Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 9:52
@Aphrodissia a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@Dalva a écrit:Mais non, c'est de l'écriture inclusive, ce qui est cité par Archeboc, Thalia. "Les Françaises et les Français" prend bien en considération hommes et femmes. Ce qui peut gêner certains, c'est l'absence d'accord au féminin en plus de l'accord au pluriel, mais ça, c'est une question de norme grammaticale qu'il me semble de mauvaise foi d'incriminer, car les femmes ne sont pas oubliées ou niées dans cette phrase.
Ce qu'on appelle écriture inclusive ne serait-il pas "électeur.trice.s" ? (désolée, j'ai oublié comment s'écrit le point médian)
Si j'ai bien compris, ça, c'est une abréviation. Et on essaye de nous faire croire que ce doit devenir une norme d'écriture, mais non: c'est seulement une façon d'abréger.
Ce qui rend la discussion plus simple, et moins moralisatrice. Autant "électrices et électeurs" me semble fort à propos, autant je trouve très moche "électeur.trice.s". Ainsi donc ce n'est pas l'inclusion que je trouve moche (malgré toutes les fois où cela me fut envoyé à la gueule), mais l'abréviation en elle-même.
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Celadon le Sam 25 Nov 2017 - 9:59
@Aphrodissia a écrit:
@Rosanette a écrit:
@zoupinette a écrit:
@Celadon a écrit:Ah oui ? Les noms de peuples ne prennent plus de majuscules, maintenant ? Les nombres plus de tirets ?

Ça dépend des classes.
Dans le CM1 de ma nièce tous les nombres ont des tirets. Dans le CM1 de son frère jumeau, les nombres ont des tirets entre les dizaines et les unités.Dans une même famille, on apprend des règles d'orthographe différentes.

Quand on voit passer un certain nombre de chèques on se dit que bon, le tiret...
Ce n'est pas un tiret, c'est un trait d'union. Argh! Pardon! C'est mon côté militant qui ressort! Razz
Je voulais aller au plus vite mais il est vrai que se montrer précis en ces circonstances est plus que nécessaire. Merci donc pour la rectification.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Thalia de G le Sam 25 Nov 2017 - 10:05
@JPhMM a écrit:
@Aphrodissia a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@Dalva a écrit:Mais non, c'est de l'écriture inclusive, ce qui est cité par Archeboc, Thalia. "Les Françaises et les Français" prend bien en considération hommes et femmes. Ce qui peut gêner certains, c'est l'absence d'accord au féminin en plus de l'accord au pluriel, mais ça, c'est une question de norme grammaticale qu'il me semble de mauvaise foi d'incriminer, car les femmes ne sont pas oubliées ou niées dans cette phrase.
Ce qu'on appelle écriture inclusive ne serait-il pas "électeur.trice.s" ? (désolée, j'ai oublié comment s'écrit le point médian)
Si j'ai bien compris, ça, c'est une abréviation. Et on essaye de nous faire croire que ce doit devenir une norme d'écriture, mais non: c'est seulement une façon d'abréger.
Ce qui rend la discussion plus simple, et moins moralisatrice. Autant "électrices et électeurs" me semble fort à propos, autant je trouve très moche "électeur.trice.s". Ainsi donc ce n'est pas l'inclusion que je trouve moche (malgré toutes les fois où cela me fut envoyé à la gueule), mais l'abréviation en elle-même.
Effectivement, c'est le problème de l'écriture inclusive qui nuit à la lisibilité et crée des néologismes que je considère comme des barbarismes (des exemples ont été cités ici et ailleurs : iels, celleux, matrimoine, etc.)
Peut-être seront-ils acceptés un jour par le dictionnaire de l'Académie françoise, d'ici là, j'aurais passé l'arme à gauche.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Miettes le Sam 25 Nov 2017 - 10:31
@Dalva a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@Dalva a écrit:Mais non, c'est de l'écriture inclusive, ce qui est cité par Archeboc, Thalia. "Les Françaises et les Français" prend bien en considération hommes et femmes. Ce qui peut gêner certains, c'est l'absence d'accord au féminin en plus de l'accord au pluriel, mais ça, c'est une question de norme grammaticale qu'il me semble de mauvaise foi d'incriminer, car les femmes ne sont pas oubliées ou niées dans cette phrase.
Ce qu'on appelle écriture inclusive ne serait-il pas "électeur.trice.s" ? (désolée, j'ai oublié comment s'écrit le point médian)
Non, l'écriture inclusive, c'est seulement le fait d'inclure les femmes dans l'écriture, à travers différents moyens, dont l'un de ceux proposés est le point médian (parce que la parenthèse et le tiret ne conviennent pas mais je n'ai pas compris exactement pourquoi).
Tous les autres moyens ("Bonjour mesdames et messieurs" par exemple) sont déjà pratiqués.

La parenthèse met le féminin entre parenthèses, mais le tiret est largement admis et pratiqué (et il me semble, plus lisible que le point médian pour les logiciels des personnes malvoyantes)

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 10:33
"le tiret est largement admis" : comme si c'était une règle avec des autorités décrétant l'admis et le non-admis. Razz
Ne nous enflammons pas : ça reste une pratique militante minoritaire et spécialisée, hein.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 10:36
Qui est, de plus une abréviation.
Ce n'est pas parce 2 millions de personnes peuvent utiliser "jdçjdr" qu'il faut considérer la forme canonique et l'enseigner à l'école.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Miettes le Sam 25 Nov 2017 - 10:55
"largement admis" parmi celleux qui pratiquent cette écriture, il me semblait que ça allait de soi.

Je serais d'ailleurs curieuse de voir des stats, puisqu'il me semble, dernièrement, que cette pratique minoritaire prend de l'ampleur

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 10:56
@Miettes a écrit:"largement admis" parmi celleux qui pratiquent cette écriture, il me semblait que ça allait de soi.
Une tautologie allant toujours de soi, on pouvait raisonnablement supposer que ce n'était pas une tautologie. D'où le malentendu.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Miettes le Sam 25 Nov 2017 - 10:58
Non, ce n'est pas une tautologie puisqu'on discute des différentes graphies, et parmi celleux qui pratiquent l'écriture inclusive, de leur prévalence et des raisons qui l'expliquent.

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 11:00
Quand je lis "celleux" ça me fait penser à "yolo".
C'est vraiment bizarre et moche ces néologismes, je n'y adhère pas du tout. En plus, c'est plus intrusif que les tirets. Ça casse la phrase pour qui la lit, c'est un peu agressif. Au moins, les tirets, on peut les ignorer, les sauter un peu à la lecture. Mais "celleux" ou "iels" s'inscrit directement dans la phrase et la déstructure. Pas très inclusif comme pratique : ça exclut et gêne les gens qui veulent juste lire tranquillement la phrase (dont moi).


Dernière édition par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 11:03, édité 1 fois
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par DesolationRow le Sam 25 Nov 2017 - 11:02
C'est une stratégie, je pense Razz
Depuis que je lis "les étudiant.e.s", je suis prêt à accepter toutes les féminisations de noms de professions pour y échapper. Ensuite, je lis "iels", et je me dis que les points médians, finalement, c'est pas si grave. Puis arrive "celleux", et bon, allez, allons-y pour "iels" tant qu'on m'épargne cette dernière ineptie. Et voilà soudainement que surgit "ol"...
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Rendash le Sam 25 Nov 2017 - 11:03
C'est surtout une sacrée fainéantise : apparemment, écrire "celles et ceux" constitue un effort insurmontable Laughing

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 11:04
@Zagara a écrit:Pas très inclusif comme pratique : ça exclut et gêne les gens qui veulent juste lire tranquillement la phrase.
Non-mixité linguistique.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 11:05
@Rendash a écrit:C'est surtout une sacrée fainéantise : apparemment, écrire "celles et ceux" constitue un effort insurmontable Laughing
Tu es de mauvaise fois : "cellezéceusses" serait trop lol-ng.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Rendash le Sam 25 Nov 2017 - 11:06
@JPhMM a écrit:
@Rendash a écrit:C'est surtout une sacrée fainéantise : apparemment, écrire "celles et ceux" constitue un effort insurmontable Laughing
Tu es de mauvaise fois : "cellezéceusses" serait trop lol-ng.

De mauvais.e.s foi.e.s professeur

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 11:07
@Rendash a écrit:C'est surtout une sacrée fainéantise : apparemment, écrire "celles et ceux" constitue un effort insurmontable Laughing
Ces abréviations improbables me font penser à "Miniver", "Biensex"...
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 11:08


Shame on me.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Rendash le Sam 25 Nov 2017 - 11:08
@Zagara a écrit:
@Rendash a écrit:C'est surtout une sacrée fainéantise : apparemment, écrire "celles et ceux" constitue un effort insurmontable Laughing
Ces abréviations improbables me font penser à "Miniver", "Biensex"...

Notons qu'il peut être parfois difficile de Biensex avec un Miniver professeur

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 11:09
Ça donne un crimesex. Espèce d'opposant.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 11:09
Multivers. coeurs

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Miettes le Sam 25 Nov 2017 - 11:12
Neoprofs, forum où s'accumulent le plus de troll-e-s (lol), j'aime bien.

(m'enfin je ne pense pas qu'une graphie puisse être agressive, hein)

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Zagara le Sam 25 Nov 2017 - 11:14
Ben franchement ça fait buter sur la phrase et ça déconcentre, oui, les barbarismes. Neutral
Pour un gain nul je crois. Pourquoi ne pas écrire "celles et ceux" ? Y'a-t-il une raison ?
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Rendash le Sam 25 Nov 2017 - 11:15
@Zagara a écrit:Ben franchement ça fait buter sur la phrase et ça déconcentre, oui, les barbarismes. Neutral

Dis donc, toi. Barbarisme, ça vient de Barbie, alors c'est super sexiste comme mot.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Fesseur Pro
Vénérable

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Fesseur Pro le Sam 25 Nov 2017 - 11:18
@Rendash a écrit:
@Zagara a écrit:Ben franchement ça fait buter sur la phrase et ça déconcentre, oui, les barbarismes. Neutral

Dis donc, toi. Barbarisme, ça vient de Barbie, alors c'est super sexiste comme mot.
L'affaire est Klaus.
Ou pas.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Miettes
Niveau 7

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Miettes le Sam 25 Nov 2017 - 11:19
C'est un néologisme, auquel on s'habitue vite, plus rapide à écrire que "celles et ceux". Le redoublement peut être une option, surtout à l'oral, mais la contraction en est une que j'aime bien et qui fonctionne bien.

Je me trouve un peu à court d'arguments faute d'y avoir réfléchi (on se trouve dans un cercle social qui possède une pratique, par imprégnation on s'y habitue sans qu'elle nous dérange, donc on ne pense pas forcément à toutes ses implications)

_________________
2016-2017, lettres au collège : 6e, 5e, 4e + AP 3e
2017-2018, professeure des écoles stagiaire : CM2
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par JPhMM le Sam 25 Nov 2017 - 11:21
@Miettes a écrit:Neoprofs, forum où s'accumulent le plus de troll-e-s (lol), j'aime bien.

(m'enfin je ne pense pas qu'une graphie puisse être agressive, hein)
Si on ne peut plus rire des néologismes sans fâcher, on ne peut plus rire de grand chose.

On devrait essayer de rire du sexe, de la mort, de la maladie, de la politique ou de la religion, tiens, pour rire de sujets qui ne fâchent pas.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Contenu sponsorisé

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum