des saints, et j'admire les efforts qu'ils déploient, leur patience pour ne pas craquer et je m'étonne presque qu'on ne soit pas encore davantage décroché dans PISA au niveau de la discipline par rapport aux autres pays.

Après, l'article de Libé, c'est une blague, je préfère le prendre comme ça plutôt que d'avoir des mauvaises pensées pour son auteur, sans doute un chic type.

Euh on est avant dernier.

wilfried12
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Lun 2 Oct 2017 - 10:04

@pogonophile a écrit:Pour revenir sur la question de départ posée par l'article, qui est celle de la ségrégation scolaire et de son évitement, en particulier à Paris, je propose de relire celui de Piketty qui a fait du bruit l'an dernier :
http://piketty.blog.lemonde.fr/2016/08/31/le-gouvernement-souhaite-t-il-vraiment-la-mixite-sociale/

Les quartiers du 18e sur lesquels Piketty se penche sont un bon exemple des quartiers gentrifiés où la mixité apparaît dans la rue, les immeubles, le 1er degré, mais pas dans les collèges - j'imagine que l'auteur de l'article discuté ici vit là ou dans un quartier similaire.

Il y a eu la mise en place pour cette rentrée de "secteurs multi-collèges" destinés à forcer la main sur la mixité. C'est sûrement un peu tôt pour un retour d'expérience mais avez-vous des échos ?

Les échos que j'ai, c'est fuite vers le privé. Dans l'un des collèges concernés par les annonces de l'an dernier, baisse de 10% des effectifs en 6e.

Ensuite, spécifiquement sur la gentrification dans le 18e, la dernière fois que je suis allé voir des copains dans l'un de ses quartiers, j'ai composé son nom sur le visiophone, il est venu me chercher : l'ouverture à distance n'est pas assez sécurisée. Ensuite, nous avons passé deux grilles, et pour prendre l'ascenseur, il y avait une clef.

Ce copain a quitté le quartier avant d'avoir la chance de faire vivre à ses enfants la mixité du premier degré.

Enfin, puisque pogonophile suit la discussion, je réitère ma proposition de lui faire rencontrer quelques bons élèves de collège parisiens, pour lui faire découvrir comment cela se passe dans un collège lambda à Paris.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par pseudo-intello le Lun 2 Oct 2017 - 10:20

@LordSteven a écrit:
@lene75 a écrit:Ceux qui ont des faibles moyens intellectuels et scolaires mais qui savent se comporter correctement vont en L,

Je devrais faire lire cette phrase à mes L qui s'amusent à chercher des catachrèses ou des hendyadins à tout bout de champ, qui lisent les philosophes des lumières ou la poésie post-moderniste par plaisir, je serais curieux de savoir ce qu'ils penseraient d'un enseignant, de surcroît de philo, qui se permet de penser cela de la filière littéraire. Cela dit... nous arrive en terminales une jeune fille d'un établissement d'une autre region, les critères de passage en L semblent en effet très différents, la pauvre se retrouve manifestement dans un film de science fiction. Elle aurait été beaucoup plus à l'aise dans un établissement privé,  qui chez nous râtissent large pour survivre. Mais de grâce ne généralisez pas sur les L, il reste encore des établissements où ce sont des classes d'élite.

Lene a parlé de son lycée.

Il y a deux critères :

- la politique de l'établissement, qui conduit, soit de manière voulue, soit par hasard au fil des choix de élèves, d'avoir une section ou l'autre comme poubelle, souvent la L, parfois plutôt la ES.

- le niveau global des élèves : si t'as assez de très bons, bons et corrects pour remplir ou presque tes sections générales (et, avec beaucoup de bol, assez de "pas nuls, pas démotivés" pour remplir tes filières techno), il n'y a pas de problème, pas réellement de poubelle, tant mieux (ou peut-être une ou deux classes). Sinon, les bons ont tendance à se regrouper dans la même filière, souvent la S, pour être entre élèves stimulants et motivés, même s'ils projettent une prépa L par la suite.

Dans mon lycée, il y avait deux classes de L : la "bonne" et la "mauvaise". C'était facile, il suffisait de regrouper dans une classe les spé maths, spé latin, spé grec et, pour compléter, quelques autres "pris au hasard, bien sûr". Razz

pseudo-intello
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Elaïna le Lun 2 Oct 2017 - 10:55

Pareil chez nous en secondes : il y a les secondes avec euro, latin, chinois... Ou curieusement y a pas besoin de s'arrêter toutes les trois secondes à cause du bavardage. Et pi les autres, anglais-espagnol-et-basta... Mais bon c'est au hasard hein Smile

_________________
Toutes mes excuses : je n'ai plus de point sur mon clavier, je ponctue donc avec les moyens du bord !
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par LordSteven le Lun 2 Oct 2017 - 11:02

@Elaïna a écrit:Pareil chez nous en secondes : il y a les secondes avec euro, latin, chinois... Ou curieusement y a pas besoin de s'arrêter toutes les trois secondes à cause du bavardage. Et pi les autres, anglais-espagnol-et-basta... Mais bon c'est au hasard hein Smile

Permettez que je m'inscrire encore en faux avec cela: je demande expressément de ne pas avoir de secondes européennes, abibac ou autre. Tous les ans je demande deux secondes indifférenciées. Et je peux vous dire qu'ils ne prendront pas place avant que je ne les y autorise, et que malgré un niveau sans doute inférieur aux secondes linguistes, vous entendrez les mouches voler, y compris le vendredi de 16 à 17h. Alors non les secondes même faibles ne sont pas tous des saboteurs dans le public.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
LordSteven
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par pogonophile le Lun 2 Oct 2017 - 20:56

@archeboc a écrit:
Enfin, puisque pogonophile suit la discussion, je réitère ma proposition de lui faire rencontrer quelques bons élèves de collège parisiens, pour lui faire découvrir comment cela se passe dans un collège lambda à Paris.

Tu sais que je travaille en collège à Paris, donc des collégiens j'en vois tous les jours, des collèges j'en ai visités un paquet, et j'ai même des copains qui m'en parlent abi

pogonophile
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ma'am le Lun 2 Oct 2017 - 21:21

@LordSteven a écrit:
@Elaïna a écrit:Pareil chez nous en secondes : il y a les secondes avec euro, latin, chinois... Ou curieusement y a pas besoin de s'arrêter toutes les trois secondes à cause du bavardage. Et pi les autres, anglais-espagnol-et-basta... Mais bon c'est au hasard hein Smile

Permettez que je m'inscrire encore en faux avec cela: je demande expressément de ne pas avoir de secondes européennes,  abibac ou autre. Tous les ans je demande deux secondes indifférenciées. Et je peux vous dire qu'ils ne prendront pas place avant que je ne les y autorise, et que malgré un niveau sans doute inférieur aux secondes linguistes, vous entendrez les mouches voler, y compris le vendredi de 16 à 17h. Alors non les secondes même faibles ne sont pas tous des saboteurs dans le public.

Tortionnaire va ! Razz
avatar
Ma'am
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Lun 2 Oct 2017 - 22:40

@pogonophile a écrit:
Tu sais que je travaille en collège à Paris, donc des collégiens j'en vois tous les jours, des collèges j'en ai visités un paquet, et j'ai même des copains qui m'en parlent abi


_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par virgere le Mar 3 Oct 2017 - 22:05

Ooooh ! Anne Sylvestre ! coeurs
Oui, pardon, je n'apporte rien au débat, je me retire !

_________________
" Ich weiß nicht, was soll es bedeuten, / Daß ich so traurig* bin..."

(* und müde, so müde... Sterbensmüde könnte ich sagen...)

"Together we stand, divided we fall*"

(* and so we fell down, so down...)
avatar
virgere
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Jeu 5 Oct 2017 - 21:07

@virgere a écrit:Ooooh ! Anne Sylvestre ! coeurs
Oui, pardon, je n'apporte rien au débat, je me retire !

Elle chante au 13e Art, cette semaine.


_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ventre-Saint-Gris le Ven 6 Oct 2017 - 2:45

Cela a sans doute été déjà dit, mais ce n'est pas forcément la mixité, ni même dans une certaine mesure le chahut en classe que l'on fuit en se tournant vers le privé.
Pour notre part, c'est l'idéologie du néant pédagogique qui nous a poussés à faire nos valoches.
Les établissements publics de notre quartier ont depuis des années plié sous le vent de la modernité. Rien à faire le soir à l'école primaire quand on n'a déjà pas fait grand chose pendant la journée, collège pilote pour l'expérimentation des classes de 6ème et de 5ème sans notes dans leur version la plus stupide, jamais un bouquin à lire... Ce qui cartonne, c'est le "projet Ouest-France" : un truc super ronflant qui a l'air d'avoir été conçu pour gonfler la revue de presse de l'établissement, mais qui laisse souvent les gamins cois quand on leur demande ce qu'ils ont appris (ce que je peux vérifier régulièrement en questionnant naïvement des enfants de ma connaissance).

Nous avons donc commencé par le public, mais avons rapidement décidé de quitter le navire, malgré l'estime que nous portions à quelques enseignants de primaire qui tentaient de résister comme ils pouvaient sous la pression conjointe de parents n'ayant d'exigence qu'envers les enseignants, et de leurs IEN-très-bienveillants.

Et ce n'est pas simplement le privé que nous avons choisi, mais un privé : celui qui semblait encore proposer un peu honnêtement de la lecture, de la grammaire, de l'orthographe et des mathématiques.
Non seulement je ne m'excuse pas d'avoir mis mes trois enfants dans le privé, mais j'en veux à l'institution publique de m'y avoir contraint. Je ne demandais qu'à permettre à mes gosses l'expérience d'une plus grande mixité, du moment que l'on voudrait bien leur apprendre quelque chose. Et je me rends parfois coupable d'une bien vilaine prétention parentale, en pensant que mes enfants curieux, désireux de savoir, témoignant estime et reconnaissance à leurs enseignants, je ne les ai pas servis sur un plateau à une école qui ne les méritait pas.
Il faut tout de même déceler ici un amusant paradoxe. Je crois à certains principes éducatifs, avec lesquels je tente à la fois d'élever mes enfants et d'exercer mon métier d'enseignant. Ces mêmes principes sont piétinés par l'idéologie en vigueur dans notre belle institution pour qui efforts, transmission, règles, sanctions sont devenus des mots infâmes. Et il faudrait désormais que je sois bien gentil en portant le fruit de mon éducation au compte des mérites de cette même institution. Bien triste blague !

Le grand sacrifice à l’Éducation nationale, c'est moi qui l'ai fait. En offrant ma passion d'enseignant de lettres classiques à une école qui, année après année, consume un peu plus le peu qui me reste de foi. Je viens déjà de passer un temps monstrueux à tenter d'apprendre à mes élèves de cinquième ce que sont, véritablement, un nom commun et un adjectif. Et parmi mes élèves de REP, il y a pourtant de nombreux enfants intelligents, qu'on a massacrés. Il comprennent, là. Mais dans deux mois, il faudrait tout recommencer tant il est difficile d'ancrer quoi que ce soit.
Mon sacrifice suffit. Vraiment, j'ai donné. Que d'autres prennent leur tour en offrant leurs gosses.
avatar
Ventre-Saint-Gris
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Thalie le Ven 6 Oct 2017 - 4:49

Très beau message à envoyer en réponse à Libé, non ?
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Verdurette le Ven 6 Oct 2017 - 7:15

Ventre Saint-Gris : veneration veneration veneration merci d'avoir si bien synthétisé ma pensée.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par LordSteven le Ven 6 Oct 2017 - 8:34

@ Ventre-Saint-Gris: je trouve vos propos choquants. A vous entendre les enseignants du public sont tous des moutons à l'enseignement proche du néant. Dans ce cas, n'hésitez pas à venir proposer vos services aux établissements privés locaux, je suis toujours stupéfait du manque de connaissances des candidats que j'interroge au bac. Ma nièce, bien sûr scolarisée dans le privé, à été très déçue de ses notes de français alors que ses profs la présentaient comme un futur prix Goncourt, mais je ne m'en fais pas ses notes de TPE sont bien sûr extraordinaires. Maintenant quand je vois ce qu'elle peut faire en anglais en terminales, je suis fier d'enseigner dans le public et d'être dans un établissement qui tourne, avec des élèves venant de collèges publics qui tournent aussi - ah si, nous récupérons même des élèves venant de collèges privés, étrange....

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
LordSteven
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par archeboc le Ven 6 Oct 2017 - 9:41

@LordSteven a écrit:@ Ventre-Saint-Gris: je trouve vos propos choquants. A vous entendre les enseignants du public sont tous des moutons à l'enseignement proche du néant. Dans ce cas, n'hésitez pas à venir proposer vos services aux établissements privés locaux, je suis toujours stupéfait du manque de connaissances des candidats que j'interroge au bac. Ma nièce, bien sûr scolarisée dans le privé,  à été très déçue de ses notes de français alors que ses profs la présentaient comme un futur prix Goncourt, mais je ne m'en fais pas ses notes de TPE sont bien sûr extraordinaires. Maintenant quand je vois ce qu'elle peut faire en anglais en terminales, je suis fier d'enseigner dans le public et d'être dans un établissement qui tourne, avec des élèves venant de collèges publics qui tournent aussi - ah si, nous récupérons même des élèves venant de collèges privés, étrange....

Je pense que chacun voit midi à sa porte, et que chaque département, chaque arrondissement offre une configuration différente. La situation de Paris est assez différente de celles que présentent LordSteven et VentreSaintGris. Ici, l'école publique est globalement le reflet du quartier. Il y a des phénomènes d'évitement sur certaines écoles primaires, mais pas sur toutes, et pas à grande échelle. C'est vraiment à l'entrée au collège que le phénomène explose. C'est l'âge où on peut envoyer des enfants beaucoup plus loin, leur faire prendre le métro par exemple. Et là, il y a un vrai marché, segmenté selon les désirs de parents.

Pour avoir discuté avec plusieurs parents, ce qui justifie alors la fuite, c'est l'ambiance de travail en classe. C'est particulièrement net pour ce que j'ai pu voir du départ en cours de scolarité et de l'évitement du deuxième enfant : lorsque le premier enfant a été au collège de secteur, et que le deuxième enfant le fuit sans essayer. Ce qui est reproché alors au public, ce n'est pas la vacuité de ses cours, mais en premier lieu sa tolérance au sabotage. En second rang vient la faiblesse du niveau, "mon enfant s'ennuie, il en a assez qu'on lui réexplique des choses qu'il a vues en CE2".

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Ventre-Saint-Gris le Ven 6 Oct 2017 - 12:37

@LordSteven a écrit:@ Ventre-Saint-Gris: je trouve vos propos choquants.
Je comprends que mes propos puissent choquer, et je ne les ai d'ailleurs pas postés le cœur léger.

A vous entendre les enseignants du public sont tous des moutons à l'enseignement proche du néant.
Il me semble que la première question à se poser, ce n'est pas de savoir en quelle mesure mes propos seraient une charge contre les enseignants, mais plutôt si le tableau que je fais correspond ou non à une réalité. Si par exemple je ne raconte pas n'importe quoi en disant que même les meilleurs élèves de REP savent rarement en arrivant au collège ce que sont un nom commun et un adjectif, et qu'il est très difficile de combler ces lacunes, on pourra ensuite s'interroger sur les responsabilités collectives et individuelles de ce désastre.

Archedoc a raison de parler de microcosmes. Je connais d'ailleurs certaines écoles publiques de ma ville qui font beaucoup mieux que celles de mon quartier : enseignants et parents semblent y partager encore une vision commune de ce que doit être l'école. N'ayant simplement pas les moyens d'acheter une maison dans leur secteur, il ne me restait que la solution d'un établissement privé qui n'a rien de merveilleux, mais qui sombre un peu moins vite que ceux de mon quartier.
De votre côté, il faut bien que vous acceptiez aussi de vous interroger sur les raisons qui font que tous les lycéens de France ne sont pas déterminés à goûter hendiadyns et poésie post-moderne. Mais soyez assuré que j'aurais été heureux de laisser mes enfants s'épanouir dans le microcosme qui est le vôtre.
avatar
Ventre-Saint-Gris
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Reine Margot le Ven 6 Oct 2017 - 12:41

Notons qu'à aucun moment Ventre St Gris ne rend les enseignants du public responsables du système, ils sont souvent obligés d'appliquer des réformes imposées et de faire comme ils peuvent, avec le public qu'ils ont. Du moins c'est ainsi que je comprends son message.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Daphné le Ven 6 Oct 2017 - 12:51

@Verdurette a écrit:Ventre Saint-Gris : veneration veneration veneration merci d'avoir si bien synthétisé ma pensée.

+1 c'est exactement ça ! veneration
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Daphné le Ven 6 Oct 2017 - 12:54

@Reine Margot a écrit:Notons qu'à aucun moment Ventre St Gris ne rend les enseignants du public responsables du système, ils sont souvent obligés d'appliquer des réformes imposées et de faire comme ils peuvent, avec le public qu'ils ont. Du moins c'est ainsi que je comprends son message.

Mais bien entendu, moi aussi..
Tous les établissements ne se valent pas.
Déjà entre collège lycée il y a une marge - enfin plus tant que ça apparemment - mais entre différents collèges wouhahou et même entre différentes classes d'un même collège Rolling Eyes humhum
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Valerian21 le Ven 6 Oct 2017 - 13:17

@LordSteven a écrit:@ Ventre-Saint-Gris: je trouve vos propos choquants. A vous entendre les enseignants du public sont tous des moutons à l'enseignement proche du néant. Dans ce cas, n'hésitez pas à venir proposer vos services aux établissements privés locaux, je suis toujours stupéfait du manque de connaissances des candidats que j'interroge au bac. Ma nièce, bien sûr scolarisée dans le privé,  à été très déçue de ses notes de français alors que ses profs la présentaient comme un futur prix Goncourt, mais je ne m'en fais pas ses notes de TPE sont bien sûr extraordinaires. Maintenant quand je vois ce qu'elle peut faire en anglais en terminales, je suis fier d'enseigner dans le public et d'être dans un établissement qui tourne, avec des élèves venant de collèges publics qui tournent aussi - ah si, nous récupérons même des élèves venant de collèges privés, étrange....

Le problème est qu'on soit dans le public ou dans le privé, on trouvera toujours des échos de choses bonnes ou mauvaises chez l'autre. C'est ainsi et comme dit plus haut, cela dépend énormément du chef d'établissement.

J'ai rencontré un CE de privé qui était tout à fait abordable et même "humain", ce qui m'avait manqué dans le public. A contrario, dans le public, j'ai rencontré une super équipe pédagogique de professeur vraiment là pour leurs élèves.
Et au final, le seul reproche que j'ai à faire va à l'éducation nationale car je connais un établissement ou le rectorat s'est arrangé pour dispenser plus facilement des demandes de changement d'établissement à des parents d'élèves anciens comme arrivants. Résultat, l'établissement perd environ un professeur pour chaque matière. Et ça, cela me choque bien plus.


L'autre chose qui me choc est évoqué dans un autre sujet, donc je cite, car c'est la diversité des "rencontres" qui permet de faire grandir l'élève, et non seulement envers leurs camarades, mais aussi envers leurs professeurs :

"Dire par exemple qu'harmoniser les pratiques était un piège pour les élèves, parce que c'est la diversité des pratiques qui permet à des élèves différents d'avoir des regards différents, de rencontrer des façons d'enseigner différentes, et donc d'augmenter la probabilité de rencontrer une façon convenant le mieux à tel esprit de tel élève. Alors qu'en harmonisant les pratiques, on prend un risque absolument pas négligeable d'harmoniser une pratique qu'on découvrira malheureuse, au grand malheur des élèves qui auront eu à la subir pendant des années."


Je paraitrais peut être hors-sujet pour certains mais pour moi, l'éducation des élèves passent par cette diversité qui, je trouve, se perd dans le public.
Pour le privé, je suis intéressé de savoir ce qu'en pense les autres professeurs.

Mais jamais, au grand jamais, je considèrerais que faire peur et instiguer la peur à ses élèves est une solution (et j'ai connu cela dans un établissement où la plupart des professeurs allaient en ce sens car le CE ne voulait pas de bruit dans les cours....)
Désolé pour le défoulement mais ce sujet me tient à cœur car il s'agit de l'avenir de ses enfants.



EDIT :

@pseudo-intello a écrit:Le problème, c'est que pour de multiples raisons, on a fabriqué un système scolaire qui nécessite, pour fonctionner ,des profs super-héros (car tout repose sur eux).

Certes, il y en a, qui ont un don exceptionnel pour le job. mais nous sommes 65 millions dans ce pays, donc en plus des profs exceptionnels, on a besoin aussi des profs bons et des profs corrects (je schématise, hein...), enfin, des gens qui maîtrisent leur discipline, sont à l'aise avec le langage oral et écrit (d'ailleurs, ça commence à pêcher pour le langage écrit, à voir certains nouveaux), préparent des cours bien, ont un charisme au moins moyen (les hypercharismatiques ne sont pas assez nombreux, et une bonne partie ne va pas se contenter du salaire et de la reconnaissance qui sont les nôtres), etc. En deux mots : des profs correctement compétents et correctement consciencieux.

Ca ne peut donc pas fonctionner.

Je connais des profs qui bossent 8 heures par jour toutes les vacances d'été (parfois moins, parfois plus), qui restent le soir pour coller leurs élèves eux-mêmes parce qu'en perme, ils ne seront pas aidés pour le travail, qui préparent deux ou trois sujets de contrôle pour s'adapter à l'hétérogénéité, d'autres qui compensent leur absence de vie familiale en se surinvestissant au collège et pour leurs élèves, et c'est tout à leur honneur.

Sur ce forum; de profs principaux nous disent qu'ils ont déjà consacré 40 heures de boulot à une classe qui donnait du fil à retordre, d'autres ont totalement réinventé leur manière de travailler j'imagine à peine le temps que ça a du leur prendre), et sans ironie aucune, j'ai la plus grande estime pour eux.

Mais bon. Une majorité d'entre nous a a cœur de faire son boulot consciencieusement, correctement (on est payés pour, et puis on a choisi), mais sont tellement atterrés et las d'être pris dans un étau entre des élèves de plus en plus difficiles, et de plus en plus en difficulté d'un côté, et d'une hiérarchie (textes en vigueur, comités de fabrique de programmes, ministres, certains IPR, certains CDE), tout ça pour des conditions matérielles (salaire, carence, point d'indice, CSG, heures non payées) et morales (dans 90% des cas, quand un élève te parle comme à une [insérer ici le mot de Cambronne] sans avoir la maladresse d'assaisonner son propos d'insulte caractérisée, que se passe-t-il ?), qu'il faut pas non plus pousser mémé.

Qu'on nous file un salaire de cadre qui bosse 60h par semaine (et n'a que cinq semaines de vacances), si on veut qu'on bosse autant qu'eux (d'ailleurs, dans ce cas-là, je préfèrerais me mettre à mi-temps, ce serait encore rentable).

Je suis réellement  attachée à l'école publique, je trouve important d'éduquer les jeunes générations, mais pas au point d'accepter d'être la bonne poire  qui essaie, avec mes pairs, de réparer toutes les défaillances du système et ce jusqu'à ma retraite (dans cent-treize ans et demi, environ, si ça continue comme ça).


Pour étayer tes propos sur le prof super héros que souhaite avoir les rectorat, je vous sors ce qu'on m'avait écrit après une "première" année d'enseignement en tant que contractuel (pour un poste à l'année sur deux établissement avec seulement quelques mois de remplacement derrière moi) :
"Il apparaît que vous n'avez pas les compétences requises pour assurer, de manière satisfaisante et immédiatement mobilisable, les missions de professeur."

Il y a de quoi tomber en dépression quand on sacrifie les vacances scolaires à son travail, son temps de sommeil, voir sa vie privé pour l'intérêt des enfants à notre charge.
Merci aux parents d'élèves et aux élèves qui m'ont soutenu et sans qui j'aurais déjà arrêté ce métier ingrat.

C'est suite à cela que je me demande si l'éducation en France à toujours pour but de satisfaire parents et élèves ou administration et état.


Dernière édition par Valerian21 le Ven 6 Oct 2017 - 13:34, édité 1 fois

_________________
"Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient." piqué à Cincinnata abi
avatar
Valerian21
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Elyas le Ven 6 Oct 2017 - 13:33

@Valerian21 a écrit:

"Dire par exemple qu'harmoniser les pratiques était un piège pour les élèves, parce que c'est la diversité des pratiques qui permet à des élèves différents d'avoir des regards différents, de rencontrer des façons d'enseigner différentes, et donc d'augmenter la probabilité de rencontrer une façon convenant le mieux à tel esprit de tel élève. Alors qu'en harmonisant les pratiques, on prend un risque absolument pas négligeable d'harmoniser une pratique qu'on découvrira malheureuse, au grand malheur des élèves qui auront eu à la subir pendant des années."


Cela n'a jamais été prouvé (voire même le contraire a montré son efficacité). Ensuite, les pratiques sont déjà harmonisées chez la majorité des collègues qui travaillent de la même façon. C'est trouver des collègues qui travaillent différemment (réellement) qui est rare. La question des méthodes censées être différentes entre collègues est à prouver, la plupart des collègues travaillant de la même façon en réalité. L'harmonisation ne vient que pour choisir les barèmes (pour contrôler les notations entre professeurs) et la répartition des chapitres dans l'année (pour les examens blancs et les devoirs communs). Sur les pratiques, j'en cauchemarde d'avance parce que les gens s'entredéchireront sur des points de détail alors qu'ils bossent déjà presque tous de la même façon.
avatar
Elyas
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Valerian21 le Ven 6 Oct 2017 - 13:40

@Elyas a écrit:
Cela n'a jamais été prouvé (voire même le contraire a montré son efficacité). Ensuite, les pratiques sont déjà harmonisées chez la majorité des collègues qui travaillent de la même façon. C'est trouver des collègues qui travaillent différemment (réellement) qui est rare. La question des méthodes censées être différentes entre collègues est à prouver, la plupart des collègues travaillant de la même façon en réalité. L'harmonisation ne vient que pour choisir les barèmes (pour contrôler les notations entre professeurs) et la répartition des chapitres dans l'année (pour les examens blancs et les devoirs communs). Sur les pratiques, j'en cauchemarde d'avance parce que les gens s'entredéchireront sur des points de détail alors qu'ils bossent déjà presque tous de la même façon.

Je ne peux pas être d'accord. Pour avoir été dans un corps enseignant ou les méthodes étaient différentes, je peux te dire que cela peut fonctionner. Mais comme tu le soulignes, cela peut créer du conflit, surtout quand les profs sont des enfants à se faire des crasses dans le dos (j'ai aussi connu...) au lieu d'adultes mûrs capable de discuter autour d'une table.

Je me souviendrais toujours de cette équipe pédagogique :
Un prof de maths imposant le silence, excellent pédagogue et respecté et apprécié de ses élèves.
Un prof de physique bienveillant avec ces élèves et s'adaptant à ses différentes classes.
Un prof de S.V.T. respectueux des élèves, droit dans ses bottes, bienveillant mais ferme et se renouvelant.
Un prof qui a su intéressé ses élèves à sa matière, non par ses cours, la rigueur ou autre, mais par sa personne, sa passion et son réel intérêt de l'avenir de ses élèves.

La destination est la même, mais pas le chemin emprunter.

EDIT :
Je pense en te relisant que tu parlais probablement de professeurs enseignant différemment la même discipline. Je parlais de manière plus générale.

Une classe avec une diversité d'enseignement du fait de la diversité de leur professeur. Tu me diras que la matière étant différente, l'enseignement sera différent. En effet, mais des matières comme la physique-chimie et la S.V.T. sont en soit proche, pour autant on enseigne différemment par choix dans ce cas.
Je pourrais très bien enseigner comme le fait un de mes anciens collègues de S.V.T., cela marcherait.

_________________
"Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient." piqué à Cincinnata abi
avatar
Valerian21
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: À mes amis qui trichent avec la carte scolaire (Libé)

Message par Elyas le Ven 6 Oct 2017 - 13:49

@Valerian21 a écrit:
@Elyas a écrit:
Cela n'a jamais été prouvé (voire même le contraire a montré son efficacité). Ensuite, les pratiques sont déjà harmonisées chez la majorité des collègues qui travaillent de la même façon. C'est trouver des collègues qui travaillent différemment (réellement) qui est rare. La question des méthodes censées être différentes entre collègues est à prouver, la plupart des collègues travaillant de la même façon en réalité. L'harmonisation ne vient que pour choisir les barèmes (pour contrôler les notations entre professeurs) et la répartition des chapitres dans l'année (pour les examens blancs et les devoirs communs). Sur les pratiques, j'en cauchemarde d'avance parce que les gens s'entredéchireront sur des points de détail alors qu'ils bossent déjà presque tous de la même façon.

Je ne peux pas être d'accord. Pour avoir été dans un corps enseignant ou les méthodes étaient différentes, je peux te dire que cela peut fonctionner. Mais comme tu le soulignes, cela peut créer du conflit, surtout quand les profs sont des enfants à se faire des crasses dans le dos (j'ai aussi connu...) au lieu d'adultes mûrs capable de discuter autour d'une table.

Je me souviendrais toujours de cette équipe pédagogique :
Un prof de maths imposant le silence, excellent pédagogue et respecté et apprécié de ses élèves.
Un prof de physique bienveillant avec ces élèves et s'adaptant à ses différentes classes.
Un prof de S.V.T. respectueux des élèves, droit dans ses bottes, bienveillant mais ferme et se renouvelant.
Un prof qui a su intéressé ses élèves à sa matière, non par ses cours, la rigueur ou autre, mais par sa personne, sa passion et son réel intérêt de l'avenir de ses élèves.

La destination est la même, mais pas le chemin emprunter.

EDIT :
Je pense en te relisant que tu parlais probablement de professeurs enseignant différemment la même discipline. Je parlais de manière plus générale.

Une classe avec une diversité d'enseignement du fait de la diversité de leur professeur. Tu me diras que la matière étant différente, l'enseignement sera différent. En effet, mais des matières comme la physique-chimie et la S.V.T. sont en soit proche, pour autant on enseigne différemment par choix dans ce cas.
Je pourrais très bien enseigner comme le fait un de mes anciens collègues de S.V.T., cela marcherait.

Jusque là, tu ne parles pas de pratiques d'enseignement différentes mais de postures et de personnalités différentes. Là, le postulat de départ que tu défendais ne fonctionne toujours pas. Ils peuvent avoir des postures et des personnalités différentes mais avoir les mêmes méthodes.
avatar
Elyas
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum