Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Anaxagore le Dim 27 Déc 2015 - 20:42

Que quelqu'un de compétent propose des pistes, des références solides, des idées, des contenus remarquables serait une chose intéressante. Prétendre qu'en dehors de ce dispositif point de salut en est une autre. Très honnêtement, je m'en passe. Je discute avec pas mal de collègues et d'universitaires, éventuellement à travers le net, après je creuse les sujets que j'ai envie d'approfondir tout seul.

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Presse-purée le Dim 27 Déc 2015 - 21:00

@Isidoria a écrit:Il y a une nuance entre quantité et qualité: comment pourrait-on former les milliers de professeurs de mathématiques de l'académie en quelques mois? Cela ne s'oppose nullement avec la qualité des intervenants en formation selon moi.
Cette réforme s'applique dans toutes les matières d'un coup sur deux cycles, on ne peut pas être partout, à moins d'être déchargé totalement.

Donc, ce n'est pas une réforme pédagogique, sur un calendrier pédagogique. C'est juste une réforme politique calée sur le calendrier politique.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par fanette le Dim 27 Déc 2015 - 21:16

@Anaxagore a écrit:Que quelqu'un de compétent propose des pistes, des références solides, des idées, des contenus remarquables serait une chose intéressante.
Finalement, nous sommes d'accord, voilà ce que je qualifie de formation de qualité.

@Anaxagore a écrit: je creuse les sujets que j'ai envie d'approfondir tout seul.
D'accord aussi, mais lorsque je n'ai pas envie d'approfondir un sujet imposé (la programmation en l’occurrence), ma paresse intellectuelle ou ma rébellion de pacotille Wink  m'incite à demander une formation clé en mains, histoire de ne pas sacrifier mon temps libre pour ça.
Au moins, lorsque l'on a demandé il y a bien longtemps aux profs de travaux manuels d'enseigner la techno, a-t-on pris le temps de les former !

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Isidoria le Dim 27 Déc 2015 - 21:47

@Presse-purée a écrit:
@Isidoria a écrit:Il y a une nuance entre quantité et qualité: comment pourrait-on former les milliers de professeurs de mathématiques de l'académie en quelques mois? Cela ne s'oppose nullement avec la qualité des intervenants en formation selon moi.
Cette réforme s'applique dans toutes les matières d'un coup sur deux cycles, on ne peut pas être partout, à moins d'être déchargé totalement.

Donc, ce n'est pas une réforme pédagogique, sur un calendrier pédagogique. C'est juste une réforme politique calée sur le calendrier politique.

Comment expliquer autrement cette application sur deux cycles la même année?
La lettre ouverte des IA-IPR expose bien ainsi le problème.

Isidoria
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par User5899 le Dim 27 Déc 2015 - 22:52

@Anaxagore a écrit:Que quelqu'un de compétent propose des pistes, des références solides, des idées, des contenus remarquables serait une chose intéressante. Prétendre qu'en dehors de ce dispositif point de salut en est une autre. Très honnêtement, je m'en passe. Je discute avec pas mal de collègues et d'universitaires, éventuellement à travers le net, après je creuse les sujets que j'ai envie d'approfondir tout seul.
On n'a pas besoin de stages de pratiques, on a besoin d'universitaires sérieux venant nous dispenser sous forme de conférences disciplinaires des évolutions de nos disciplines versant fac. J'ai déjà raconté nos stages sur l'historiographie grecque récente, par exemple, ou un autre sur les nouvelles études autour du mythe d'OEdipe en particulier et de la tragédie grecque en général. Etc. Les stages didactiques ou à visée professionnelle, bof. Entendre quelqu'un me raconter comment il pratique l'écriture d'invention, j'en ai rien à foutre, de toutes façons, je ferai à ma façon.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Cath le Dim 27 Déc 2015 - 22:55

Oui voilà c'est aussi ce que je veux.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par carpemuette le Dim 27 Déc 2015 - 23:10

Même chose. J'avoue sans honte recourir aux formations pour accroître mes connaissances : une conférence sérieuse sur une oeuvre, un genre, une période littéraire que je n'ai pas étudié en profondeur jusqu'à présent, par exemple. J'aime bien lire des travaux universitaires, mais encore faut-il que l'on m'aiguille. Une formation va m'amener à approfondir moi-même un sujet. Je pense par exemple à un excellent stage sur le sonnet qui a contribué à dépoussiérer ma vision étriquée du genre.
Si on n'a besoin de personne pour accroître ses connaissances, à quoi donc servent les séminaires ou les cours universitaires ?
Pour la didactique, je ne prétends pas ne pas avoir besoin d'être formée, mais les stages que j'ai pu faire ne m'ont pas aidée. Ce qui me pousse à réfléchir sur ma manière de faire cours, ce sont surtout les discussions avec les collègues.

carpemuette
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Isidoria le Dim 27 Déc 2015 - 23:43

Nous sommes totalement d'accord, j'avais cru comprendre que certains ici voulaient une formation qui condense les écrits sur les questions qui l'intéressaient et que la personne en question n'avait plus le temps de lire.
Une vraie formation type conférence ou séminaire, oui ce serait vraiment intéressant. Pour ma part quand on me demande de proposer des formations, ce n'est pas cela que je propose, car ce n'est pas mon champ d'intervention. Moi j'essaie de pratiquer la pédagogie, et je forme principalement des entrants dans le métier, en leur proposant des outils pour débuter et construire leurs propres cours. Une conférence pointue sur la littérature, non, là je ne pourrais pas.

Isidoria
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Anaxagore le Dim 27 Déc 2015 - 23:56

@carpemuette a écrit: Si on n'a besoin de personne pour accroître ses connaissances, à quoi donc servent les séminaires ou les cours universitaires ?

Question pertinente. Arrivé à un certain niveau on est grand et on se prend par la main, voilà ce que je dis; que des dispositifs de qualité puissent venir en plus c'est autre chose.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Anaxagore le Dim 27 Déc 2015 - 23:59

J'ajoute quand même qu'il m'est plus souvent arrivé de tomber sur un gars pieds nus et la corde au cou en train de réciter le bréviaire que sur une sommité disciplinaire, mais I want to believe.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par ben2510 le Lun 28 Déc 2015 - 0:27

@Anaxagore a écrit:J'ajoute quand même qu'il m'est plus souvent arrivé de tomber sur un gars pieds nus et la corde au cou en train de réciter le bréviaire que sur une sommité disciplinaire, mais I want to believe.

Un IPR bizuté ? scratch

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Dr Raynal le Lun 28 Déc 2015 - 2:40

Bon, faut dire tout de même ce qui est, quitte à froisser les gardiens de phare* : en sciences, les sommités de la matière ont une fâcheuse tendance à ne pas enseigner en France, et même, ô les cuistres, à ne même pas daigner parler notre idiome exotique.
Cela ne veux pas dire que nous ne disposions pas de scientifiques de qualité propres, si cela était, à animer des formations disciplinaires, mais le fait est qu'en sciences, nous sommes "habitués", de par notre formation, à nous tenir en "veille" permanente, car tout change très vite. D'où l'intérêt des revues spécialisées, et des moocs... Il est assez "normal", en sciences, de se débrouiller tout seul pour se former en continu, parce que cette formation doit être quasiment quotidienne, toute la vie : si on ne suit plus un domaine pendant seulement une année, on est largué.

* le phare de la pensée,Drapeaufrançais , bien sur !

Dr Raynal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par neocdt le Lun 28 Déc 2015 - 10:11

@fanette a écrit:Au moins, lorsque l'on a demandé il y a bien longtemps aux profs de travaux manuels d'enseigner la techno, a-t-on pris le temps de les former !

Pour ce qui est des profs de travaux manuels, je n'en sais rien...

Pour ce qui est des profs de STI appelés à faire de la techno collège : NON !!!

Ah, au fait, on ne leur a pas demandé... mais imposé !

neocdt
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par fanette le Lun 28 Déc 2015 - 10:47

@neocdt a écrit:
@fanette a écrit:Au moins, lorsque l'on a demandé il y a bien longtemps aux profs de travaux manuels d'enseigner la techno, a-t-on pris le temps de les former !

Pour ce qui est des profs de travaux manuels, je n'en sais rien...

Pour ce qui est des profs de STI appelés à faire de la techno collège : NON !!!

Ah, au fait, on ne leur a pas demandé... mais imposé !


Je sais bien, j'ai eu un collègue de STI en reconversion en maths, qui de plus, était malmené par l'IPR !
Je l'ai perdu de vue mais il envisageait de mettre ses compétences et connaissances en électricité pour monter une entreprise privée, au lieu de continuer dans l'enseignement.
Le passage travaux manuels / techno est très ancien, je venais d'arriver dans le métier, c'est dire Smile mais sauf erreur de ma part, les collègues avaient une formation de plusieurs mois, un an il me semble. Je ne me souviens pas s'ils étaient déchargés totalement d'élèves ou pas. Il faut croire qu'à cette période, on pensait encore qu'il y avait des connaissances à transmettre,et pas seulement des compétences généralistes à développer.

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Honchamp le Lun 28 Déc 2015 - 21:01

@fanette a écrit:
Le passage travaux manuels / techno est très ancien, je venais d'arriver dans le métier, c'est dire Smile mais sauf erreur de ma part, les collègues avaient une formation de plusieurs mois, un an il me semble. Je ne me souviens pas s'ils étaient déchargés totalement d'élèves ou pas. Il faut croire qu'à cette période, on pensait encore qu'il y avait des connaissances à transmettre,et pas seulement des compétences généralistes à développer.

Oui, c'était au passage de l'EMT à la techno. Vers 1986 ?
La formation ,dans mon académie en tout cas, était sur une année scolaire entière, et les profs concernés étaient déchargés d'élèves.

Le corps des profs d'EMT était extrêmement varié, de la prof de couture ou de cuisine, travail du cuir, ..., à celui qui avait un BTS electro-tech !
Il s'agissait de les former aux  3 domaines qui allaient former la techno de collège : mécanique, électronique, gestion.
ça a été très douloureux pour certain(e)s. Une partie a préféré passer le concours de chef d'établissement.

Mais effectivement, à l'époque,  l'institution a essayé de bien faire les choses.

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."

Honchamp
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par fanette le Lun 28 Déc 2015 - 21:15

Merci Honchamp pour ce petit retour en arrière topela

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par pamplemousses4 le Lun 28 Déc 2015 - 21:40

@Honchamp a écrit:
@fanette a écrit:
Le passage travaux manuels / techno est très ancien, je venais d'arriver dans le métier, c'est dire Smile mais sauf erreur de ma part, les collègues avaient une formation de plusieurs mois, un an il me semble. Je ne me souviens pas s'ils étaient déchargés totalement d'élèves ou pas. Il faut croire qu'à cette période, on pensait encore qu'il y avait des connaissances à transmettre,et pas seulement des compétences généralistes à développer.

Oui, c'était au passage de l'EMT à la techno. Vers 1986 ?
La formation ,dans mon académie en tout cas, était sur une année scolaire entière, et les profs concernés étaient déchargés d'élèves.

Le corps des profs d'EMT était extrêmement varié, de la prof de couture ou de cuisine, travail du cuir, ..., à celui qui avait un BTS electro-tech !
Il s'agissait de les former aux  3 domaines qui allaient former la techno de collège : mécanique, électronique, gestion.
ça a été très douloureux pour certain(e)s. Une partie a préféré passer le concours de chef d'établissement.

Mais effectivement, à l'époque,  l'institution a essayé de bien faire les choses.
Je ne savais rien des modalités de ce "changement" de discipline, merci Honchamp.

pamplemousses4
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Considérations sur l'utilité des formations, ce qu'on en attend et comment on les perçoit

Message par Pomme76 le Lun 28 Déc 2015 - 22:03

@Honchamp a écrit:
@fanette a écrit:
Le passage travaux manuels / techno est très ancien, je venais d'arriver dans le métier, c'est dire Smile mais sauf erreur de ma part, les collègues avaient une formation de plusieurs mois, un an il me semble. Je ne me souviens pas s'ils étaient déchargés totalement d'élèves ou pas. Il faut croire qu'à cette période, on pensait encore qu'il y avait des connaissances à transmettre,et pas seulement des compétences généralistes à développer.

Oui, c'était au passage de l'EMT à la techno. Vers 1986 ?
La formation ,dans mon académie en tout cas, était sur une année scolaire entière, et les profs concernés étaient déchargés d'élèves.

Le corps des profs d'EMT était extrêmement varié, de la prof de couture ou de cuisine, travail du cuir, ..., à celui qui avait un BTS electro-tech !
Il s'agissait de les former aux  3 domaines qui allaient former la techno de collège : mécanique, électronique, gestion.
ça a été très douloureux pour certain(e)s. Une partie a préféré passer le concours de chef d'établissement.

Mais effectivement, à l'époque,  l'institution a essayé de bien faire les choses.

Je confirme et cela nous a fait sourire à l'époque car nos futurs collègues de techno qui venaient de tous horizons ont vraiment souffert ! Certains étaient des instituteurs en poste au collège pour s'occuper des classes de transition qui sont devenues plus tard des classes CPPN et CPA. Ils intégreront plus tard le corps des PEGC le plus souvent en section XIII ou devront retourner dans le primaire. C'était déjà un cruel dilemme pour eux. Ce passage à la techno s'accompagnera plus tard d'une formation "intense" à l'informatique mais sans bénéficier de stage "lourd".
Et juste pour le fun : n'oublions pas que les années 90 ont vu fleurir les classes de 4ème et 3ème technologique dans les collèges. Des classes pour lesquelles on devait monter des projets pédagogiques annuels liés aux programmes et à la structure spécifique de ces classes (Tiens !!! cela ne vous dit rien !). La réorganisation en 3 cycles du collège en 1996 (adaptation en 6ème, central en 5ème et 4ème, et orientation en 3ème) les verra disparaître du paysage au collège pour ne garder que celles implantées dans les lycées Pro.

Pomme76
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum