Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Mirobolande
Fidèle du forum

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Mirobolande le Jeu 14 Juin 2012 - 6:46
Je ne me suis jamais sentie aussi mal au travail que cette année...Et pourtant j'ai des "merveilles d'amour" de la GS au CE2...
Certains CE2, je vois déjà ce qu'ils vont devenir...Et ça se jette des boulettes de papier pendant que j'essaie d'aider un CP qui n'a pas le niveau...Et je donne des étiquettes à coller dans un tableau de conjugaison pour voir le passé composé (oui oui, des étiquettes...Chaque fois que j'ai testé un vrai cours ou exercice niveau CE2, ça a foiré..., 3 verbes à reconstituer...Cette année, on a vu présent et futur...Leçons non apprises, si je leur donne un verbe à conjuguer qui n'est pas dans le tableau de conjugaison: "mais on sait pas faire!"). Et le gamin qui ne fait rien mais trouve le temps de discuter avec son voisin.Je retourne le voir, pauvre chéri il a besoin de sollicitation: "mais j'y arrive pas".
Que puis-je répondre à cela?
En CE2 déjà il ne faut lui demander aucun effort. Et ils sont presque tous du même acabit.
Ma souffrance, on s'en occupe? Pas normal que je sois obligée de prendre du stresam pour tenir le coup..J'ai pas encore entamé le lexomil pour finir l'année, mais qui sait?
J'espère ne pas en baffer un avant la fin de l'année.
On nous parque avec tout un tas de gamins en difficultés comportementales et/ ou d'apprentissages, sans aucune aide, avec des parents qui vous disent "vous ne les empêcherez pas de parler"...Parce que, bien sûr, en début d'année, vous y croyiez, vous avez essayé de mettre en place les conditions d'un bon travail...Vous aviez l'énergie pour le faire...
Mardi sur 19 élèves, 8 à qui je n'ai pas besoin de faire des remarques... Ah, ça fait pas beaucoup. Les autres ont été de "moyens" à "grandioses".
On passe son temps à mettre en place les conditions de l'apprentissage (bref, pendant ce temps on ne bosse pas), en y jetant toute son énergie. Eh bien justement j'aimerais me garder de l'énergie pour ma propre vie au lieu de m'écrouler sur le canapé quand je reviens du boulot.
Et on perd du temps...Et j'ai des CE2 avec un niveau catastrophique.
Et si je suis hors sujet je m'en fous, ça me fait (même pas) du bien de déblatérer.
Je trouve les gamins de plus en plus pénibles; Il y a quand même un truc qui cloche.
Alors, au lieu de tenir un discours sur la souffrance à l'école, on devrait peut-être dire à l'enfant qu'il a la chance d'y aller...
Marre de ces plaintes perpétuelles. Ils s'y vautrent...Avec délectation...
Je ne tiendrai jamais jusqu'à la retraite...
avatar
arcenciel
Monarque

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par arcenciel le Jeu 14 Juin 2012 - 6:58
@Mirobolande a écrit:Je ne me suis jamais sentie aussi mal au travail que cette année...Et pourtant j'ai des "merveilles d'amour" de la GS au CE2...
Certains CE2, je vois déjà ce qu'ils vont devenir...Et ça se jette des boulettes de papier pendant que j'essaie d'aider un CP qui n'a pas le niveau...Et je donne des étiquettes à coller dans un tableau de conjugaison pour voir le passé composé (oui oui, des étiquettes...Chaque fois que j'ai testé un vrai cours ou exercice niveau CE2, ça a foiré..., 3 verbes à reconstituer...Cette année, on a vu présent et futur...Leçons non apprises, si je leur donne un verbe à conjuguer qui n'est pas dans le tableau de conjugaison: "mais on sait pas faire!"). Et le gamin qui ne fait rien mais trouve le temps de discuter avec son voisin.Je retourne le voir, pauvre chéri il a besoin de sollicitation: "mais j'y arrive pas".
Que puis-je répondre à cela?
En CE2 déjà il ne faut lui demander aucun effort. Et ils sont presque tous du même acabit.
Ma souffrance, on s'en occupe? Pas normal que je sois obligée de prendre du stresam pour tenir le coup..J'ai pas encore entamé le lexomil pour finir l'année, mais qui sait?
J'espère ne pas en baffer un avant la fin de l'année.
On nous parque avec tout un tas de gamins en difficultés comportementales et/ ou d'apprentissages, sans aucune aide, avec des parents qui vous disent "vous ne les empêcherez pas de parler"...Parce que, bien sûr, en début d'année, vous y croyiez, vous avez essayé de mettre en place les conditions d'un bon travail...Vous aviez l'énergie pour le faire...
Mardi sur 19 élèves, 8 à qui je n'ai pas besoin de faire des remarques... Ah, ça fait pas beaucoup. Les autres ont été de "moyens" à "grandioses".
On passe son temps à mettre en place les conditions de l'apprentissage (bref, pendant ce temps on ne bosse pas), en y jetant toute son énergie. Eh bien justement j'aimerais me garder de l'énergie pour ma propre vie au lieu de m'écrouler sur le canapé quand je reviens du boulot.
Et on perd du temps...Et j'ai des CE2 avec un niveau catastrophique.
Et si je suis hors sujet je m'en fous, ça me fait (même pas) du bien de déblatérer.
Je trouve les gamins de plus en plus pénibles; Il y a quand même un truc qui cloche.
Alors, au lieu de tenir un discours sur la souffrance à l'école, on devrait peut-être dire à l'enfant qu'il a la chance d'y aller...
Marre de ces plaintes perpétuelles. Ils s'y vautrent...
Je ne tiendrai jamais jusqu'à la retraite...
Quelle année Mirobolande! Je vois bien le tableau et je comprends ton écoeurement! Tu as été plus que courageuse!
Tout mon soutien! Encore 15 jours à tenir. Courage!
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Reine Margot le Jeu 14 Juin 2012 - 7:11
@victor44 a écrit:
@Reine Margot a écrit:Tu pourrais nous détailler ce qu'est la souffrance que certains enseignants infligent à leurs élèves, Victor? par quel biais?

http://www.revue.cliopsy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=65

En particulier:

" Dans tous les métiers de l’humain, il est difficile pour les professionnels d’admettre qu’ils ne sont pas animés seulement par des intentions généreuses, l’amour des enfants, le désir de soigner ou de réparer, et qu’une « composante sadique » (Blanchard-Laville, 2006), de la violence même, peuvent être à l’œuvre aussi chez eux (éducateurs, soignants, enseignants) (Kaës, 1973 ; Cifali, 1994). "



"Ce qui est refoulé fait parfois retour de manière violente, aussi bien chez les adultes que chez les élèves, sous forme de conflits, de démobilisation, de dépression ou de passages à l’acte. Le sentiment d’insécurité lié aux attaques quotidiennes, aux « forces de déliaison », provoque un raidissement, voire à certains moments de crise, une forme de sidération collective, qui ne manquent pas d’avoir d’effet sur les élèves. Il devient difficile aux personnels d’un établissement, individuellement et collectivement, d’assurer un minimum de la contenance nécessaire dans des lieux d’éducation."

De même que chez les parents avec leurs enfants, le fait qu'il y ait une ambivalence dans nos rapports avec les élèves ne veut pas dire que les profs soient sadiques! Ni qu'ils n'aiment pas leurs élèves! Pour la sidération, je suis sidérée en effet.. :shock:

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 8:08
Tu n'as encore rien vu.
Car l'article cité ne dit en rien pourquoi les élèves français et japonais sont les plus malheureux du monde (à chaque fois que j'écris ou lis cette phrase je songe, non sans douleur, à une certaine photo, qu'il ne me sera jamais possible d'oublier, d'écoliers de Corée du Nord manifestant leur bonheur supérieur à celui des élèves français et japonais en défilant et agitant des fleurs au passage du petit père du pays du bonheur...).

Sans doute cette composante sadique n'existe-t-elle que dans les psychés japonaises et françaises. Nul doute que Victor nous éclairera bientôt.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 8:17
@victor44 a écrit:Ados j'appelais ça des vieux cons
Déjà, vous aviez le regard lucide et le propos humble.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Dugong
Niveau 9

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Dugong le Jeu 14 Juin 2012 - 9:10
Au bon endroit, cette foi(s) ... :

V44 est un vieux cureton déguisé en enseignant révolutionnaire. Evidemment, quand l'exaltation le surchauffe, il confond bien un peu insurrection et résurrection.

Pour abaisser sa tension interne, je lui suggère de faire un petit chemin de croix sur le saint site du se-unsa en cochant toutes les cases notées "indispensable" de l'amusant petit quizz d'été * qui y est proposé :

http://www.se-unsa.org/quest_exigeants/index.php

* ça en faire ramer certains sur le sable ...
avatar
victor44
Habitué du forum

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par victor44 le Jeu 14 Juin 2012 - 12:01
@JPhMM a écrit:Tu n'as encore rien vu.
Car l'article cité ne dit en rien pourquoi les élèves français et japonais sont les plus malheureux du monde (à chaque fois que j'écris ou lis cette phrase je songe, non sans douleur, à une certaine photo, qu'il ne me sera jamais possible d'oublier, d'écoliers de Corée du Nord manifestant leur bonheur supérieur à celui des élèves français et japonais en défilant et agitant des fleurs au passage du petit père du pays du bonheur...).

Sans doute cette composante sadique n'existe-t-elle que dans les psychés japonaises et françaises. Nul doute que Victor nous éclairera bientôt.

Les articles ne font pas référence aux mêmes études mais toutes dénoncent une vraie souffrance des élèves en france (y compris des bons) plus que dans les autres pays.

Dugong, pour ta gouverne, j'ai effectivement la foi mais pour mon métier, on peut-être athée laïc et impliqué, c'est pas incompatible. J'espère que le fait d'être sensible à la douleur d'autrui n'est pas réservé aux membre du clergé.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 12:04
@victor44 a écrit:
@JPhMM a écrit:Tu n'as encore rien vu.
Car l'article cité ne dit en rien pourquoi les élèves français et japonais sont les plus malheureux du monde (à chaque fois que j'écris ou lis cette phrase je songe, non sans douleur, à une certaine photo, qu'il ne me sera jamais possible d'oublier, d'écoliers de Corée du Nord manifestant leur bonheur supérieur à celui des élèves français et japonais en défilant et agitant des fleurs au passage du petit père du pays du bonheur...).

Sans doute cette composante sadique n'existe-t-elle que dans les psychés japonaises et françaises. Nul doute que Victor nous éclairera bientôt.

Les articles ne font pas référence aux mêmes études mais toutes dénoncent une vraie souffrance des élèves en france (y compris des bons) plus que dans les autres pays.
Suspect :gratte: 🐘
Je parlais de l'article de psychanalyse...............

...

Laissez tomber............................................................................................................................

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
JaneB
Fidèle du forum

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JaneB le Jeu 14 Juin 2012 - 12:04
@Reine Margot a écrit:
@victor44 a écrit:
@Reine Margot a écrit:Tu pourrais nous détailler ce qu'est la souffrance que certains enseignants infligent à leurs élèves, Victor? par quel biais?

http://www.revue.cliopsy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=65

En particulier:

" Dans tous les métiers de l’humain, il est difficile pour les professionnels d’admettre qu’ils ne sont pas animés seulement par des intentions généreuses, l’amour des enfants, le désir de soigner ou de réparer, et qu’une « composante sadique » (Blanchard-Laville, 2006), de la violence même, peuvent être à l’œuvre aussi chez eux (éducateurs, soignants, enseignants) (Kaës, 1973 ; Cifali, 1994). "




"Ce qui est refoulé fait parfois retour de manière violente, aussi bien chez les adultes que chez les élèves, sous forme de conflits, de démobilisation, de dépression ou de passages à l’acte. Le sentiment d’insécurité lié aux attaques quotidiennes, aux « forces de déliaison », provoque un raidissement, voire à certains moments de crise, une forme de sidération collective, qui ne manquent pas d’avoir d’effet sur les élèves. Il devient difficile aux personnels d’un établissement, individuellement et collectivement, d’assurer un minimum de la contenance nécessaire dans des lieux d’éducation."

De même que chez les parents avec leurs enfants, le fait qu'il y ait une ambivalence dans nos rapports avec les élèves ne veut pas dire que les profs soient sadiques! Ni qu'ils n'aiment pas leurs élèves! Pour la sidération, je suis sidérée en effet.. :shock:
Je suis sidérée aussi...
En quoi cette " composante sadique" chez les enseignants fait avancer le débat? Si " composante sadique" il y a heu , elle doit se retrouver chez tous les enseignants , non? Et pas juste chez les enseignants français ou japonais??
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 12:08
@JaneB a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@victor44 a écrit:
@Reine Margot a écrit:Tu pourrais nous détailler ce qu'est la souffrance que certains enseignants infligent à leurs élèves, Victor? par quel biais?

http://www.revue.cliopsy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=65

En particulier:

" Dans tous les métiers de l’humain, il est difficile pour les professionnels d’admettre qu’ils ne sont pas animés seulement par des intentions généreuses, l’amour des enfants, le désir de soigner ou de réparer, et qu’une « composante sadique » (Blanchard-Laville, 2006), de la violence même, peuvent être à l’œuvre aussi chez eux (éducateurs, soignants, enseignants) (Kaës, 1973 ; Cifali, 1994). "




"Ce qui est refoulé fait parfois retour de manière violente, aussi bien chez les adultes que chez les élèves, sous forme de conflits, de démobilisation, de dépression ou de passages à l’acte. Le sentiment d’insécurité lié aux attaques quotidiennes, aux « forces de déliaison », provoque un raidissement, voire à certains moments de crise, une forme de sidération collective, qui ne manquent pas d’avoir d’effet sur les élèves. Il devient difficile aux personnels d’un établissement, individuellement et collectivement, d’assurer un minimum de la contenance nécessaire dans des lieux d’éducation."

De même que chez les parents avec leurs enfants, le fait qu'il y ait une ambivalence dans nos rapports avec les élèves ne veut pas dire que les profs soient sadiques! Ni qu'ils n'aiment pas leurs élèves! Pour la sidération, je suis sidérée en effet.. :shock:

En quoi cette " composante sadique" chez les enseignants fait avancer le débat? Si " composante sadique" il y a heu , elle doit se retrouver chez tous les enseignants , non? Et pas juste chez les enseignants français ou japonais??

@JPhMM a écrit:Sans doute cette composante sadique n'existe-t-elle que dans les psychés japonaises et françaises. Nul doute que Victor nous éclairera bientôt.
Merci veneration
Tu déduis de cette lecture la même question que moi... à la fin je commençais à me demander sincèrement pourquoi V44 me répondait toujours à côté de la plaque... je dois tristement me rendre à l'évidence de la seule réponse possible. humhum

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Trinity
Sage

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Trinity le Jeu 14 Juin 2012 - 12:18
@Reine Margot a écrit:
De même que chez les parents avec leurs enfants, le fait qu'il y ait une ambivalence dans nos rapports avec les élèves ne veut pas dire que les profs soient sadiques! Ni qu'ils n'aiment pas leurs élèves! Pour la sidération, je suis sidérée en effet.. :shock:

Je me fais jeter des pierres si je dis que, non, je n'aime pas mes élèves ? Je ne suis pas là pour ça. Certes, j'en apprécie certains, mais je ne les aime pas. Ce qui ne m'empêche pas de dépenser une énergie considérable pour en faire progresser un maximum, sans enfoncer les plus fragiles, mais sans considération particulière pour tous les glandeurs qui perturbent continuellement le cours.

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein

avatar
Clarinette
Guide spirituel

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Clarinette le Jeu 14 Juin 2012 - 12:54
Victor, tu clames haut et fort que tu veux du bien à tes élèves, à l'inverse de la tendance sadique d'une majorité de profs (français et japonais, faut-il le rappeler ? Rolling Eyes). Moi, ce que je veux surtout, c'est les faire réussir, parce que c'est en réussissant que l'on se sent bien, et pas forcément l'inverse. Considérer ses élèves comme des élèves, justement, et pas comme des enfants, ou des adolescents, ou le fils de Machin, c'est offrir la même chance à tous.

Quand je suis au boulot, j'y suis en tant que prof, et pas en tant que mère de trois enfants, randonneuse du dimanche, passionnée d'aéromodélisme et que sais-je encore. Etre considérée comme autre chose que professeur dans l'exercice de mes fonctions me semblerait une immixtion intolérable dans ma vie privée. Il en va de même pour les élèves. Ce n'est pas du sadisme, c'est redonner à l'élève le statut qu'il devrait avoir dès qu'il franchit les grilles.

Dernière remarque, qui n'est pas sans rapport avec tout ce qui s'est dit ici : les premiers posts que j'ai lus de toi comportaient des fautes d'orthographe. Plusieurs d'entre nous s'en étaient d'ailleurs émus (et un peu gaussés...). Ce n'est plus le cas à présent. Deux hypothèses me viennent à l'esprit : soit tu t'es amélioré à notre contact, soit tu as décidé d'y porter plus d'attention, afin que ton orthographe défaillante n'invalide pas le fond de ton discours.
Eh bien, c'est exactement ce que je fais quand je demande à Machin en classe de s'exprimer correctement, d'écrire correctement, etc... Je lui donne l'occasion de soigner le fond et la forme de son travail, sans vouloir lui éviter cette contrainte sous le prétexte lénifiant que chez lui, on parle comme des charretiers. Il est censé s'exprimer de façon adaptée, point à la ligne. Son histoire perso, à ce niveau-là, je m'en fous. C'est ça, pour moi, l'école républicaine.
avatar
lene75
Empereur

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par lene75 le Jeu 14 Juin 2012 - 14:05
Cripure a écrit:Vous pouvez gueuler, victor44, n'empêche que ceux qui tiennent votre discours sont, dans les établissements, les plus démagos et les plus méprisants envers les élèves qu'on leur confie..



Ça me hérisse le poil quand on me dit que vouloir que mes élèves écrivent correctement est élitiste parce que "ces élèves-là ne le peuvent pas", parce que ce qu'on leur propose (des trucs au rabais), "c'est déjà bien pour eux". Parce que "on ne va pas leur demander la même chose que dans les lycée de [la ville huppée d'à-côté]". Bah si, justement, mon objectif à moi, c'est qu'ils arrivent au même niveau que dans la ville huppée, parce qu'ils ne sont pas plus bêtes que les gamins d'à-côté. Et je n'ai même pas des élèves défavorisés, alors j'imagine à peine ce qu'on peut entendre en ZEP !

J'ai la chance d'avoir des grands, alors on peut discuter. Dernier devoir, j'ai un petit glandu qui a 4/20, qui se plaint qu'il n'y arrive pas (il ne note même pas les cours), qu'on pourrait faire des choses plus faciles, noter plus gentiment, etc. Je lui explique que si je mettais 20 à son devoir, ça signifierait que je pense qu'il n'est pas capable de faire mieux que ça, et je lui demande si c'est ce qu'il veut, et là, il me répond : "Alors là, je le prendrais vraiment mal, vous croyez quand même pas que je ne peux pas faire mieux que ça [en me montrant sa copie] ???". Je lui réponds : "Bah non, justement, c'est pour ça que je vous mets 4 : j'estime qu'il y a largement 16 points entre ce que vous me rendez et ce à quoi vous pourriez arriver". Il m'a remerciée et m'a dit que ça le rassurait...

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par User5899 le Jeu 14 Juin 2012 - 17:34
@victor44 a écrit:Vous voudriez que le monde soit différent de ce qu'il est , que les jeunes soient adultes et responsables, qu'ils arretent de vous gonfler. Ados j'appelais ça des vieux cons
Les ados qu'on a en face de nous ? Ah oui, entièrement d'accord. A branlotter leurs portables, on dirait des parkinsoniens Very Happy
Ah non, suis-je sot... C'est moi, le vieux con... Oh mais ce n'est pas très grave, vous savez. Un ado qui pense ça m'indiffère pas mal. Tant que j'en aurai quelques uns qui m'attribuent une responsabilité même minime dans leur réussite aux ENS...
avatar
Aurore
Esprit éclairé

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Aurore le Jeu 14 Juin 2012 - 19:05
@JaneB a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@victor44 a écrit:
@Reine Margot a écrit:Tu pourrais nous détailler ce qu'est la souffrance que certains enseignants infligent à leurs élèves, Victor? par quel biais?

http://www.revue.cliopsy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=65

En particulier:

" Dans tous les métiers de l’humain, il est difficile pour les professionnels d’admettre qu’ils ne sont pas animés seulement par des intentions généreuses, l’amour des enfants, le désir de soigner ou de réparer, et qu’une « composante sadique » (Blanchard-Laville, 2006), de la violence même, peuvent être à l’œuvre aussi chez eux (éducateurs, soignants, enseignants) (Kaës, 1973 ; Cifali, 1994). "




"Ce qui est refoulé fait parfois retour de manière violente, aussi bien chez les adultes que chez les élèves, sous forme de conflits, de démobilisation, de dépression ou de passages à l’acte. Le sentiment d’insécurité lié aux attaques quotidiennes, aux « forces de déliaison », provoque un raidissement, voire à certains moments de crise, une forme de sidération collective, qui ne manquent pas d’avoir d’effet sur les élèves. Il devient difficile aux personnels d’un établissement, individuellement et collectivement, d’assurer un minimum de la contenance nécessaire dans des lieux d’éducation."

De même que chez les parents avec leurs enfants, le fait qu'il y ait une ambivalence dans nos rapports avec les élèves ne veut pas dire que les profs soient sadiques! Ni qu'ils n'aiment pas leurs élèves! Pour la sidération, je suis sidérée en effet.. :shock:
Je suis sidérée aussi...
En quoi cette " composante sadique" chez les enseignants fait avancer le débat? Si " composante sadique" il y a heu , elle doit se retrouver chez tous les enseignants , non? Et pas juste chez les enseignants français ou japonais??
Donc aussi chez l'ami V44 qui n'échappe pas à la règle ! yesyes
avatar
Pryneia
Niveau 10

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Pryneia le Jeu 14 Juin 2012 - 21:10
Cripure a écrit:
@doubledecker a écrit:j'ai parcouru les réponses des uns et des autres sur ce fil et ce que j'ai pu y laisse me laisse dubitative : pourquoi les fait que certains élèves (même si ce n'est que 10% cela ne me semble non négligeable, n'en déplaise à Cripure) soient en souffrance à l'école amène-t-il autant de réaction épidermiques???
Parce qu'on en a marre d'être sans arrêt renvoyés à une image de tortionnaires sous prétexte que
-on met des notes et pas des ch'tites fleurs dans les marges
-on fait des cours et pas des séances d'animation avec des télécommandes
-on leur procure gratuitement de quoi s'élever un peu.
Marre d'être tenus pour responsables de tous les dysfonctionnements de la société.
Marre qu'une bonne partie des nouveaux collègues se voient animateurs plus que profs et discourent sans cesse à seule fin d'instiller de la mauvaise conscience.
Je fais mon boulot. S'ils pensent qu'ils souffrent chez moi, ils n'ont qu'à aller faire un stage de quinze jours en Birmanie. Après, on en reparlera. Pareil pour les belles âmes sgenardes, unsaiennes, hèfcépéhesques et casse-noix.
Parce que là... M erde ! furieux

Comme souvent, je suis entièrement d'accord avec ce cher Cripure.
On n'est pas là pour cirer les pompes aux gamins ! Il s'agit bien de les faire bosser ! Apprendre nécessite un effort, il faut l'accepter. Ils sortiront grandis de cette expérience, on leur rend service. Bien sûr, il faut éviter les brimades et autres humiliations gratuites, qui sont des maltraitances, mais qu'on n'aille pas me dire qu'on inflige un supplice aux élèves en tentant de leur montrer la beauté de Phèdre. :shock:
avatar
Pryneia
Niveau 10

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Pryneia le Jeu 14 Juin 2012 - 21:18
@Docteur OX a écrit:Cette souffrance des mômes est incroyable en ce moment dans mon bahut:
- douleurs articulaires pour emmener ses affaires de classe
- migraine soudaine au moment où il faut faire un exercice type-brevet
- palpitations quand il s'agit de commencer les révisions à partir du cahier
- exéma foudroyant lorsque le prof demande à un élève de se réveiller
- crise cardiaque finale quand il faut sortir l'agenda pour des exos à faire pour le lendemain


J'ai éclaté de rire à la lecture de ton post Laughing Laughing

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Spinoza1670 le Jeu 14 Juin 2012 - 21:24
@Pryneia a écrit:
Cripure a écrit:
@doubledecker a écrit:j'ai parcouru les réponses des uns et des autres sur ce fil et ce que j'ai pu y laisse me laisse dubitative : pourquoi les fait que certains élèves (même si ce n'est que 10% cela ne me semble non négligeable, n'en déplaise à Cripure) soient en souffrance à l'école amène-t-il autant de réaction épidermiques???
Parce qu'on en a marre d'être sans arrêt renvoyés à une image de tortionnaires sous prétexte que
-on met des notes et pas des ch'tites fleurs dans les marges
-on fait des cours et pas des séances d'animation avec des télécommandes
-on leur procure gratuitement de quoi s'élever un peu.
Marre d'être tenus pour responsables de tous les dysfonctionnements de la société.
Marre qu'une bonne partie des nouveaux collègues se voient animateurs plus que profs et discourent sans cesse à seule fin d'instiller de la mauvaise conscience.
Je fais mon boulot. S'ils pensent qu'ils souffrent chez moi, ils n'ont qu'à aller faire un stage de quinze jours en Birmanie. Après, on en reparlera. Pareil pour les belles âmes sgenardes, unsaiennes, hèfcépéhesques et casse-noix.
Parce que là... M erde ! furieux

Comme souvent, je suis entièrement d'accord avec ce cher Cripure.
On n'est pas là pour cirer les pompes aux gamins ! Il s'agit bien de les faire bosser ! Apprendre nécessite un effort, il faut l'accepter. Ils sortiront grandis de cette expérience, on leur rend service. Bien sûr, il faut éviter les brimades et autres humiliations gratuites, qui sont des maltraitances, mais qu'on n'aille pas me dire qu'on inflige un supplice aux élèves en tentant de leur montrer la beauté de Phèdre. :shock:
Si, je pense que c'est possible de larguer ceux qui n'ont pas du tout le niveau. Si c'est largement au-delà de leur ZPD, ils sont en surcharge cognitive et décrochent.
D'où l'intérêt d'avoir des classes homogènes permettant d'enseigner correctement pour tous des choses correspondant à leur niveau. Sinon les problèmes d'apprentissage s'enkystent, l'écart se creuse, les bons deviennent meilleurs, les moins bons plongent de plus en plus (effet Matthieu).


Dernière édition par Spinoza1670 le Jeu 14 Juin 2012 - 21:25, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Dhaiphi le Jeu 14 Juin 2012 - 21:25
@Pryneia a écrit:Bien sûr, il faut éviter les brimades et autres humiliations gratuites, qui sont des maltraitances, mais qu'on n'aille pas me dire qu'on inflige un supplice aux élèves en tentant de leur montrer la beauté de Phèdre. :shock:
Phèdre : Irrépressible passion et éternelle fascination.



Il suffit de choisir les scènes les plus... motivantes. Razz

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Pryneia
Niveau 10

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Pryneia le Jeu 14 Juin 2012 - 21:30
@Dhaiphi a écrit:
@Pryneia a écrit:Bien sûr, il faut éviter les brimades et autres humiliations gratuites, qui sont des maltraitances, mais qu'on n'aille pas me dire qu'on inflige un supplice aux élèves en tentant de leur montrer la beauté de Phèdre. :shock:
Phèdre : Irrépressible passion et éternelle fascination.



Il suffit de choisir les scènes les plus... motivantes. Razz

Razz Embarassed "Voilà mon coeur : c'est là que ta main doit frapper."

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
Pryneia
Niveau 10

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Pryneia le Jeu 14 Juin 2012 - 21:33
@Spinoza1670 a écrit:
@Pryneia a écrit:
Cripure a écrit:
@doubledecker a écrit:j'ai parcouru les réponses des uns et des autres sur ce fil et ce que j'ai pu y laisse me laisse dubitative : pourquoi les fait que certains élèves (même si ce n'est que 10% cela ne me semble non négligeable, n'en déplaise à Cripure) soient en souffrance à l'école amène-t-il autant de réaction épidermiques???
Parce qu'on en a marre d'être sans arrêt renvoyés à une image de tortionnaires sous prétexte que
-on met des notes et pas des ch'tites fleurs dans les marges
-on fait des cours et pas des séances d'animation avec des télécommandes
-on leur procure gratuitement de quoi s'élever un peu.
Marre d'être tenus pour responsables de tous les dysfonctionnements de la société.
Marre qu'une bonne partie des nouveaux collègues se voient animateurs plus que profs et discourent sans cesse à seule fin d'instiller de la mauvaise conscience.
Je fais mon boulot. S'ils pensent qu'ils souffrent chez moi, ils n'ont qu'à aller faire un stage de quinze jours en Birmanie. Après, on en reparlera. Pareil pour les belles âmes sgenardes, unsaiennes, hèfcépéhesques et casse-noix.
Parce que là... M erde ! furieux

Comme souvent, je suis entièrement d'accord avec ce cher Cripure.
On n'est pas là pour cirer les pompes aux gamins ! Il s'agit bien de les faire bosser ! Apprendre nécessite un effort, il faut l'accepter. Ils sortiront grandis de cette expérience, on leur rend service. Bien sûr, il faut éviter les brimades et autres humiliations gratuites, qui sont des maltraitances, mais qu'on n'aille pas me dire qu'on inflige un supplice aux élèves en tentant de leur montrer la beauté de Phèdre. :shock:
Si, je pense que c'est possible de larguer ceux qui n'ont pas du tout le niveau. Si c'est largement au-delà de leur ZPD, ils sont en surcharge cognitive et décrochent.
D'où l'intérêt d'avoir des classes homogènes permettant d'enseigner correctement pour tous des choses correspondant à leur niveau. Sinon les problèmes d'apprentissage s'enkystent, l'écart se creuse, les bons deviennent meilleurs, les moins bons plongent de plus en plus (effet Matthieu).

Tout à fait d'accord avec toi en ce qui concerne les classes homogènes. Les classes hétérogènes provoquent en effet beaucoup de souffrance, tant chez les élèves que chez les profs...

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 21:33
Ça a l'air diablement intéressant, Phèdre...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Reine Margot le Jeu 14 Juin 2012 - 21:37
@Pryneia a écrit:
@Docteur OX a écrit:Cette souffrance des mômes est incroyable en ce moment dans mon bahut:
- douleurs articulaires pour emmener ses affaires de classe
- migraine soudaine au moment où il faut faire un exercice type-brevet
- palpitations quand il s'agit de commencer les révisions à partir du cahier
- exéma foudroyant lorsque le prof demande à un élève de se réveiller
- crise cardiaque finale quand il faut sortir l'agenda pour des exos à faire pour le lendemain


J'ai éclaté de rire à la lecture de ton post Laughing Laughing


lol! lol! lol!


- flemmingite aigue
- excroissance subite de poil dans la main.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Dhaiphi le Jeu 14 Juin 2012 - 21:43
@JPhMM a écrit:Ça a l'air diablement intéressant, Phèdre...
En effet : quelques longueurs mais des répliques cultes. Razz Very Happy

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Vudici
Fidèle du forum

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Vudici le Jeu 14 Juin 2012 - 21:46
@Reine Margot a écrit:
@Pryneia a écrit:
@Docteur OX a écrit:Cette souffrance des mômes est incroyable en ce moment dans mon bahut:
- douleurs articulaires pour emmener ses affaires de classe
- migraine soudaine au moment où il faut faire un exercice type-brevet
- palpitations quand il s'agit de commencer les révisions à partir du cahier
- exéma foudroyant lorsque le prof demande à un élève de se réveiller
- crise cardiaque finale quand il faut sortir l'agenda pour des exos à faire pour le lendemain


J'ai éclaté de rire à la lecture de ton post Laughing Laughing


lol! lol! lol!


- flemmingite aigue
- excroissance subite de poil dans la main.

Pire:
-hypertrichose palmaire stade terminal...
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par JPhMM le Jeu 14 Juin 2012 - 21:47
@Dhaiphi a écrit:
@JPhMM a écrit:Ça a l'air diablement intéressant, Phèdre...
En effet : quelques longueurs mais des répliques cultes. Razz Very Happy
lol!

(J'allais écrire "T'es c on MDR!" tellement ça m'a fait rire !)

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Contenu sponsorisé

Re: Vincent Peillon : "Les enfants français sont ceux qui souffrent le plus, avec les petits japonais".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum