Prononciation en latin

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par thrasybule le Ven 28 Aoû 2015 - 12:06

PY, je ne comprends pas, tu l'as passé à l'écrit? C'était donc en épreuve de spécialité.

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Exuperance le Ven 28 Aoû 2015 - 12:11

Alors, je découvre ce post dans lequel je me sens concernée.
Je suis d'accord dans le fait que je n'ai pas le niveau pour enseigner le latin, d'accord même pour dire que ce que je vais faire cette année ne sera pas du latin.
Après je ne sais pas quoi vous dire, quand on m'a annoncé que le latin allait disparaître de mon collège (qui n'a déjà pas un niveau très élevé) je me suis dit que c'était le tirer encore plus vers le bas. Nous sommes sept LM dans mon collège, personne pour reprendre l'option.
Mon chef d'établissement a merdé en n'ouvrant pas un poste LC, j'avoue que je ne sais pas ce qu'il a fabriqué, bref je me suis proposée pour un an le temps qu'il cherche un LC.
Je ne me prétends pas prof de latin, je préviendrai mes élèves dès la rentrée et espère de pas leur raconter trop d'inepties.
Je ne me sens pas légitime pour enseigner cette matière, mais je le ferai du mieux que je peux cette année avec le travail que j'ai fourni cet été et que je continuerai à fournir tout au long de l'année.

Exuperance
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par thrasybule le Ven 28 Aoû 2015 - 12:14

Mais je en comprends pas, le poste de ta collègue n'est pas passé au mouvement?

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par PauvreYorick le Ven 28 Aoû 2015 - 12:18

@thrasybule a écrit:PY, je ne comprends pas, tu l'as passé à l'écrit? C'était donc en épreuve de spécialité.
OK, spécialité alors Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Presse-purée le Ven 28 Aoû 2015 - 12:18

@sylvirgule a écrit:Merci Henriette pour ton soutien , c'est super gentil de ta part.
Tu as deviné ma situation, en même temps ce n'est pas très difficile
Oui l'an passé j'ai accepté des heures de latin en collège et je me suis replongée dans les livres.
En lisant vos messages, cela m'a fait mal.
Ok, je ne suis pas à la hauteur
J'ai une licence de lettres modernes. Je n'ai jamais fait de grec.
J'ai conscience que c'est une sacrée responsabilité d'être en face d'élèves donc je me suis documentée comme j'ai pu .
Maintenant j'ai préféré poser mes questions. Je comprends que cela puisse vous faire bondir mais c'est un forum d'aide...Je sais comment les lettres se prononcent mais j'avais un doute sur le "ph" et je trouvais étrange de dire "éouropa" tout simplement
Comme je suis contractuelle, je peux encore être amenée à avoir des classes latinistes donc je continue de revoir la langue. Il est clair que je n'aurai pas accepté de faire cours en lycée .
Oui le système est aberrant mais je me bats pour essayer de retrouver un niveau correct en latin alors cela peut choquer certains.
Je me débrouille seule et essaie de faire de mon mieux.
Je ne vous en veux pas, je comprends votre réaction. C'est rageant de voir une contractuelle débarquée et qui n'est pas à la hauteur mais sachez que je travaille sérieusement. Et effectivement si je n'avais pas accepté ces heures, les élèves se retrouvaient sans prof...




Tout mon soutien. Le latin et le grec sont de très belles disciplines à apprendre et à enseigner. Tu trouveras ici, à l'instar de virgere, de nombreux profs disposés à t'aider. Persévère et passe à terme le CAPES de LC, qui validera le niveau que tu auras acquis. Le travail engagé en vaut la peine!

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Presse-purée le Ven 28 Aoû 2015 - 12:23

@Audrey a écrit:"permet de créer"... rien n'y oblige.

Je vais plus loin... dire que ces collègues qui ne maîtrisent pas les langues anciennes permettent la survie de latin (oublions le grec...), c'est une erreur monumentale. Ces collègues n'enseignent pas le latin: comment le pourraient-ils sans le maîtriser réellement? Ils enseignent un vague vernis de latin... une illusion... un gloubiboulga de latin... un ersatz foireux qui ne donne en rien aux élèves la réalité de la langue latine et de sa culture. Non, ces collègues ne servent pas la survie du latin, ils en sont les fossoyeurs indirects et permettent à l'état d'avoir bonne conscience, et surtout, surtout oui, de faire une jolie brigade de gardes-chiourme à moindre coût.

Voilà. C'est ma position, loin d'être mainstream. Tant pis.

Je connais beaucoup d'excellents latinistes et hellénistes qui n'ont pas de cursus LC. Certains sont même devenus agrégés de LC voire de grammaire. Alors, selon moi, autant aider les collègues qui se retrouvent à enseigner le latin à bien apprendre la langue pour que, à terme, ils passent et obtiennent le concours de LC.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Lefteris le Ven 28 Aoû 2015 - 12:52

@e-Wanderer a écrit:
Je crois qu'il faudrait vraiment instituer, entre le parcours LM et le parcours LC, une voie intermédiaire. En gros, le parcours LM + une seule langue ancienne renforcée (version / thème / civi). Soit LM + latin, soit LM + grec. Je crois qu'ainsi on arriverait à retrouver un certain nombre de vocations pour les langues anciennes. À défaut, il faudra se résoudre à bricoler et à faire appel aux bonnes volontés (avec la part d'aléatoire et d'agacement légitime que cela suppose), ou à voir ces langues disparaître faute de professeurs de LC. Je le répète, on a 3 étudiants de LC par promo, et pas tous bien terribles…
Cette solution aurait au moins le mérite de tenter de sauver le latin (car le grec, ça sera fichu de toute manière) et d'imposer l'idée que le latin n'est pas accessoire . J'irais même plus loin, il faudrait du latin obligatoire dans les cursus d'histoire, de langues vivantes, surtout romanes. Je suis sidéré de voir le nombre de collègues qui n'ont jamais fait de latin, et voient à peine le lien que ça peut avoir avec leur matière. Ceci dit, il faudrait relancer la machine dans le secondaire, il ne suffit pas d'avoir des enseignants ayant un bon niveau.
Tout va dans le sens inverse : bâtons dans les roues mis dans les établissements, horaires, réforme du collège bientôt (qui en quelques années devrait faire disparaître le latin des lycées), sans compter le niveau des élèves. Il faut sans cesse faire du français : ignorance totale des moindres règles grammaticales et surtout des fonctions, refus de mémoriser...


Enfin, c'est plus un détail, mais autant je comprends l'intérêt du thème pour développer la compétence linguistique, autant je trouve qu'à un certain niveau, ça devient du pinaillage : choisir des textes qui parlent de la télévision pour voir quelle périphrase ingénieuse va trouver le malheureux étudiant, lui refuser tel mot ou telle tournure parce qu'ils ne sont pas attestés chez Cicéron mais seulement chez Tacite, je trouve ça absolument sans intérêt.
C'est vrai que dans l'absolu , c'est sans intérêt, un très bon latiniste qui insérerait des tours existants mais non classiques, ou poétiques, aurait une mauvaise note, alors qu'il montrerait par là-même sa fréquentation des auteurs, sa capacité à calquer d'instinct une tournure lue quelque part. Mais il ne faut pas perdre de vue que ces règles ont en toile de fond les concours, où l'on s'assure que le candidat connaît parfaitement la grammaire dite classique, qui est celle enseignée, et qui est la base. Pour les pièges (dates à transposer, modernité à rendre en latin, etc. ) c'est pour faire la différence.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Ronin le Ven 28 Aoû 2015 - 12:56

Moi je vais m'y mettre en autodidacte cette année ( calmons nous, juste pour ma culture personnelle ). Le fait que les fhgzyglef du ministère fassent tout pour faire disparaître les LC et de manière générale la culture humaniste m'a donné envie d'en apprendre des rudiments. Je ne dépasserai sans doute jamais le niveau d'un mauvais élève de 3ème mais j'aurais la joie de m'opposer à ces jhbfghdb de bsbk.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Fires of Pompeii le Ven 28 Aoû 2015 - 12:57

@Ronin a écrit:Moi je vais m'y mettre en autodidacte cette année ( calmons nous, juste pour ma culture personnelle ). Le fait que les fhgzyglef du ministère fassent tout pour faire disparaître les LC et de manière générale la culture humaniste m'a donné envie d'en apprendre des rudiments. Je ne dépasserai sans doute jamais le niveau d'un mauvais élève de 3ème mais j'aurais la joie de m'opposer à ces jhbfghdb de bsbk.  

Au contraire ! Ne sois pas défaitiste ! Et si on peut t'aider...n'hésite pas Smile

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Ronin le Ven 28 Aoû 2015 - 13:00

Je ne vais pas commencer avant la fin du mois. Par contre j'ai fait une jolie commande...

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Fires of Pompeii le Ven 28 Aoû 2015 - 13:00

@Ronin a écrit:Je ne vais pas commencer avant la fin du mois. Par contre j'ai fait une jolie commande...


T'as acheté quoi ? Very Happy

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Iphigénie le Ven 28 Aoû 2015 - 13:08

Quelle que soit l'organisation de la filière dans le supérieur elle ne peut pas déboucher si les langues anciennes sont évacuées du secondaire: pourquoi se former à une filière LC, même réduite au latin s'il n'y a pas de débouchés? >Il est clair que le latin tel que prévu par cette foutue réforme n'a plus rien de spécifique à un enseignant de LC : la philosophie du bazar étant même que surtout, ce soit un prof d'une autre matière, justement qui s'y lance!
Je comprends pleinement le raisonnement d'Audrey. Je dois avoir quelque part un courrier adressé à un CDE dans les années 90 où une collègue et moi-même lui disions que s'il voulait restreindre nos horaires de grec pour faire suivre aux élèves de terminale une "formation innovante" qui était alors proposée par de Cned (les élèves devant une télé deux heures par semaine le mercredi après-midi, et un prof pour les "accompagner"une heure), autant qu'il ferme la filière tout de suite...Il me semble aussi si j'ai bien compris que c'est la position d'un P.Veynes dont on a déjà débattu, qui considère que c'est fichu pour le secondaire et qu'autant veut ne plus former que les deux ou trois savants de son niveau dont on a réellement besoin, et qui de toutes façons n'ont pas besoin du circuit scolaire...
La situation est devenue un tel bazar que toutefois je comprends le désarroi de jeunes collègues de LM qui n'ont pas l'impression de nuire à cet enseignement mais au contraire d'aider à sa survie. Même si les questions nous laissent parfois...pantois.
D'abord parce qu'il n'est pas certain que le niveau en latin d'une partie des certifiés LC aujourd'hui soit tellement supérieur à celui d'un LM ayant fait du latin jusqu'en terminale il y a quelques années... Ensuite parce que c'est vrai qu'entre rien et très peu, la différence n'est pas flagrante.
Bref, en l'état des lieux, il serait dommage que ceux qui ont la bonne volonté d'au moins se poser des questions soient reçus comme des chiens dans un jeu de quilles. Mais pour moi, le fond de ma pensée, c'est que c'est game over de toute façon...A mon très grand désespoir.

PS: Bravo Ronin! c'est comme ça qu'on maintiendra un peu de culture gréco-romaine. Créons des clubs Laughing


Dernière édition par Iphigénie le Ven 28 Aoû 2015 - 13:11, édité 1 fois

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Ronin le Ven 28 Aoû 2015 - 13:09

Humm, ça va être long :

- 40 leçons pour découvrir le latin.
- Grammaire latine complète, Lucien Sausy.
- Le grand Gaffiot.
- 40 leçons pour découvrir le grec ancien.
-Initiation au grec ancien, JV Vernhes.
- Le grand Bailly.
- Le Lexicon, JM Fontanier.
- Le savoir grec : dictionnaire critique.
- Trésors des racines latines.
- Trésors des racines grecques.
Les étymologies surprises, Garrus.
- Dictionnaire étymologique de la langue française.
- Cours de langue grecque, Allard et Feuillâtre.
- Nouvelle grammaire grecque, J Bertrand.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Lefteris le Ven 28 Aoû 2015 - 13:10

@Ronin a écrit:Moi je vais m'y mettre en autodidacte cette année ( calmons nous, juste pour ma culture personnelle ). Le fait que les fhgzyglef du ministère fassent tout pour faire disparaître les LC et de manière générale la culture humaniste m'a donné envie d'en apprendre des rudiments. Je ne dépasserai sans doute jamais le niveau d'un mauvais élève de 3ème mais j'aurais la joie de m'opposer à ces jhbfghdb de bsbk.  
Ne crois pas ça. En grec, je suis autodidacte, et je  suis arrivé très largement au niveau du capes, ce n'est pas la chose qui m'a paru la plus insurmontable à l'agreg (le latin, j'en avais fait, j'ai dû tout reprendre et approfondir ).  Je connais aussi des agrégés de grammaire ou de LC   autodidactes  dans une des deux langues et sans cursus LC , ou alors en le prenant en cours de route , des profs de LM passés en LC comme ça. Ce sont des matières comme les autres, donc qui s'apprennent .
Ca demande surtout de la régularité, de la constance, plus que du travail à haute doses. Lire aussi beaucoup de choses en textes traduits, comme ça, à bâtons rompus, ça met dans "l'ambiance", et un jour on les retrouve dans la langue d'origine, lire de l'histoire et des essais...


Dernière édition par Lefteris le Ven 28 Aoû 2015 - 13:13, édité 1 fois

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Lefteris le Ven 28 Aoû 2015 - 13:12

@Ronin a écrit:Humm, ça va être long :

- 40 leçons pour découvrir le latin.
- Grammaire latine complète, Lucien Sausy.
- Le grand Gaffiot.
- 40 leçons pour découvrir le grec ancien.
-Initiation au grec ancien, JV Vernhes.
- Le grand Bailly.
- Le Lexicon, JM Fontanier.
- Le savoir grec : dictionnaire critique.
- Trésors des racines latines.
- Trésors des racines grecques.
Les étymologies surprises, Garrus.
- Dictionnaire étymologique de la langue française.
- Cours de langue grecque, Allard et Feuillâtre.
- Nouvelle grammaire grecque, J Bertrand.
Tout ça ? Shocked

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Ronin le Ven 28 Aoû 2015 - 13:15

Ben ça fait dix ans que ça m'intéresse, de loin. Cela fait un an avec cette µµµ de réforme que les LC se rappellent à mon souvenir. J'avais un budget, l'hiver est long en province, je me suis fait plaisir Very Happy

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Presse-purée le Ven 28 Aoû 2015 - 14:19

@Iphigénie a écrit:
C'est la mise à mort de la grammaire et de la conjugaison comme éléments mortels d'ennui qui a lancé le départ de la fin du niveau
C'est pire que ça: le latin est la première (..) victime de la fuite en avant dans l'enseignement français et sans doute européen, plus ou moins au même rythme: la "pédagogie"officielle n'est faite que pour entériner les failles.
En l'occurrence, le latin a entériné les failles de l'enseignement du français. C'est pourquoi cette discussion est vaine, parce que la mort du latin qui est actée par la réforme du collège est désormais juste une première étape dans la faillite de l'enseignement de la littérature puis évidemment des "humanités" en général: quand on n'aura plus ni le recul de l'antiquité ni la maîtrise de la langue, l'histoire aura-t-elle encore un sens (autrement que par une activité de type "ludique" et plus trop scientifique: repas latins, médiévaux, polar à Versailles  Rolling Eyes ...)? On coule.

Oui, haine de la grammaire +attention de l'enseignement focalisée non plus sur les contenus mais sur les procédures + réduction à ce qui est "utile" + (comme le disait très bien Audrey) théorie du zapping, les EPI en étant le dernier avatar = fin des langues anciennes.

Les prochains sur la liste: l'HG (dire que l'HG forme des citoyens est juste une foutaise et une imposture, et il y a plein de postes à faire sauter), les arts plastiques et la musique, puis la littérature.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Hermiony le Ven 28 Aoû 2015 - 14:44

@Ronin : liste impressionnante ! veneration

J'ai retrouvé toutes les versions faites durant mes deux années de préparation à l'agrégation (1 / semaine, ça en fait quelques unes)...je suis incapable d'en comprendre une ligne désormais. Sad

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par User5899 le Ven 28 Aoû 2015 - 15:13

@Elyas a écrit:Euh... ce que dit e-wanderer m'étonne. J'ai passé le bac spé latin en 1996. J'étais capable de traduire un texte latin inconnu (sauf si c'était Plaute, ma bête noire). A la fac, je m'ennuyais tellement en latin et en paléographie latine qu'un maître de conférence me voyant somnoler m'a mis au défi de lire le texte latin brut (avec les abréviations), je l'ai fait sans souci. Enervée, elle m'a demandé de traduire. Ce que j'ai fait. Elle en est restée sans voix, changeant de sujet. J'ai eu 19 en latin au bac 1996 et à la fac, j'ai eu aussi 19 en paléo latine médiévale (la meilleure note de la fac, une abréviation bizarre a eu ma peau, maudit manuscrit, je suis certain que la maître de conf' l'a mise exprès pour moi). Mais bon, j'ai eu des professeurs de LC qui me faisaient faire de la grammaire, de la conjugaison, de la version mot à mot avant traduction globale trois fois par semaine (environ 150 mots par semaine en 4e et 3e) et du thème. J'étais l'unique élève en spé latin en Tle. A l'épreuve, on était 10 sur le bassin de mon lycée en spé latin.

C'est la mise à mort de la grammaire et de la conjugaison comme éléments mortels d'ennui qui a lancé le départ de la fin du niveau.

Pas besoin d'être passé en prépa pour être au niveau en latin ou en grec. Un enseignement rigoureux de la langue comme départ, de la passion et du sérieux, c'est bon. Pour preuve, mes camarades de licence issus de prépa où ils ont fait du latin ont été estomaqués quand j'ai répondu au défi de ma maître de conf' en paléo.

Je relis régulièrement ma grammaire et ma conjugaison latines pour tout revivifier. Il n'y a que le vocabulaire que je perds Sad Je devrais faire du petit latin, en fait. Mais là, je me suis mis au grec ancien en autodidacte.

EDIT : je suis proprement atterré quand mes collègues de LC m'expliquent ce qu'ils font en cours. J'ai l'impression de trahir mes élèves de 6e en leur vantant le latin. Quand j'apprends qu'on y fait plus de civilisation et d'histoire (ce qui est mon domaine à moi, le professeur d'HG) que de langue, je suis très en colère.
Une fois de plus, outre que je suis entièrement d'accord avec chacun de vos propos et en particulier que je ressens pareille indignation devant certains "cours" de latin dont j'ai écho ici ou là, je demeure abasourdi des idées que vous défendez, en relation avec l'organisation syndicale à laquelle vous adhérez. Ils ne vous méritent pas.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par User5899 le Ven 28 Aoû 2015 - 15:31

@PauvreYorick a écrit:
@Elyas a écrit: j'ai eu des professeurs de LC qui me faisaient faire de la grammaire, de la conjugaison, de la version mot à mot avant traduction globale trois fois par semaine (environ 150 mots par semaine en 4e et 3e) et du thème. [...]

Pas besoin d'être passé en prépa pour être au niveau en latin ou en grec. Un enseignement rigoureux de la langue comme départ, de la passion et du sérieux, c'est bon.
Certes. Mais ce que tu décris, pour un bac 1996, semble ultra-exceptionnel. Moi qui l'ai passé un an auparavant, je n'ai eu aucune difficulté à avoir 20 (en option certes ─ ah quoique ? je l'ai passé à l'écrit) sans avoir à consentir presque aucun travail. (Je n'avais pour ainsi dire quasiment pas fait de latin au collège, ou dans des conditions qui feraient hurler, d'effroi sinon de rire, n'importe quel professeur sérieux ; les vicissitudes de l'emploi du temps faisaient enfin que je n'avais pu assister qu'à la moitié des cours hebdomadaires en seconde ; pour ce qu'on nous demandait au bac, c'était encore bien trop...)

Mais j'aurais beaucoup aimé bénéficier de l'enseignement dont tu as bénéficié (et l'hypokhâgne, de fait, m'aurait été beaucoup plus facile) Smile
1995-96 a été la dernière année scolaire ce me semble, où j'ai étudié des textes véritablement suivis en latin : le livre II de Lucrèce, le livre XIV des Annales de Tacite, le De oratore plus des broutilles. J'ai toujours "matraqué" en grammaire, vocabulaire, versification, thème et version, mais exactement dans la même proportion que mes collègues. C'est l'année d'après que nous avons commencé à recevoir des latinistes à qui il a fallu apprendre, en seconde, ce qu'est une déclinaison...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par User5899 le Ven 28 Aoû 2015 - 15:34

@Ronin a écrit:Humm, ça va être long :

- 40 leçons pour découvrir le latin.
- Grammaire latine complète, Lucien Sausy.
- Le grand Gaffiot.
- 40 leçons pour découvrir le grec ancien.
-Initiation au grec ancien, JV Vernhes.
- Le grand Bailly.
- Le Lexicon, JM Fontanier.
- Le savoir grec : dictionnaire critique.
- Trésors des racines latines.
- Trésors des racines grecques.
Les étymologies surprises, Garrus.
- Dictionnaire étymologique de la langue française.
- Cours de langue grecque, Allard et Feuillâtre.
- Nouvelle grammaire grecque, J Bertrand.
Que du très bon Wink
Allez, Ernout & Thomas, Syntaxe latine, un must et un classique des classiques Razz

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par musa le Ven 28 Aoû 2015 - 15:35

Cripure a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
@Elyas a écrit: j'ai eu des professeurs de LC qui me faisaient faire de la grammaire, de la conjugaison, de la version mot à mot avant traduction globale trois fois par semaine (environ 150 mots par semaine en 4e et 3e) et du thème. [...]

Pas besoin d'être passé en prépa pour être au niveau en latin ou en grec. Un enseignement rigoureux de la langue comme départ, de la passion et du sérieux, c'est bon.
Certes. Mais ce que tu décris, pour un bac 1996, semble ultra-exceptionnel. Moi qui l'ai passé un an auparavant, je n'ai eu aucune difficulté à avoir 20 (en option certes ─ ah quoique ? je l'ai passé à l'écrit) sans avoir à consentir presque aucun travail. (Je n'avais pour ainsi dire quasiment pas fait de latin au collège, ou dans des conditions qui feraient hurler, d'effroi sinon de rire, n'importe quel professeur sérieux ; les vicissitudes de l'emploi du temps faisaient enfin que je n'avais pu assister qu'à la moitié des cours hebdomadaires en seconde ; pour ce qu'on nous demandait au bac, c'était encore bien trop...)

Mais j'aurais beaucoup aimé bénéficier de l'enseignement dont tu as bénéficié (et l'hypokhâgne, de fait, m'aurait été beaucoup plus facile) Smile
1995-96 a été la dernière année scolaire ce me semble, où j'ai étudié des textes véritablement suivis en latin : le livre II de Lucrèce, le livre XIV des Annales de Tacite, le De oratore plus des broutilles. J'ai toujours "matraqué" en grammaire, vocabulaire, versification, thème et version, mais exactement dans la même proportion que mes collègues. C'est l'année d'après que nous avons commencé à recevoir des latinistes à qui il a fallu apprendre, en seconde, ce qu'est une déclinaison...

1995-1996 c'est mon année de stage. Je faisais 6h, 3h de latin en 2nde et 3h en première. Et c'était très bien...

musa
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Ronin le Ven 28 Aoû 2015 - 16:42

Cripure a écrit:
@Ronin a écrit:Humm, ça va être long :

- 40 leçons pour découvrir le latin.
- Grammaire latine complète, Lucien Sausy.
- Le grand Gaffiot.
- 40 leçons pour découvrir le grec ancien.
-Initiation au grec ancien, JV Vernhes.
- Le grand Bailly.
- Le Lexicon, JM Fontanier.
- Le savoir grec : dictionnaire critique.
- Trésors des racines latines.
- Trésors des racines grecques.
Les étymologies surprises, Garrus.
- Dictionnaire étymologique de la langue française.
- Cours de langue grecque, Allard et Feuillâtre.
- Nouvelle grammaire grecque, J Bertrand.
Que du très bon Wink
Allez, Ernout & Thomas, Syntaxe latine, un must et un classique des classiques Razz

Bof. Dans dix ans j'aurais tout lu Razz

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Lefteris le Ven 28 Aoû 2015 - 16:49

@Ronin a écrit:
Cripure a écrit:
@Ronin a écrit:Humm, ça va être long :

- 40 leçons pour découvrir le latin.
- Grammaire latine complète, Lucien Sausy.
- Le grand Gaffiot.
- 40 leçons pour découvrir le grec ancien.
-Initiation au grec ancien, JV Vernhes.
- Le grand Bailly.
- Le Lexicon, JM Fontanier.
- Le savoir grec : dictionnaire critique.
- Trésors des racines latines.
- Trésors des racines grecques.
Les étymologies surprises, Garrus.
- Dictionnaire étymologique de la langue française.
- Cours de langue grecque, Allard et Feuillâtre.
- Nouvelle grammaire grecque, J Bertrand.
Que du très bon Wink
Allez, Ernout & Thomas, Syntaxe latine, un must et un classique des classiques Razz

Bof. Dans dix ans j'aurais tout lu Razz
Ce ne sont pas des livrs "à lire" ( la lecture complète d'un Bailly , bon courage Razz ) , mais à consulter au fur et à mesure des besoins. le lexicon est un outil remarquable, qui permet de s'appuyer sur le latin pour mémoriser le grec et vice-versa. Je l'ai utilisé pour faire des cours d'enseignement conjoint. Il a été je crois réédité et amélioré, tu dois avoir la seconde version.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par Sullien le Ven 28 Aoû 2015 - 17:10

C'est vrai qu'en latin/grec, il y a de quoi faire pour travailler, ce qui n'est pas le cas d'autres langues anciennes moins étudiées en France (quand elles le sont). Il serait donc dommage de ne pas en profiter !

Bon courage, Ronin ! Comme plusieurs ici, j'ai commencé le grec ancien en autodidacte (manuel de Vernhes) ; après le bac, j'ai passé l'été à bosser le manuel ; ça m'a suffi pour intégrer le groupe des "hellénistes confirmés" en prépa et majorer pendant trois ans. J'ai beaucoup perdu depuis, en fait... Laughing Le plus dur, c'est de s'y mettre et de travailler régulièrement ; il est parfois difficile de trouver la motivation nécessaire, surtout après une journée de travail. Mais néo est plein d'hellénistes prêts à t'aider et te soutenir ! Very Happy

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prononciation en latin

Message par barèges le Ven 28 Aoû 2015 - 19:44

Cripure a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
@Elyas a écrit: j'ai eu des professeurs de LC qui me faisaient faire de la grammaire, de la conjugaison, de la version mot à mot avant traduction globale trois fois par semaine (environ 150 mots par semaine en 4e et 3e) et du thème. [...]

Pas besoin d'être passé en prépa pour être au niveau en latin ou en grec. Un enseignement rigoureux de la langue comme départ, de la passion et du sérieux, c'est bon.
Certes. Mais ce que tu décris, pour un bac 1996, semble ultra-exceptionnel. Moi qui l'ai passé un an auparavant, je n'ai eu aucune difficulté à avoir 20 (en option certes ─ ah quoique ? je l'ai passé à l'écrit) sans avoir à consentir presque aucun travail. (Je n'avais pour ainsi dire quasiment pas fait de latin au collège, ou dans des conditions qui feraient hurler, d'effroi sinon de rire, n'importe quel professeur sérieux ; les vicissitudes de l'emploi du temps faisaient enfin que je n'avais pu assister qu'à la moitié des cours hebdomadaires en seconde ; pour ce qu'on nous demandait au bac, c'était encore bien trop...)

Mais j'aurais beaucoup aimé bénéficier de l'enseignement dont tu as bénéficié (et l'hypokhâgne, de fait, m'aurait été beaucoup plus facile) Smile
1995-96 a été la dernière année scolaire ce me semble, où j'ai étudié des textes véritablement suivis en latin : le livre II de Lucrèce, le livre XIV des Annales de Tacite, le De oratore plus des broutilles. J'ai toujours "matraqué" en grammaire, vocabulaire, versification, thème et version, mais exactement dans la même proportion que mes collègues. C'est l'année d'après que nous avons commencé à recevoir des latinistes à qui il a fallu apprendre, en seconde, ce qu'est une déclinaison...

Bac 97. Si je me souviens bien, deux oeuvres suivies pour le bac (Virgile, Tacite).
Mes professeurs de latin du lycée restent, je crois, ceux qui m'ont le plus marquée dans mon cursus secondaire. Celui de seconde avait commencé à nous faire travailler en lecture suivie, et, en grammaire, avait passé le début d'année à nous faire l'analyse morphologique des noms, adjectifs et verbes à tous les modes et temps (désinence-voyelle thématique-suffixe-radical-thème, définitions à savoir par coeur la deuxième semaine de seconde pour attaquer sereinement la suite). Effectivement, nous avons "revu" les déclinaisons, mais c'était radicalement nouveau, et limpide. Du "par coeur" à la compréhension d'un système.
Je lui dois une sérénité sans faille en latin en prépa puis en fac, jusqu'à l'agreg et encore aujourd'hui, même si je perds, je perds... Sad

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum