A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Carnyx le Mer 15 Juil 2015 - 19:03

@Marcel Khrouchtchev a écrit:"Licence de n'importe quoi" irait bien comme nom à quelques licences au moins...
Mais qu'est-ce vous avez tous contre la psycho ? Very Happy

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 15 Juil 2015 - 19:05

@Carnyx a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:"Licence de n'importe quoi" irait bien comme nom à quelques licences au moins...
Mais qu'est-ce vous avez tous contre la psycho ? Very Happy

A côté de certaines des licences qui ont été citées, celle de psycho, c'est du béton armé Razz

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Jacq le Mer 15 Juil 2015 - 19:09

A "mon époque", l'avantage de la socio et de psycho, c'est que c'était plein de jolies demoiselles ! En histoire on se marrait un peu moins à ce sujet.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par PauvreYorick le Mer 15 Juil 2015 - 19:11

@Benji-X a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Les étudiants savent ce qu'il faut faire pour devenir PE et ne cherchent pas toujours la voie la plus difficile. En philosophie, dans le département que je connais, une proportion assez constante d'étudiants « nous quittent » après la L3 pour s'orienter ainsi. Il y a bien sûr 100% de réussite au CRPE pour ces étudiants qui viennent de philosophie, aussi parce qu'il y a une forme d'auto-tri en amont, celle même qu'évoque e-Wanderer.
Pour toi c'est quoi une voie difficile pour devenir PE?
Il ne s'agit pas de moi (de l'idée que je m'en fais) mais de l'idée que s'en font les étudiants qui s'inscrivent dans telle ou telle licence. En l'occurrence, la sélectivité pourrait donner une sorte de critère objectif (très sujet à caution), mais la réputation de plus ou moins grande difficulté joue, à titre de critère subjectif (je ne dis pas du tout que ce soit le seul critère de choix pour ces étudiants, mais je pense qu'il influence néanmoins leurs choix).

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par JPhMM le Mer 15 Juil 2015 - 19:13

@Jacq a écrit:A "mon époque", l'avantage de la socio et de psycho, c'est que c'était plein de jolies demoiselles !
+1000

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Zakalwe le Mer 15 Juil 2015 - 19:46

@Marcel Khrouchtchev a écrit:A la fac de médecine, difficile de dire qu'il n'y a pas de sélection, avec le concours à bac+1.
Et sur le doctorat, rappelons que les seules personnes que l'on titre "docteur" en France sont précisément des gens qui n'ont pas soutenu de vrai doctorat, mais une thèse d'exercice.

Bon, en même temps, avec 250 places pour 1000 candidats par chez moi il y a trois ans, on ne peut pas dire que la sélection soit atroce...

Sinon, effectivement, en LSH le niveau des étudiants fait de plus en plus frémir (et même en L2, à se demander comment ils ont pu obtenir leur L1 d'histoire sans savoir écrire en français...). Accessoirement, et toute préférence intrinsèque pour l'histoire mise à part, ce sont surtout les géographes qui m'effraient...

_________________
INJUSTE Terme utilisé pour désigner les avantages dont on a essayé de spolier d'autres gens, mais sans y arriver. Voir aussi MALHONNETETE, DISSIMULATION, et TIENS J'AI DU POT

Blog de l'association La Cave à Jeux : http://lacaveajeux.fr/

Zakalwe
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 15 Juil 2015 - 20:18

@Zakalwe a écrit:Bon, en même temps, avec 250 places pour 1000 candidats par chez moi il y a trois ans, on ne peut pas dire que la sélection soit atroce...

La sélection n'est pas qu'une affaire de taux de réussite. Si les 1000 candidats étaient des étudiants de SHS, on pourrait trouver que la sélection n'est pas suffisante. Mais en médecine, on ne peut quand même pas dire que les vannes sont ouvertes.

@Zakalwe a écrit:Sinon, effectivement, en LSH le niveau des étudiants fait de plus en plus frémir (et même en L2, à se demander comment ils ont pu obtenir leur L1 d'histoire sans savoir écrire en français...).

C'est un dégât collatéral de la sélectivité en L1. Comme on est obligé d'écrémer pour éliminer les pires, on donne parfois des notes correctes à des étudiants qui ne devraient pas aller en L2, mais qui passent entre les mailles du filet, car moins mauvais que les autres.
Ça pose un certain problème, car il est plus facile de retomber sur ses pattes quand on échoue en L1, plus difficilement quand c'est en L2.

@Zakalwe a écrit:Accessoirement, et toute préférence intrinsèque pour l'histoire mise à part, ce sont surtout les géographes qui m'effraient...

Je ne partage pas du tout ce constat. Dans mon université, les géographes sont peu nombreux, mais ils sont bien formés, bien au courant des débouchés et ne sont pas là par hasard. Je trouve que les disciplines qui sont victimes d'étudiants inscrits au pif sont soit celles qui n'existent pas dans le secondaire, soit celles qui sont mal comprises (et l'histoire est un cas typique, on croit qu'on peut réussir en apprenant des dates par cœur; ce qui n'empêche pas de ne pas les apprendre bien sûr).


Dernière édition par Marcel Khrouchtchev le Mer 15 Juil 2015 - 20:22, édité 1 fois

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par PauvreYorick le Mer 15 Juil 2015 - 20:20

@Marcel Khrouchtchev a écrit: les disciplines qui sont victimes d'étudiants inscrits au pif sont soit celles qui n'existent pas
Celles-là surtout, oui Very Happy

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 15 Juil 2015 - 20:22

@PauvreYorick a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit: les disciplines qui sont victimes d'étudiants inscrits au pif sont soit celles qui n'existent pas
Celles-là surtout, oui Very Happy

Qui n'existent pas dans le secondaire, voulais-je écrire. Ça m'apprendra à ne pas écrire mes messages de façon linéaire.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par PauvreYorick le Mer 15 Juil 2015 - 20:24

Moi qui pensais que tu faisais référence aux sciences de l'éducation Sad

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 15 Juil 2015 - 20:28

@PauvreYorick a écrit:Moi qui pensais que tu faisais référence aux sciences de l'éducation Sad

Elles correspondent aux deux versions de mon message Very Happy

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Dimka le Mer 15 Juil 2015 - 21:59

@e-Wanderer a écrit:Par exemple, la plupart des futurs PE optent pour les sciences du langage, la licence étant réputée plus facile à décrocher.
Pourtant, de mon temps (monDieumonDieumonDieu…), les sciences du langages étaient un parcours des L1 et L2 de lettres, avant de devenir une licence spécifique en troisième année. Dans tous les cas, la discipline avait mauvaise réputation (on en faisait aussi en faisant une licence de lettres parcours lettres), c’était considéré comme difficile, ou pour le moins complètement tordu.

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par InvitéL3 le Mer 15 Juil 2015 - 22:15

@Dimka a écrit:
@e-Wanderer a écrit:Par exemple, la plupart des futurs PE optent pour les sciences du langage, la licence étant réputée plus facile à décrocher.
Pourtant, de mon temps (monDieumonDieumonDieu…), les sciences du langages étaient un parcours des L1 et L2 de lettres, avant de devenir une licence spécifique en troisième année. Dans tous les cas, la discipline avait mauvaise réputation (on en faisait aussi en faisant une licence de lettres parcours lettres), c’était considéré comme difficile, ou pour le moins complètement tordu.
.


Dernière édition par Lexiastein le Mer 26 Aoû 2015 - 7:18, édité 1 fois

InvitéL3
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Seikilos le Mer 15 Juil 2015 - 22:18

Par chez nous, la licence de sciences du langage a la réputation d'avoir un volume de cours faible et de fournir un emploi du temps assez léger pour les étudiants. Du coup, c'est choisi en priorité et sur ce critère... D'autant que la discipline est totalement inconnue des élèves de terminale.

_________________
Inter deum et diabolum semper musica est.

Seikilos
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Dimka le Mer 15 Juil 2015 - 22:24

@ Lexiastein : oui, d’ailleurs je viens de vérifier, c’est toujours comme cela, à Nantes.

Mais sans parler des spécificités de parcours, les disciplines sont assez dures, non ? J’ai des souvenirs terribles de ces matières (grammaire, linguistique, morpho-syntaxe, et des noms à coucher dehors dans le genre), alors que c’était assez secondaire dans le parcours lettres, et rien que ça, c’était incroyablement prise de tête et il fallait vraiment s’accrocher pour piger.

En tous cas, clairement pas ce que je choisirais pour avoir une licence les mains dans les poches.

@ Seikilos : OK, comme quoi, les choses ne sont pas partout identiques. Smile Et du coup, la filière est fidèle à sa réputation, ou il y a quand même une grosse sélection ?

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Seikilos le Mer 15 Juil 2015 - 22:28

Dures, je ne crois pas. Rigoureuses, certainement.
Syntaxe, phonologie, phonétique, sémantique, etc., c'est souvent plus proche des maths que de la littérature.
Dans certaines université, le parcours SDL prodigue des cours d'acquisition du langage, ce qui peut être très intéressant pour les futurs PE.
D'ailleurs, c'est la filière que choisissent en masse les aspirant-orthophonistes.

La sélection se fait au fil des ans. Je dirais qu'en règle générale, en L3, ne restent que 30% des effectifs de L1.

_________________
Inter deum et diabolum semper musica est.

Seikilos
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Dimka le Mer 15 Juil 2015 - 22:33

Oui, ce n’est donc pas a priori une discipline « bradée » (c’est ce qui m’étonnait dans les messages précédents) ou du n’importe quoi comme les sciences de l’éduc’, même si ça doit dépendre des universités.

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Seikilos le Mer 15 Juil 2015 - 22:41

Ça doit dépendre des universités en effet.
La linguistique est une vraie science — jeune, certes — et on ne peut pas raisonnablement la comparer avec les "sciences de l'éduc" Razz
Bradée, je ne crois pas non plus. Ou j'aimerais des exemples...

_________________
Inter deum et diabolum semper musica est.

Seikilos
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Jacq le Mer 15 Juil 2015 - 23:10

Je reste sur mes élèves de LP, et sur l'élève que j'étais de techno. On ne peut pas interdire totalement. Je vais prendre mon petit exemple, mais j'étais au lycée un fumiste assumé, et je me suis éclaté en fac d'histoire, parfois mieux que des amis venant du général. Si j'avais écouté mes prof de terminale, pas de fac pour moi, c'était logique de leur part en voyant mes résultats en terminale techno. Comment penser que cela allait très bien se dérouler en fac ?

Maintenant avec le multiplication des bac pro, des techno, et avec la baisse de niveau générale - y compris dans l'enseignement général - comment envisager clairement une poursuite d'étude pour tous. La première chose serait peut-être des places en BTS suffisantes pour absorber les élèves sortant de techno et de bac pro. Mais même, nous avons des élèves de bac pro qui n''ont pas le niveau pour aller en BTS, et s'ils ont faif un dernier choix pour la fac, ils sont de fait acceptés.

Un premier semestre sélectif ? Vous n'avez pas la moyenne vous dégagez ? Mais ce n'est pas politiquement acceptable....

Pas de solution. Ou alors un véritable entretien sélectif pour les élèves venant de LP et de techno ?


Je ne sais pas.



Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par moonie le Mer 15 Juil 2015 - 23:21

Avant, le LP proposait des commentaires composés en français.Ce n'était pas si mal,même si le public n'avait pas pu aller en général;je ne sais pas si aujourd'hui on peut faire ce travail-là en classe ...

moonie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Jacq le Mer 15 Juil 2015 - 23:23

Le problème n'est pas celui des commentaires composés ou non, on le constate tous (sauf les ministres et les inspecteurs), c'est la baisse de niveau. Nous ne pouvons plus proposer cela à nos élèves, et nos élèves capables d'aller en BTS sont rares. Le problème est que nos élèves qui ne sont pas acceptés en BTS le sont en fac, et qu'ils ne comprennent pas que c'est un piège pour eux. Pourant ce n'est pas faut de le leur dire.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par moonie le Mer 15 Juil 2015 - 23:25


Pourquoi la fac serait-elle un piège?

moonie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Salammb0 le Mer 15 Juil 2015 - 23:32

@Marcel Khrouchtchev a écrit:Jamais la sélection ne sera possible en lettres et en SHS, qui deviennent toujours plus la poubelle des autres filières qui peuvent ainsi sélectionner.
Le cercle vicieux est parfaitement en place: on a besoin d'inscrits pour justifier notre existence, les étudiants ont besoin d'une inscription pour justifier... ben je ne sais pas toujours bien quoi.
Une première sélection (mais bien insuffisante) se fait en cours de L1.

Ne pourrait-on pas créer des méga-pôles universitaires afin de maintenir une certaine sélectivité dans ces filières ne séduisant plus? Enfin, cela entraînerait une suppression de postes, mais à quoi bon enseigner à des étudiants qui ne sont là que par défaut?

Salammb0
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Jacq le Mer 15 Juil 2015 - 23:33

@moonie a écrit:
Pourquoi la fac serait-elle un piège?


Pour mes élèves de LP non acceptés en BTS c'est un piège car s'ils n'ont pas le niveau BTS, comment pouvoir aller en fac ? Ils sont perdus, ils perdent une année, ils dépensent de l'argent pour se loger (nous sommes dans une ville éloignée des fac), et ils ne peuvent pas réussir. En tant que PP (ou pas) je sais très bien quel élève a les capacités ou non pour réussir. C'est un peu contradictoire avec ce que je disais me concernant, mais j'étais une excepion. Déjà à "mon époque", nous étions peu de techno à aller en fac et à réussir. Là, nous connaissons bien le niveau du bac, général, techno et LP, donc c'est pire.


J'ajoute que mon meilleur ami, bac techno au rattrapage, a terminé avec une thèse d'histoire et est maintenant conservateur de musée. C'est pour cela que je suis réservé concernant une sélection automatique en fonction du type de bac.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par PauvreYorick le Mer 15 Juil 2015 - 23:43

Oui, c'est un piège au sens où les taux de réussite, à la fac, pour les élèves venant de LP, sont vraiment très bas.

Comme dit Jacq, cependant, si la sélectivité doit aboutir à rendre quasi impossible la reprise d'études par des individus qui ont été orientés, pour X raisons et à tel âge, d'une façon qui ne les prépare pas à ces études, c'est quand même très embêtant.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: A l’université, la sélection des étudiants s’impose peu à peu

Message par Dimka le Mer 15 Juil 2015 - 23:53

Une année propédeutique pour tous, qui combine l’intérêt de sélectionner pour la suite et de donner à tous les moyens de se remettre à niveau ?

J’aime bien l’idée de la L1 qui sélectionne, parce qu’au moins, on a les cours et l’examen qui porte dessus, donc ce n’est pas comme un examen d’entrée. Et on a un peu de temps pour s’adapter. Je n’aime pas les idées de sélection sur dossier (peut-être parce que je n’aurais jamais été pris) où on est jugé sur le passé et non sur le présent. Et je ne suis pas convaincu par l’entretien : il y a des gens qui ont la tchatche, d’autres qui ne l’ont pas, et ça ne dit rien du futur (sauf pour une licence de tchatche). Donc si l’idée est de sélectionner avant la L1, l’année de propédeutique me semble pas mal, et contrairement au bac, ce serait entièrement contrôlé par les universitaires qui pourraient formater les étudiants comme ils l’entendent, et non pas subir les gabegies du secondaire (les bacheliers ne sont pas responsables de ce que le secondaire fait d’eux, donc ils n’ont pas à en subir les conséquences).

Par ailleurs, il y aurait à faire sur la société en général, car tout ne dépend pas de l’université : un jeune a intérêt à aller à la fac (pour la sécu, éventuellement pour les bourses et logements, de toute façon il n’a pas de chômage, etc. etc.). Si on commençait par niveler par le haut les conditions de vie et d’entrée dans la vie active de tous les jeunes, certains n’iraient pas se planquer à la fac en attendant que le temps passe. Et effectivement, de vraies possibilités de reprise d’études, tout au long de la vie, ce serait cool.

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum