La prochaine réforme : l'évaluation

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par the educator le Ven 22 Mai 2015 - 7:18

Tout ces gens qui réfléchissent à une reconversion.... On fait le bilan dans deux ans???


Bin pourquoi? l'idée de compétences vient directement du monde de l'entreprise. Qui peut croire encore que l'objectif de l'école est de former des individus autonomes capables de penser par eux-mêmes? il faut de la main d'oeuvre, c'est tout
J’adore ce genre de reflexions. A chaque fois je rappelle que ces gens issus de le "grande" école, celles des années fastes, ces gens là donc autonomes et capables de penser par eux mêmes, ce sont eux qui peu ou prou nous ont jetés là où nous sommes, économiquement, socialement, écologiquemnt et pour moi cela doit suffire à démonter l'admiration que l'on a pour ces "grands esprits", qu'ils aient été à l'origine de ces changements ou simplement incapables d'y resister. Je ne supporte pas les bricolages de ce gouvernement, les idées piquées ailleurs, mal digérées, mal recrachées, mais entendre une école se revendiquer libératrice, formatrice de pensée critique aujourd'hui, alors qu'un prof sur quatre était gréviste mardi, qu'un sur 50 (sur 500?) était dans la rue, que les discussion à la cantine passent des programmes tv de la veille à la santé du petit dernier...
Alors oui, on nous prépare une belle platée de vomi avec ce bazar sur l'évaluation, mais par pitié, que l'on arrête de se raccrocher à un pseudo héritage des lumières, et la tradition de Ferry, parce que dans cette voie, nous n'avons pas d'avenir non plus.


Dernière édition par the educator le Ven 22 Mai 2015 - 7:31, édité 1 fois

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par amalricu le Ven 22 Mai 2015 - 7:25

Je pratique l'évaluation par compétences en 6 ème sur décision unilatérale de la direction qui a coulé le lycée (collège rattaché d'une cité scolaire) l'année dernière au bac (dernier du département, chapeau !). Ce que j'en retiens :

- plus facile à corriger pour moi en temps, mais plus flou et imprécis pour les élèves,
- les élèves se comparent quand même les couleurs et font la tête en cas de mauvaises couleurs,
- les élèves vulnérables restent toujours en difficulté, mais avec les pastilles colorées, on met la poussière sous le tapis...

Dans mes classes de 5ème, certains de mes devoirs obtiennent une moyenne de 14-15 : la note n'est donc pas incompatible avec la "bienveillance" et un collègue saqueur peut le faire avec des pastilles colorées...les travaux en docimologie et surtout l'apport de la constante macabre permettent d'utiliser la note avec plus d'intelligence que d'expérimenter la méthode hasardeuse des pastilles bisounours...

De plus, mes devoirs évaluent non seulement la maîtrise de connaissances mais aussi des capacités à lire, étudier et commenter des documents.

Bref, encore une marotte qui fait diversion sur les vrais problèmes du collège : les sureffectifs des classes, la discipline (ou pas surtout....avec une CPE cossarde, fuyante et "bienveillante", le mépris de notre métier...).

Ce chantier a au moins le mérite de donner une légitimité sociale et un pécule financier à des pédagogues en chambre.


Dernière édition par amalricu le Ven 22 Mai 2015 - 8:47, édité 2 fois

amalricu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Jane le Ven 22 Mai 2015 - 7:27

@the educator a écrit:Tout ces gens qui réfléchissent à une reconversion.... On fait le bilan dans deux ans???

Aucun problème. Si les non profs sont acceptés ici, on en recause, aucun souci.

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par the educator le Ven 22 Mai 2015 - 7:41

Et puis un dernier truc: je comprends que la note soit l'un des derniers moyens de pressions qui marche, sur quelques élèves encore, et le fait de le retirer pose naturellement problème: comment faire comprendre à un enfant pour qui apprendre depuis le debut permet d'avoir sa recompense chiffrée qu'il est aussi possible, dans un monde parallèle, d'apprendre pour d'autres raisons?
Je trouve ça TRES dangereux, de se raccrocher à l'idée qu'ils travaillent POUR une note, encore une fois c'est entrer dans une spirale qui fait qu'on a ensuite des adultes incapables d'apprendre quoi que ce soit (puisqu'apprendre c'est a l'ecole, et en echange d'une note). Que cela crée des individus serviles, incapable de travailler sans la moindre récompense (lire ici le nombre de personne qui justifie leur travail de prof a vie par le fait d'avoir bien travaillé pour le concours), et que l'on peut mettre sous la coupe d'un salaire avec la plus grande facilité.
J'extrapole, je caricature, je déforme, mais c'est ce que j'en ressens, quand une société perd le sens de l'une des fonctions les plus naturelles de l'homme, l'apprentissage et que son école se retranche derrière cette note comme graal utltime de ceux qui apprennent....

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par henriette le Ven 22 Mai 2015 - 8:13

Je constate juste pour ma part que des pays qui ont testé l'évaluation sans note (tout récemment encore la Suisse) abandonnent cette voie et reviennent à la note chiffrée. Il doit bien y avoir une raison, je me dis...

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par stanleymilgram le Ven 22 Mai 2015 - 8:28

Nos enfants sont donc des cobayes....

stanleymilgram
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par the educator le Ven 22 Mai 2015 - 8:55

Il doit bien y avoir une raison, je me dis...
Je ne dis pas le contraire, dans un système ou l'apprentissage ne se fait qu'a la recompense, retirer la récompense, c'est une catastrophe.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par MUTIS le Ven 22 Mai 2015 - 9:00

@the educator a écrit:
Il doit bien y avoir une raison, je me dis...
Je ne dis pas le contraire, dans un système ou l'apprentissage ne se fait qu'a la recompense, retirer la récompense, c'est une catastrophe.
Parce que récompenser, c'est mal. Parce que valoriser l'effort, les progrès... c'est pas bien. Et les notes sont forcément des sanctions ? Non, elles peuvent être utilisées comme de formidables outils de motivation. Malheureusement, faut que j'y aille. Mais que de poncifs dans ce discours anti-notes !

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par celitian le Ven 22 Mai 2015 - 9:03

Dans un MOOC sur l'enseignement avec le numérique, le concept d'évaluation était abordée en insistant notamment sur "les limites du modèle de l'évaluation comme mesure", un petit extrait :
"Les modèles de l’évaluation évoluent au gré des résistances et des limites observées et en suivant les évolutions de la société, dans lesquelles l’apparition de l’informatique a joué un rôle important. Le modèle de l’évaluation comme mesure a été fréquemment revisité. Les modèles qui ont émergé n’excluent en effet pas la mesure, mais on observe des changements de perspective. Il est demandé à l’évaluation de tenir compte des dimensions métacognitives, sociales, affectives, etc., d’évaluer des pratiques, de ne pas se limiter à des produits mais d’inclure les processus cognitifs. L’évaluation basée exclusivement sur le contrôle des connaissances est remise en question et une évaluation plus soucieuse des progrès et des processus cognitifs se trouve ainsi recherchée. Ces exigences appellent des modèles de l’évaluation autres que le modèle de la mesure."
Bon, moi je n'ai pas compris concrètement comment on allait faire  heu  

Ils abordent aussi la notion d'évaluation située grâce à l'informatique.

J'avoue que ce MOOC ne m'a pas intéressé du tout et que les intervenants parlent un langage que je ne maitrise absolument pas (n'ayant pas eu a la chance de passer par subir l'IUFM). Et que, parfois, j'ai trouvé les propos effrayants.

celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Finrod le Ven 22 Mai 2015 - 9:14

@the educator a écrit:Et puis un dernier truc: je comprends que la note soit l'un des derniers moyens de pressions qui marche, sur quelques élèves encore, et le fait de le retirer pose naturellement problème: comment faire comprendre à un enfant pour qui apprendre depuis le debut permet d'avoir sa recompense chiffrée qu'il est aussi possible, dans un monde parallèle, d'apprendre pour d'autres raisons?
Je trouve ça TRES dangereux, de se raccrocher à l'idée qu'ils travaillent POUR une note, encore une fois c'est entrer dans une spirale qui fait qu'on a ensuite des adultes incapables d'apprendre quoi que ce soit (puisqu'apprendre c'est a l'ecole, et en echange d'une note). Que cela crée des individus serviles, incapable de travailler sans la moindre récompense (lire ici le nombre de personne qui justifie leur travail de prof a vie par le fait d'avoir bien travaillé pour le concours), et que l'on peut mettre sous la coupe d'un salaire avec la plus grande facilité.
J'extrapole, je caricature, je déforme, mais c'est ce que j'en ressens, quand une société perd le sens de l'une des fonctions les plus naturelles de l'homme, l'apprentissage et que son école se retranche derrière cette note comme graal utltime de ceux qui apprennent....

Faire comprendre aux élèves que la note n'est pas une fin en soi nécessite de les y confronter et de faire le travail pédagogique nécessaire. La note elle même étant utile pour d'autre raisons, en termes d'évaluation objective et facilement lisible.  

On peut considérer qu'un élève qui a réussi à comprendre que cette note n'est pas l'alpha et l'omega de son travail est capable de travailler sans notes, de travailler pour lui même et a acquis la maturité nécessaire. Mais cette maturité est elle même une donnée trop difficilement maitrisable dans le système - libre arbitre oblige. Cependant il existe des facteurs qui ont une influence dessus au sein de l'école et qu'il nous faut défendre :  l'effort, le travail nécessaire, l'ouverture culturelle vers par exemple la littérature  ou les langues anciennes peuvent aider des enfants à construire des personnalités plus riches dès le collège.

On en arrive à des réflexions (vaguement philosophiques) plus générales sur la notion de succès ou d'échec et sa perception relative par l'individu qui l'expérimente. Une bonne note... et après ?  Il faut faire prendre conscience à l'élève de cet objectif atteint, du fait qu'il n'est pas nécessaire d'en faire une quête perpétuelle mais qu'il a acquis les outils nécessaires à une réflexion plus profonde sur lui même.  La note, c'est la reconnaissance marquée de sa première existence sociale, qui peut lui permettre de s'affirmer en tant qu'individu parmi les autres.  C'est ce premier pas sur lequel l'enseignant peut s'appuyer pour faire entrer l'élève dans une logique plus étoffée de perception de son propre rôle social .

Mais cela présuppose que bien des pas ont été franchis avant d'en arriver à de tels objectifs - qui en fait ne seraient pas déplacés dans des formations pour adulte - un long cheminement de l'élève qui commence par la compréhension des attendus, la confiance nécessaire à l'acceptation de la hiérarchie éducative et la volonté de suivre les règles imposées - ces éléments permettant à l'élève de rentrer dans la logique du système éducatif, travail et apprentissage afin d'y acquérir au final la reconnaissance cherchée.    
Mais ce qui caractérise cet élève, par définition, c'est le besoin d'un cadre et de repères simples - ceux ci devant prendre en compte le triptyque Compréhension/ Confiance /  Soumission  (soumission à une règle, pas à un enseignant !)  et la note est un premier pas simple et utile qui permet à l'élève l'élaborer l'architecture d'une première conception de son moi social (rien à voir avec la socialisation et le fait de se faire des copains, je parle de l'individu et de la manière dont il conçoit sa place dans la société). Elle lui permet de comprendre qu'il est là pour apprendre et la connaissance du mode d'évaluation créé un premier cadre de confiance (l'incertitude étant au contraire source d'anxiété et de rejet), ainsi il se soumet plus ou moins volontairement et il reste la question du maintient d'un lien de confiance, malgré les échecs inévitables qui se traduisent immanquablement par des notes décevantes.

Alors évidemment, tout ne se passe pas toujours comme prévu.  Il peut exister 1000 causes qui mettront un jeune en échec - car certaines données très subjectives entrent en compte. Comprendre l'école est difficile, faire confiance l'est encore plus, la peur d'être jugée est naturelle et certains pédagogues se focalisent la dessus. Ils n'ont pas tort sur le diagnostic mais proposent souvent des solutions absurdes.  Retrouver la confiance en renonçant à toutes les difficultés ! Paradoxalement, et nous le savons pour le vivre au quotidien, plus le système renonce, plus il perd la confiance de tout le monde. Car échouer dans un système exigeant n'a pas vraiment d'importance là où l'échec est érigé en rang d'étape presque indispensable et souvent récurrente - échouer dans un système qui renonce, qui fait artificiellement réussir,  c'est la garantie d'être isolé, de se sentir seul et de perdre confiance en soi - car au delà du retour que l'enseignant donne à l'élève sur son travail, ce dernier sait avoir une perception juste du mérite des efforts qu'il a fourni - mais aussi et très souvent du mérite des efforts qui sont officiellement demandés.

On en revient à de vieux débats. Ces sociologues d'antan et d'aujourd'hui  qui ont toujours voulu effacer et supprimer tout ce qui dans la société faisait office de cadre, de référant, de contenant, en particulier pour les élèves.   Ce qui est imparfait devient responsable de l'échec. Les raisonnements les plus abstrus viennent s'étaler de manière indécente sur la place publique et y étouffer toute volonté de penser - sans doute les médias russes eux même furent ils moins veulent durant la crise tchétchène.

Et après...  

Je crois que la plus mauvaise nouvelle pour nous est que le système va survivre.   Car il survivra grâce aux efforts décuplés des enseignants, et qu'ils ne recevront aucune reconnaissance pour ce qui sera bientôt reconnu comme un échec majeur.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Iphigénie le Ven 22 Mai 2015 - 9:30

J'extrapole, je caricature, je déforme, mais c'est ce que j'en ressens, quand une société perd le sens de l'une des fonctions les plus naturelles de l'homme,
l'éducation, fonction naturelle????
parce que tu crois que c'est par curiosité intellectuelle pure que l'homme a inventé le feu?
(Je propose qu'on te supprime le salaire pour voir si tu es vraiment passionné par ton boulot : ce n'est quand même pas pour un salaire que tu accomplis l'une des plus belles et naturelles fonctions, l'éducation des enfants ?)
La note ce n'est pas la récompense seulement, c'est le thermomètre: si tu n'as pas de mesure, tu n'as aucune idée d'où tu en es.
Il faut vraiment une grande perversion intellectuelle pour penser que supprimer la notation va supprimer la concurrence: les gamins se harcèlent actuellement sur leur fringues ou leur Iphone plus que sur leurs notes: on les met à poil aussi? et en sortant?
Ce rêve d'une société de bisounours où chacun égale chacun est totalement idiot: il va mettre les plus fragiles dans la dépendance totale: le monde est de plus en plus inégalitaire, et en France on veut forger les enfants à l'égalitarisme: de quoi se faire bouffer totalement, et de quoi tuer la culture par l'effacement des hiérarchies intellectuelles. On voudrait se saborder qu'on n'agirait pas mieux.
A moins que le PS ne croie ainsi rameuter des voix dans les quartiers, par démagogie effrénée (et parce que des élections, hein, ça reste concurrentiel)? Mais non, voyons.
Ce qui a tué les notes, c'est leur injustice et leur injustice vient justement du fait qu'on ne sait plus ce que l'on note à force de vouloir noyer le poisson, comme dans les examens où les consignes demandent de noter n'importe quoi et de valoriser les moindres idioties.
J
e trouve ça TRES dangereux, de se raccrocher à l'idée qu'ils travaillent POUR une note, encore une fois c'est entrer dans une spirale qui fait qu'on a ensuite des adultes incapables d'apprendre quoi que ce soit
Ton raisonnement est totalement faux: ce ne sont pas les élèves qui travaillent pour la note qui posent problème, ce sont au contraire ceux qui se foutent de la note: ceux qui te disent: "oh! mettez-moi zéro tout de suite, j'ai pas envie de refaire ce travail". Ceux-ci sont incapables de curiosité intellectuelle, pas les autres.
A chaque fois je rappelle que ces gens issus de le "grande" école, celles des années fastes, ces gens là donc autonomes et capables de penser par eux mêmes, ce sont eux qui peu ou prou nous ont jetés là où nous sommes, économiquement, socialement, écologiquemnt et pour moi cela doit suffire à démonter l'admiration que l'on a pour ces "grands esprits", qu'ils aient été à l'origine de ces changements ou simplement incapables d'y resister.
L'idée que ces gens-là gèrent les foules ne t'effleure pas? Tous ceux qui prônent en ce moment l'égalité à l'école (les Florence Robine, les NBK, les Attali pour n'en citer que quelques-uns) sont les produits purs de l'élitisme: ils sont aux postes où on gèrent les autres. Leur problème ce n'est pas l'éducation, leur problème c'est de gérer des masses en faisant en sorte qu'elles ne se transforment pas en bombe sociale: de ce point de vue, il vaut mieux en effet qu'un gamin soit à l'école jusqu'à 18 ans que dans la rue (d'autant que ça retarde d'autant de les retrouver sur un marché du travail qui n'a pas besoin d'eux), et mieux vaut dépenser le moins possible tout en gardant cette masse à l'école: donc on réduit la voilure (et on essaie de masquer le plus longtemps possible les différences qui exploseront de toute façon ensuite): c'est assez simple à comprendre en fait. On ne cherche pas à valoriser les individus, on traitent la masse. C'est un regard de gestionnaire pur, là où le professeur a des individus devant lui qu'il essaie, chacun individuellement, de tirer vers le haut.
Eux ont parfaitement réalisé leur programme contrairement à ce que tu dis: ils sont au contraire très forts en gestion des personnes et ils préparent les évolutions comme aux échecs, avec plusieurs coups d'avance sur les profs, les syndicats et le vulgus... Leur succès se trouve être contradictoire avec le nôtre mais ça ils s'en tapent. Ce n'est pas leur problème, eux ils font la route et canalisent les masses, toi, tu gères dans le détail et tu te dém...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par amalricu le Ven 22 Mai 2015 - 10:06

"Ton raisonnement est totalement faux: ce ne sont pas les élèves qui travaillent pour la note qui posent problème, ce sont au contraire ceux qui se foutent de la note: ceux qui te disent: "oh! mettez-moi zéro tout de suite, j'ai pas envie de refaire ce travail". Ceux-ci sont incapables de curiosité intellectuelle, pas les autres."

Entièrement d'accord et ces derniers se moquent totalement d'un autre mode d'évaluation...

amalricu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Thalie le Ven 22 Mai 2015 - 10:09

Merci Iphigénie. Je partage entièrement ces propos. L'élément "quartiers difficiles" a été quelque peu occulté mais je le pense déterminant pour l'élaboration de cette réforme. Il faut divertir dans tous les sens du terme les masses prêtent à exploser !

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par DesolationRow le Ven 22 Mai 2015 - 10:14

Je suis d'accord avec à peu près tout ce qu'a écrit Iphigénie.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Jane le Ven 22 Mai 2015 - 10:19

Idem.
J'ajoute que j'aurais du mail à croire à un système qui refuse la note pour les élèves et qui note les enseignants... et qui est supposé préparer dans la joie et le jeu les travailleurs de demain, qui seront eux aussi notés et évalués par leurs supérieurs Rolling Eyes

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par BrindIf le Ven 22 Mai 2015 - 10:43

Cette comparaison avec l'évaluation des travailleurs me laisse perplexe.

Je ne suis pas le patron de mes élèves, lorsque j'évalue leur travail ce n'est pas pour savoir les quels je vais augmenter ou licencier, ni pour les préparer à ce type d'évaluation confused

BrindIf
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Jane le Ven 22 Mai 2015 - 10:47

Moi non plus je ne suis pas la patronne de mes élèves Razz Razz

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Armide le Ven 22 Mai 2015 - 10:52

[quote="henriette"]
@Stéphane60150 a écrit:
@hhelene a écrit:On en est vraiment là ?
C'est vraiment la fin ?


Naaann, il reste encore plein de chose à faire avant la fin :
- Nous mettre des nez de clown pour amuser les élèves.
- Remplacer le CAPES par un BAFA. Chantier en cours
- Autoriser le port d'écouteurs en classe. Fait
- Supprimer les sanctions (trop traumatisantes). Fait
- Nous obliger à payer pour travailler.

On n'est pas toujours ( souvent, certes, mais pas toujours et parfois bien peu comparativement aux dits frais) remboursé des frais de déplacement engagés pour aller en formation, réunion de bassin, réunion de concertation...
Je n'en peux plus de ces réformes... No

Armide
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Daphné le Ven 22 Mai 2015 - 10:55

@DesolationRow a écrit:Je ne suis pas certain que le gouvernement osera se lancer dans une nouvelle étape aussi controversée. Trop près de 2017 pour en remettre une couche.

Enfin, j'espère.

"Les cons ça ose tout............."

Bref vous maîtrisez vos classiques !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Nasopi le Ven 22 Mai 2015 - 11:24

Je vais finir par démissionner...

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Iphigénie le Ven 22 Mai 2015 - 11:33

@V.Marchais a écrit:C'est sûr que si on remplace l'évaluation traditionnelle par une évaluation façon TPE institutionnalisée, on va très vite démontrer la parfaite efficacité du nouveau collège : 18 pour tout le monde, même pour ceux qui ne fichent rien, n'apprennent jamais rien.

Pas sûre que ça change nos résultats à PISA pour autant - et encore moins la question des inégalités scolaires.

A ce niveau là je ne vois qu'une chose à faire: décréter tout le monde hyper compétent, A à tous, ou gommette ou ce qu'on veut: pas question de passer une minute de concertation pour l'usine à gaz.
On verra si les parents sont contents ou s'ils crient au "foutage de gueule": quand le système foire à ce point, je crois qu'il faut accélerer la procédure.
Peut-être même qu'au lieu d'une grève du brevet, je préfèrerais y aller, et mettre 20 à tout le monde: on verrait bien les réactions. Et idem au bac: une année de bisounours.Faisons exploser les statistiques de réussite.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Jane le Ven 22 Mai 2015 - 11:38

[quote="Iphigénie"]
@V.Marchais a écrit:C'est sûr que si on remplace l'évaluation traditionnelle par une évaluation façon TPE institutionnalisée, on va très vite démontrer la parfaite efficacité du nouveau collège : 18 pour tout le monde, même pour ceux qui ne fichent rien, n'apprennent jamais rien.

Pas sûre que ça change nos résultats à PISA pour autant - et encore moins la question des inégalités scolaires.

Evidemment ! On nous prouvera ainsi par A + B tout le bien fondé de cette réforme. La question de l'évaluation posée ainsi, ce sera le coup de baguette magique qui va faire "augmenter" le niveau de façon substantielle et visible. Quant à se poser la question des savoirs... Rolling Eyes

@Iphigénie a écrit:A ce niveau là je ne vois qu'une chose à faire: décréter tout le monde hyper compétent, A à tous, ou gommette ou ce qu'on veut: pas question de passer une minute de concertation pour l'usine à gaz.
On verra si les parents sont contents ou s'ils crient au "foutage de gueule": quand le système foire à ce point, je crois qu'il faut accélerer la procédure.
Peut-être même qu'au lieu d'une grève du brevet, je préfèrerais y aller, et mettre 20 à tout le monde: on verrait bien les réactions.

On achètera la paix sociale, pour un temps. Quand tout ce petit monde débarquera à l'université et se rendra compte qu'on leur aura fait croire qu'ils étaient brillants, ce sera la grande déconfiture.

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Synapse le Ven 22 Mai 2015 - 11:41

20 à tous...Je vais commander un stock de gommettes (l'idée des tampons est aussi intéressante)...Mon bien-être sera amélioré grandement grâce à cette réforme...

_________________
« Non quia difficilia sunt non audemus, sed quia non audemus difficilia sunt. »

Synapse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Iphigénie le Ven 22 Mai 2015 - 11:41

Je parle vraiment d'une réaction collective massive: 20 à tout le monde, et en justifiant les notes très professionnellement:
"bien que le candidat n'ait pas compris le sujet, il témoigne d'une grande bonne volonté"
"Malgré les nombreuses fautes et incorrections, la copie témoigne d'une grande inventivité." etc.
Une grève du zèle en quelque sorte, à tous les niveaux de l'EN.
Vous verrez les médias , les parents, tout le système, se bloquer.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Jane le Ven 22 Mai 2015 - 11:43

Ah, mais je suis le mouvement ! Laughing

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La prochaine réforme : l'évaluation

Message par Iphigénie le Ven 22 Mai 2015 - 11:45

Et en plus on va faire exploser le budget des bourses au mérite rétablies par inadvertance. Laughing
Et émouvoir les banques qui promettent 160 euros aux mentions tb du bac...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum