Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Nevenka
Niveau 2

Re: Premier cours, premier contact

par Nevenka le Mar 11 Aoû 2015 - 2:16
LBL, je trouve ce sujet fort utile pour les stagiaires, merci de l'avoir ouvert Smile

J'en profite pour glisser une petite question, si les plus expérimentés veulent bien y répondre :
quelle est votre position sur l'attitude à adopter ? Je mets de côté l'autorité, mais ... autorité bienveillante ? (on sourit ou pas ?) autorité stricte ? (je peux rigoler mais en dehors des heures de cours ou après la Toussaint) autorité "je fais la tronche toute l'année parce que voilà." ? La question est surtout dans le cadre du premier cours pour être dans la continuité des questions de LBL.

Honnêtement, je crains qu'un sourire ne me fasse passer directement pour la petite jeune qu'on peut b*rdéliser ad vitam aeternam, je préfèrerais limite passer pour une reine des glaces...
avatar
Audrey
Oracle

Re: Premier cours, premier contact

par Audrey le Mar 11 Aoû 2015 - 2:30
Les tables en U en lettres, quand on voit tout ce qu'ils doivent copier sans faute d'orthographe au tableau, je me dis que c'est vraiment pas une bonne idée. Les collègues que je vois faire ça sont en général en langues ou en Maths, et ont une pédagogie adaptée à ce type de disposition, où le but premier du cours est l'interaction ou le travail collectif...en tant que stagiaire, je touve très risqué de se mettre d'emblée dans une situation hors norme, y compris pour les élèves. Tous n'ont pas déjà fait l'expérience de la classe en U, et quand on sait que la moindre nouveauté les dissipe, les perturbe... on y réfléchit à deux fois.

Moi, en tout cas, je n'essaierais pas ça dès ma toute première rentrée.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Premier cours, premier contact

par User5899 le Mar 11 Aoû 2015 - 3:41
@Pili a écrit:LBL , en langues vivantes par contre, nous apprécions le U.
L’affirmation est bien sûr discutable dans sa généralisation. Vous semblez l'apprécier, soit. Mes collègues, qui ont chacun une salle à soi, sont loin de tous pratiquer cette disposition, qui permet en effet de nombreux échanges
(En fait, je crois que seule la collègue d'allemand, qui travaille avec des groupes d'une dizaine d'élèves, la met en œuvre).

@Nevenka a écrit:J'en profite pour glisser une petite question, si les plus expérimentés veulent bien y répondre :
quelle est votre position sur l'attitude à adopter ? Je mets de côté l'autorité, mais ... autorité bienveillante ? (on sourit ou pas ?) autorité stricte ? (je peux rigoler mais en dehors des heures de cours ou après la Toussaint) autorité "je fais la tronche toute l'année parce que voilà." ? La question est surtout dans le cadre du premier cours pour être dans la continuité des questions de LBL.

Honnêtement, je crains qu'un sourire ne me fasse passer directement pour la petite jeune qu'on peut b*rdéliser ad vitam aeternam, je préfèrerais limite passer pour une reine des glaces...
Peut-être être soi, ne pas chercher à jouer un rôle contraignant, qu'on va finir par oublier assez vite ? La question n'est pas de faire la gueule pour être respecté Razz Je dirais qu'il faut faire ce qu'on a dit qu'on ferait (combien de classes tiennent des stats sur le nombre de fois où le prof dit : "Attention, la prochaine fois, je vais vous punir" ? Certains font des paris sur le nombre exact en une séance Razz), ne pas se lier les bras avec un système ingérable de punitions, ne jamais faire semblant de n'avoir pas vu un problème, même léger, de s'immiscer dans les conversations particulières (au lieu de crier), de jouer sur l'ironie ou la fausse gentillesse, etc. Ce avec quoi on se sent à l'aise.
avatar
ysabel
Devin

Re: Premier cours, premier contact

par ysabel le Mar 11 Aoû 2015 - 7:31
@Salammb0 a écrit:Ah oui, c'est pour un premier cours de lycée, pas de collège. Ce sont des "grands".

Mouarf !!

Ce ne sont pas des grands, et ils le sont de moins en moins parce que le redoublement n'existe plus (ou si peu)...

Il y a qq années, dans une classe de seconde lambda, plus de la moitié des élèves avaient déjà au moins une année de retard. aujourd'hui, 1 ou 2 élèves ont redoublé une fois...
Bref quand ils arrivent au lycée, ce sont des BB.
D'ailleurs cette année, on a halluciné parfois en regardant ce qu'il se passait dans la cours à la récréation.


Je place les élèves, peu importe le niveau. Et cela me permet de savoir qui est qui... (d'autant que je n'ai pas la mémoire des noms).

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
sookie
Érudit

Re: Premier cours, premier contact

par sookie le Mar 11 Aoû 2015 - 7:34
@LBL a écrit:Bonjour Ruthven,

Ce qui me déplaît dans la disposition des tables traditionnelle, c'est le fait, tout d'abord, que tous les élèves sont tournés vers le professeur (ce qui souligne trop fortement le caractère magistral des cours tels que l'école républicaine les a instaurés il y a bien trop longtemps maintenant) et ensuite le fait que les élèves, selon le rang qu'ils occupent (en fond de classe ou aux premiers rangs) se retrouvent dans une spatialité trop différente et perçoivent le cours et ce qui s'y passe très différemment. Dans une disposition en "U", par exemple, cette différence est atténuée, et tous peuvent avoir la même sensation par rapport à ce qui est échangé pendant le cours, je pense. Du moins c'est ce que j'ai moi-même ressenti durant mes années d'études !

Et en quoi c'est mal ?
avatar
LBL
Niveau 1

Re: Premier cours, premier contact

par LBL le Mar 11 Aoû 2015 - 10:13
@Audrey a écrit:Les tables en U en lettres, quand on voit tout ce qu'ils doivent copier sans faute d'orthographe au tableau, je me dis que c'est vraiment pas une bonne idée. Les collègues que je vois faire ça sont en général en langues ou en Maths, et ont une pédagogie adaptée à ce type de disposition, où le but premier du cours est l'interaction ou le travail collectif...

Je réponds à cette remarque en même temps qu'à celle de Sookie : il n'y a rien de mal à un cours magistral de temps en temps, mais enfin, il n'y a pas qu'en maths ou en langues vivantes qu'on peut faire de l'interaction ou du travail collectif ! Les lettres (et toutes les ramifications qu'on peut faire à partir de l'étude d'un texte) s'y prêtent très bien, selon moi. Le danger que je verrais à ne penser qu'en termes de cours magistral serait qu'un cours en présentiel, face à 30 adolescents, puisse ne présenter aucune différence par rapport à un cours qu'on ferait devant une caméra pour ensuite le diffuser en dvd à un nombre infini d'adolescents. Si le but est de regarder un film en cours, là oui, je n'ai rien contre la disposition tgv (je te pique l'expression Pili, car je la trouve excellente Wink)
Cela étant dit, je suis tout de même d'accord avec ton conseil, Audrey : je ne dois pas me lancer dans trop de choses dès ma première rentrée. Mais si j'arrive, au fil des années, à avoir une bonne maîtrise générale de mes classes et que je prends un peu de métier, j'essaierai tout de même de bousculer un peu ce cadre traditionnel du cours magistral et tout ce qui va avec. Je ne pense pas pour autant à une sorte de chaos permanent où tout le monde participerait tout le temps à tort et à travers, et où les élèves pourraient toujours se placer comme ils veulent et faire ce qu'ils veulent. Je suis pour un maintien de l'ordre dans une classe; je pense simplement qu'on peut maintenir l'ordre dans une classe dans une configuration autre. Cela demande une certaine adaptation, cependant (puisque les élèves ont été habitués aux rangs deux par deux), et donc plus d'efforts de la part du professeur ; peut-être quelques tentatives se soldant en un échec cuisant... mais enfin, on peut essayer des choses, tout de même !
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Premier cours, premier contact

par Ruthven le Mar 11 Aoû 2015 - 10:41
@LBL a écrit: Le danger que je verrais à ne penser qu'en termes de cours magistral serait qu'un cours en présentiel, face à 30 adolescents, puisse ne présenter aucune différence par rapport à un cours qu'on ferait devant une caméra pour ensuite le diffuser en dvd à un nombre infini d'adolescents.

Le théâtre filmé n'a rien à voir avec le théâtre ! C'est pareil avec le cours. Un cours "magistral" suppose une interaction avec les élèves.

InvitéeLoCha
Fidèle du forum

Re: Premier cours, premier contact

par InvitéeLoCha le Mar 11 Aoû 2015 - 10:47
@Nevenka a écrit:LBL, je trouve ce sujet fort utile pour les stagiaires, merci de l'avoir ouvert Smile

J'en profite pour glisser une petite question, si les plus expérimentés veulent bien y répondre :
quelle est votre position sur l'attitude à adopter ? Je mets de côté l'autorité, mais ... autorité bienveillante ? (on sourit ou pas ?) autorité stricte ? (je peux rigoler mais en dehors des heures de cours ou après la Toussaint) autorité "je fais la tronche toute l'année parce que voilà." ? La question est surtout dans le cadre du premier cours pour être dans la continuité des questions de LBL.

Honnêtement, je crains qu'un sourire ne me fasse passer directement pour la petite jeune qu'on peut b*rdéliser ad vitam aeternam, je préfèrerais limite passer pour une reine des glaces...
Sois toi même. Il est difficile de jouer un rôle et surtout s'y tenir toute une journée, une semaine, des mois. Même un acteur n'y arriverai pas vite. Si tu veux sourire, fais le. Si tu veux plaisanter, fais le.
J'ai longtemps essayé de "copier "sur des collègues qui tiraient la tronche, qui était très stricts et très fermes: je n'y suis jamais arrivée et ça m'a miné le moral pendant plus de 13 ans!
Maintenant, je fais comme je suis : gentille, qui aime plaisanter . Par contre, les premières semaines, mieux vaut ne pas trop plaisanter tant qu'on ne connait pas les classes.
J'ai un public plutôt facile aussi.
avatar
LBL
Niveau 1

Re: Premier cours, premier contact

par LBL le Mar 11 Aoû 2015 - 11:08
@Ruthven a écrit:Le théâtre filmé n'a rien à voir avec le théâtre ! C'est pareil avec le cours. Un cours "magistral" suppose une interaction avec les élèves.
Oui enfin, si tu fais référence à la pratique encore la plus répandue du théâtre aujourd'hui (c'est-à-dire celle d'une salle dans le noir et complètement muette, où la moindre toux nous vaut un regard désapprobateur) cela reste en effet différent d'un visionnage de dvd, mais enfin... cela ne va pas beaucoup plus loin dans la métaphore que tu mets en place (surtout que je n'ai pas pour prétention d'offrir à moi toute seule une représentation assez captivante comme pour tenir mon auditoire en haleine et provoquer des émotions semblables à celles permises par une très belle représentation théâtrale) ! Wink
avatar
ysabel
Devin

Re: Premier cours, premier contact

par ysabel le Mar 11 Aoû 2015 - 11:20
@LBL a écrit:
@Audrey a écrit:Les tables en U en lettres, quand on voit tout ce qu'ils doivent copier sans faute d'orthographe au tableau, je me dis que c'est vraiment pas une bonne idée. Les collègues que je vois faire ça sont en général en langues ou en Maths, et ont une pédagogie adaptée à ce type de disposition, où le but premier du cours est l'interaction ou le travail collectif...

Je réponds à cette remarque en même temps qu'à celle de Sookie : il n'y a rien de mal à un cours magistral de temps en temps, mais enfin, il n'y a pas qu'en maths ou en langues vivantes qu'on peut faire de l'interaction ou du travail collectif ! Les lettres (et toutes les ramifications qu'on peut faire à partir de l'étude d'un texte) s'y prêtent très bien, selon moi. Le danger que je verrais à ne penser qu'en termes de cours magistral serait qu'un cours en présentiel, face à 30 adolescents, puisse ne présenter aucune différence par rapport à un cours qu'on ferait devant une caméra pour ensuite le diffuser en dvd à un nombre infini d'adolescents. Si le but est de regarder un film en cours, là oui, je n'ai rien contre la disposition tgv (je te pique l'expression Pili, car je la trouve excellente Wink)
Cela étant dit, je suis tout de même d'accord avec ton conseil, Audrey : je ne dois pas me lancer dans trop de choses dès ma première rentrée. Mais si j'arrive, au fil des années, à avoir une bonne maîtrise générale de mes classes et que je prends un peu de métier, j'essaierai tout de même de bousculer un peu ce cadre traditionnel du cours magistral et tout ce qui va avec. Je ne pense pas pour autant à une sorte de chaos permanent où tout le monde participerait tout le temps à tort et à travers, et où les élèves pourraient toujours se placer comme ils veulent et faire ce qu'ils veulent. Je suis pour un maintien de l'ordre dans une classe; je pense simplement qu'on peut maintenir l'ordre dans une classe dans une configuration autre. Cela demande une certaine adaptation, cependant (puisque les élèves ont été habitués aux rangs deux par deux), et donc plus d'efforts de la part du professeur ; peut-être quelques tentatives se soldant en un échec cuisant... mais enfin, on peut essayer des choses, tout de même !

tu n'as jamais enseigné, toi... Razz

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
LBL
Niveau 1

Re: Premier cours, premier contact

par LBL le Mar 11 Aoû 2015 - 11:43
Pas officiellement, non, et surtout pas toute une année, mais j'ai déjà donné des cours en collège (en stage) dans plusieurs niveaux, notamment des cours impliquant des activités en groupe et qui demandaient des reconfigurations de la classe. Cela demandait plus de temps et quelques ajustements à chaque fois, certes, et peut-être que ces classes-là en particulier (ou même les classes de collège) s'y prêtaient mieux, mais enfin, de temps en temps c'était faisable. Bien-sûr, ce n'est pas la même chose d'avoir la petite stagiaire qui vient faire un ou deux cours de temps en temps (les élèves se tiennent peut-être mieux) ; je verrai donc ce que j'arrive à faire avec ma propre classe.
avatar
ysabel
Devin

Re: Premier cours, premier contact

par ysabel le Mar 11 Aoû 2015 - 11:52
Et puis n'oublie pas qu'en 1ère, c'est la course contre la montre pour le programme.
On n 'a pas le temps de "jouer".

En outre, tu n'auras pas "ta salle" mais tu vas tourner sur 4, 5 - peut-être plus - salles.
Tu imagines la perte de temps à chaque fois pour reconfigurer les tables.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Premier cours, premier contact

par User5899 le Mar 11 Aoû 2015 - 12:22
@LBL a écrit:
@Audrey a écrit:Les tables en U en lettres, quand on voit tout ce qu'ils doivent copier sans faute d'orthographe au tableau, je me dis que c'est vraiment pas une bonne idée. Les collègues que je vois faire ça sont en général en langues ou en Maths, et ont une pédagogie adaptée à ce type de disposition, où le but premier du cours est l'interaction ou le travail collectif...

Je réponds à cette remarque en même temps qu'à celle de Sookie : il n'y a rien de mal à un cours magistral de temps en temps, mais enfin, il n'y a pas qu'en maths ou en langues vivantes qu'on peut faire de l'interaction ou du travail collectif ! Les lettres (et toutes les ramifications qu'on peut faire à partir de l'étude d'un texte) s'y prêtent très bien, selon moi. Le danger que je verrais à ne penser qu'en termes de cours magistral serait qu'un cours en présentiel, face à 30 adolescents, puisse ne présenter aucune différence par rapport à un cours qu'on ferait devant une caméra pour ensuite le diffuser en dvd à un nombre infini d'adolescents. Si le but est de regarder un film en cours, là oui, je n'ai rien contre la disposition tgv (je te pique l'expression Pili, car je la trouve excellente Wink)
Cela étant dit, je suis tout de même d'accord avec ton conseil, Audrey : je ne dois pas me lancer dans trop de choses dès ma première rentrée. Mais si j'arrive, au fil des années, à avoir une bonne maîtrise générale de mes classes et que je prends un peu de métier, j'essaierai tout de même de bousculer un peu ce cadre traditionnel du cours magistral et tout ce qui va avec. Je ne pense pas pour autant à une sorte de chaos permanent où tout le monde participerait tout le temps à tort et à travers, et où les élèves pourraient toujours se placer comme ils veulent et faire ce qu'ils veulent. Je suis pour un maintien de l'ordre dans une classe; je pense simplement qu'on peut maintenir l'ordre dans une classe dans une configuration autre. Cela demande une certaine adaptation, cependant (puisque les élèves ont été habitués aux rangs deux par deux), et donc plus d'efforts de la part du professeur ; peut-être quelques tentatives se soldant en un échec cuisant... mais enfin, on peut essayer des choses, tout de même !
Je crois que personne ne fait du cours magistral en français, au sens de je cause-vous notez. Disons qu'au fil de ces longues années, ce qu'il m'a paru urgent d'essayer, ce ne fut pas de rayer le sol, mais de leur apprendre vraiment à lire et à écrire. Et jamais la question de la disposition des tables ne s'est posée à moi dans cette nécessité. Le moyen doit être en adéquation avec une fin, sinon, ce n'est qu'un gadget.
Après, chacun fait ce qu'il veut. Ce qui m'importe, ce n'est pas d'avoir raison, c'est d'apporter à mes élèves. J'observe que la disposition TGV n'a jamais empêché ce noble but.
avatar
Poupoutch
Neoprof expérimenté

Re: Premier cours, premier contact

par Poupoutch le Mar 11 Aoû 2015 - 12:36
Cripure a écrit:
Je crois que personne ne fait du cours magistral en français, au sens de je cause-vous notez. Disons qu'au fil de ces longues années, ce qu'il m'a paru urgent d'essayer, ce ne fut pas de rayer le sol, mais de leur apprendre vraiment à lire et à écrire. Et jamais la question de la disposition des tables ne s'est posée à moi dans cette  nécessité. Le moyen doit être en adéquation avec une fin, sinon, ce n'est qu'un gadget.
Après, chacun fait ce qu'il veut. Ce qui m'importe, ce n'est pas d'avoir raison, c'est d'apporter à mes élèves. J'observe que la disposition TGV n'a jamais empêché ce noble but.
veneration
Je suis comme Lbl, je débute cette année dans le secondaire, après quelques années dans le supérieur... Et franchement, j'ai vu des gens utiliser la configuration en U alors que leurs cours n'étaient qu'un monologue, et d'autres conserver la disposition TGV mais faire des cours vivants et interactifs.

Je crois que le fond du problème, c'est de savoir comment on se positionne intellectuellement en tant qu'enseignant face aux élèves ; la disposition des tables ne change pas fondamentalement la manière d'enseigner. Et à titre personnel, vu tout ce que j'ai à apprendre durant cette année de stage, je pense que j'attendrai un peu avant de révolutionner la scénographie des classes.

Enfin, Lbl, je pense que vous avez une vision très réductrice du dispositif frontal au théâtre et du rôle du spectateur... Brecht, par exemple, prouve bien qu'on peut être dans une salle noire face à une scène sans pour autant être captif ou inactif...

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Premier cours, premier contact

par Ruthven le Mar 11 Aoû 2015 - 13:00
@LBL a écrit:Pas officiellement, non, et surtout pas toute une année, mais j'ai déjà donné des cours en collège (en stage) dans plusieurs niveaux, notamment des cours impliquant des activités en groupe et qui demandaient des reconfigurations de la classe. Cela demandait plus de temps et quelques ajustements à chaque fois, certes, et peut-être que ces classes-là en particulier (ou même les classes de collège) s'y prêtaient mieux, mais enfin, de temps en temps c'était faisable. Bien-sûr, ce n'est pas la même chose d'avoir la petite stagiaire qui vient faire un ou deux cours de temps en temps (les élèves se tiennent peut-être mieux) ; je verrai donc ce que j'arrive à faire avec ma propre classe.

Toute la difficulté est dans la généralisation ; ce qui fonctionne ponctuellement sur tel ou tel type d'exercice n'est peut-être pas généralisable à un mode de fonctionnement annuel. Il n'y a pas de dispositif universel. On sent bien dans ton discours la prégnance d'un discours iufmisant (ou meefisant) (le magistral comme figure du mal où l'élève est dans un état de passivité totale); il faut prendre un peu de distance par rapport aux discours théoriques pour voir ce qui fonctionne réellement (il n'y pas de recette-miracle mais des pratiques individuelles qui dépendent de la classe, de l'enseignant et du contenu). J'ai une collègue que j'estime beaucoup qui pratique les débats en classe, je n'en fais jamais ...
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Premier cours, premier contact

par Ruthven le Mar 11 Aoû 2015 - 13:05
@LBL a écrit:
@Ruthven a écrit:Le théâtre filmé n'a rien à voir avec le théâtre ! C'est pareil avec le cours. Un cours "magistral" suppose une interaction avec les élèves.
Oui enfin, si tu fais référence à la pratique encore la plus répandue du théâtre aujourd'hui (c'est-à-dire celle d'une salle dans le noir et complètement muette, où la moindre toux nous vaut un regard désapprobateur) cela reste en effet différent d'un visionnage de dvd, mais enfin... cela ne va pas beaucoup plus loin dans la métaphore que tu mets en place (surtout que je n'ai pas pour prétention d'offrir à moi toute seule une représentation assez captivante comme pour tenir mon auditoire en haleine et provoquer des émotions semblables à celles permises par une très belle représentation théâtrale) ! Wink

Le théâtre, c'est quand même la rencontre d'individualités vivantes ; les émotions sont fondamentalement différentes de celles qui passent par le filtre de l'écran.
avatar
Paul Dedalus
Érudit

Re: Premier cours, premier contact

par Paul Dedalus le Mar 11 Aoû 2015 - 13:52
Ce fil me donne des frissons.
D'impatience et de terreur à la fois.
Depuis que je prépare les concours, je n'arrête pas d'imaginer comment se passera mon premier cours, avec l'ambivalence de l'impatience et la crainte de ne pas être pris au sérieux par les élèves.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »
Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »
Marcel Jousse
avatar
LBL
Niveau 1

Re: Premier cours, premier contact

par LBL le Mar 11 Aoû 2015 - 14:13
@Ruthven a écrit:Il n'y a pas de dispositif universel. On sent bien dans ton discours la prégnance d'un discours iufmisant (ou meefisant) (le magistral comme figure du mal où l'élève est dans un état de passivité totale); il faut prendre un peu de distance par rapport aux discours théoriques pour voir ce qui fonctionne réellement (il n'y pas de recette-miracle mais des pratiques individuelles qui dépendent de la classe, de l'enseignant et du contenu).

Cher Ruthven,

Malgré ce que tu sembles déceler dans mes réponses, je n'ai (malheureusement pour moi) jamais suivi de cours théoriques, et encore moins bénéficié d'une formation pédagogique ; ce que je dis n'engage donc que mon humble avis - qui sera toujours en constante évolution (c'est bien la raison pour laquelle je venais recueillir les vôtres) ! La question de la disposition des tables était bel et bien secondaire pour moi : je n'ai pas du tout lancé le sujet pour cela, au départ, et la conversation a dérivé là-dessus malgré moi... Je cherchais simplement à recueillir le témoignage de professeurs qui auraient déjà essayé cela avec leurs élèves pour garder ou non cette idée dans un coin de mon esprit. Nous discutons apparemment maintenant de l'étroitesse ou l'ineptie de mes idées sur le cours magistral, malgré ce que je crois avoir déjà signalé : je n'ai pas encore commencé à enseigner, et je n'ai donc encore pu rien mettre en pratique ! Je ne peux donc qu'attendre de me former sur le terrain, et il n'est nul besoin de vouloir me faire admettre telle ou telle réalité : il suffit de me faire partager une expérience, de me donner un avis.

NB : Avant de clore tout à fait le débat, et pour répondre tout de même à ton commentaire, je ne vois pas tout à fait le cours magistral comme "figure du mal", mais je pense tout de même qu'il y a un enseignement de la passivité qui passe un peu par ce cadre. Certes, il n'y a pas que le cadre, et je suis d'accord pour dire que le plus important est ce que l'enseignant fait à l'intérieur de telle ou telle configuration ! Mais pour être née et avoir été scolarisée plusieurs années dans un autre pays, puis avoir fait certains bouts de trimestre dans des collèges et lycées d'autres pays d'Europe, j'ai tout de même constaté que les élèves en France ont, par rapport à ces autres pays, une faiblesse en ce qui concerne l'apprentissage de l'autonomie dans les études. Je ne dis pas que tout vient du cours magistral (et encore moins - comprenez-moi bien hein - de la configuration des tables ! Very Happy) mais je pense tout de même qu'il est utile d'y réfléchir. Bien-sûr, je n'attends que de pouvoir y réfléchir en pratiquant !
avatar
Employé oxymorique
Niveau 7

Re: Premier cours, premier contact

par Employé oxymorique le Mar 11 Aoû 2015 - 17:23
Je n'ai pas encore enseigné non plus mais je vote pour : 1) une dictée 2) un devoir sur les figures de style.
Mais en autocorrection, pour être bienveillant professeur Laughing

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: Premier cours, premier contact

par Fabienne le Mar 11 Aoû 2015 - 18:20
Zarathoustra-Educateur a écrit:Ce fil me donne des frissons.
D'impatience et de terreur à la fois.
Depuis que je prépare les concours, je n'arrête pas d'imaginer comment se passera mon premier cours, avec l'ambivalence de l'impatience et la crainte de ne pas être pris au sérieux par les élèves.

Tu me rappelles les cauchemars que j'ai faits avant mon premier cours... Je me souviens de la présentation aux élèves. Le prof principal était avec eux, et j'attendais dans le couloir qu'il soit prêt à me faire rentrer. J'ai eu tellement mal au ventre!!!!! Smile

Et quand il a fallu "rentrer dans l'arène", ça a été comme un saut dans l'eau glacée. Smile

Je me souviendrai toute ma vie de leur avoir dit "prenez vos manuels", et d'avoir vu 29 élèves de 6ème prendre leur livre. Dans ma tête, je me disais en boucle "c'est dingue, ils le font!!!!"

En fait, l'instant de terreur pure dure 20 secondes. Après, c'est beaucoup plus naturel. Et on prend l'habitude qu'un groupe entier fasse ce qu'on lui dit. Smile

Un truc qui m'a bien aidée: l'accessoire de comédien. J'avais une sacoche en cuir que mon père m'avait offerte (et que j'utilise toujours, 13 ans après): quand je la porte, je deviens une actrice. Ca m'a vraiment aidée. Le contact solide du cuir dans la main (n'y vois rien de SM, hein, rien de tel dans notre métier, bien sûr! Twisted Evil )
avatar
Catalunya
Expert

Re: Premier cours, premier contact

par Catalunya le Mar 11 Aoû 2015 - 18:50
Zarathoustra-Educateur a écrit:Ce fil me donne des frissons.
D'impatience et de terreur à la fois.
Depuis que je prépare les concours, je n'arrête pas d'imaginer comment se passera mon premier cours, avec l'ambivalence de l'impatience et la crainte de ne pas être pris au sérieux par les élèves.
Une classe, c'est un peu comme un robinet d'émotions fortes données par les élèves. Si on trouve comment fermer l'arrivée d'émotions, c'est gagné Very Happy
avatar
dita
Habitué du forum

Re: Premier cours, premier contact

par dita le Mar 11 Aoû 2015 - 18:59
@Fabienne a écrit:
Zarathoustra-Educateur a écrit:Ce fil me donne des frissons.
D'impatience et de terreur à la fois.
Depuis que je prépare les concours, je n'arrête pas d'imaginer comment se passera mon premier cours, avec l'ambivalence de l'impatience et la crainte de ne pas être pris au sérieux par les élèves.

Tu me rappelles les cauchemars que j'ai faits avant mon premier cours... Je me souviens de la présentation aux élèves. Le prof principal était avec eux, et j'attendais dans le couloir qu'il soit prêt à me faire rentrer. J'ai eu tellement mal au ventre!!!!! Smile

Et quand il a fallu "rentrer dans l'arène", ça a été comme un saut dans l'eau glacée. Smile

Je me souviendrai toute ma vie de leur avoir dit "prenez vos manuels", et d'avoir vu 29 élèves de 6ème prendre leur livre. Dans ma tête, je me disais en boucle "c'est dingue, ils le font!!!!"

En fait, l'instant de terreur pure dure 20 secondes. Après, c'est beaucoup plus naturel. Et on prend l'habitude qu'un groupe entier fasse ce qu'on lui dit. Smile


Un truc qui m'a bien aidée: l'accessoire de comédien. J'avais une sacoche en cuir que mon père m'avait offerte (et que j'utilise toujours, 13 ans après): quand je la porte, je deviens une actrice. Ca m'a vraiment aidée. Le contact solide du cuir dans la main (n'y vois rien de SM, hein, rien de tel dans notre métier, bien sûr! Twisted Evil )

Méfiance : ils sont toujours hyper-mignons au début.
Même dans les endroits les plus durs.
Ils obsevent et testent.
avatar
sookie
Érudit

Re: Premier cours, premier contact

par sookie le Mar 11 Aoû 2015 - 19:07
@dita a écrit:
@Fabienne a écrit:
Zarathoustra-Educateur a écrit:Ce fil me donne des frissons.
D'impatience et de terreur à la fois.
Depuis que je prépare les concours, je n'arrête pas d'imaginer comment se passera mon premier cours, avec l'ambivalence de l'impatience et la crainte de ne pas être pris au sérieux par les élèves.

Tu me rappelles les cauchemars que j'ai faits avant mon premier cours... Je me souviens de la présentation aux élèves. Le prof principal était avec eux, et j'attendais dans le couloir qu'il soit prêt à me faire rentrer. J'ai eu tellement mal au ventre!!!!! Smile

Et quand il a fallu "rentrer dans l'arène", ça a été comme un saut dans l'eau glacée. Smile

Je me souviendrai toute ma vie de leur avoir dit "prenez vos manuels", et d'avoir vu 29 élèves de 6ème prendre leur livre. Dans ma tête, je me disais en boucle "c'est dingue, ils le font!!!!"

En fait, l'instant de terreur pure dure 20 secondes. Après, c'est beaucoup plus naturel. Et on prend l'habitude qu'un groupe entier fasse ce qu'on lui dit. Smile


Un truc qui m'a bien aidée: l'accessoire de comédien. J'avais une sacoche en cuir que mon père m'avait offerte (et que j'utilise toujours, 13 ans après): quand je la porte, je deviens une actrice. Ca m'a vraiment aidée. Le contact solide du cuir dans la main (n'y vois rien de SM, hein, rien de tel dans notre métier, bien sûr! Twisted Evil )

Méfiance : ils sont toujours hyper-mignons au début.
Même dans les endroits les plus durs.
Ils obsevent et testent.

Pas toujours, ils peuvent aussi être pénibles dès la rentrée avec le PP et même en 6e, même pas de round d'observation et on a de plus en plus des comme ça.
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: Premier cours, premier contact

par Fabienne le Mar 11 Aoû 2015 - 19:56
@dita a écrit:
Méfiance : ils sont toujours hyper-mignons au début.
Même dans les endroits les plus durs.
Ils obsevent et testent.

Ah non, pas toujours hyper mignons, c'est clair. J'en ai eu un en 3ème une fois qui au bout de deux minutes de cours s'est levé exaspéré en disant " de toute façon le brevet ça sert à rien!".
Le tout est de le remettre vite à sa place, pour que toi aussi tu puisses garder la tienne. Il y a clairement une histoire de marquage de territoire dans ce premier cours.

La classe dont je parlais était une adorable classe de 6ème, qui a été mignonne toute l'année. J'ai eu beaucoup de chance.
thrasybule
Prophète

Re: Premier cours, premier contact

par thrasybule le Mar 11 Aoû 2015 - 20:06
Toujours hyper-mignons au début ! Lol!
La moitié des secondes sont très à l aise dans mon bahut dès le premier cours : ce qui a le mérite d éloigner le spectre du cours magistral honni par notre collègue qui n a jamais mis les pieds dans une classe mais qui en sait déjà tout. C est merveilleux.
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: Premier cours, premier contact

par Fabienne le Mar 11 Aoû 2015 - 20:12
@thrasybule a écrit:Toujours hyper-mignons au début ! Lol!  
La moitié des secondes sont très à l aise dans mon bahut dès le premier cours : ce qui a le mérite d éloigner le spectre du cours magistral honni par notre collègue qui n a jamais mis les pieds dans une classe mais qui en sait déjà tout. C est merveilleux.

Bon, encore une collègue qui n'osera plus jamais poser de question ou exprimer un avis... Je suis désespérée.

Cela mis à part, je suis bien d'accord avec toi sur les élèves "à l'aise" dès le premier cours. J'éprouve un malin plaisir alors à les mettre mal à l'aise, et le silence vexé qui en résulte est déjà un silence. Surtout en 2nde, où la plupart du temps, les saillies des malins du 1er cours n'ont pour but que de se poser en "type cool" devant des élèves qu'ils ne connaissent pas.
Je me fais quelques ennemis, mais j'ai la paix.
Contenu sponsorisé

Re: Premier cours, premier contact

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum