Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jésus le Dim 2 Oct 2016 - 12:35

@Chamil a écrit:
@jésus a écrit:
@Rendash a écrit:
@jésus a écrit:Là, c'est un vide juridique et ( de plus) quelque chose qui fausse la donne, et ce au détriment des autres.
Un PACS signé juste pour les avantages de celui-ci sans qu'il n'y ait rien derrière, ça ne vaut pas plus qu'un mariage blanc ( qui est puni par la loi). Après, faute au législateur de pondre un truc , qui est d'avance sujet à des bidouillages.

Le fait est que le cas de figure que j'évoque respecte scrupuleusement la législation, sans bidouillage aucun Razz

Je pense que cette loi est "bancale" et la respecter ne présage pas qu'on l'utilise sciemment à chaque fois comme son but initial l'entendait. Ici, elle est utilisée pour contourner un autre système. Quid de ceux qui ne cherchent pas à le contourner et se retrouve perdant?

Toute règle qui fixe l'accès à un avantage suscite un contournement. Cependant, cela signifie-t-il qu'on doive la supprimer?

C'est comme si l'existence (indéniable) de fraudes aux aides sociales devait entraîner la suppression de celles-ci. Après, on peut tout à fait, comme vous le soulignez justement, modifier les critères pris en compte pour coller à une société où une grande partie des couples et des naissances se fait hors mariage par exemple.

Certes, admettons que 200 personnes concluent des pacs de façade pour éviter de partir de leur région, par peur de mutations arbitraires, empêchent pendant ce temps-là 200 personnes d'avoir une affectation qui respecte leur situation familiale.
Oui, il serait temps de comprendre qu'on peut avoir des enfants hors mariage, être toute sa vie avec quelqu'un sans être marié, élever des enfants sans qu'on ait de lien de parenté, etc.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Chamil le Dim 2 Oct 2016 - 12:36

@Balthazaard a écrit:
@Rendash a écrit:

Plus largement, nous sommes un service public ; à ce titre, nous pouvons forcément nous retrouver dans le trou du pus du monde, parce qu'il y a besoin d'enseignants là-bas tout comme à Paris XVIe ou Lyon VIe. On râle, mais on y va, parce que c'est le revers d'une médaille qui reste sacrément belle en ces temps de crise : la sécurité de l'emploi. Si on ne souhaite pas conclure ce deal, on reste contractuel, avec la précarité que ça implique.

je suis tout à fait d'accord avec toi,  il faut se battre pour que l'administration respecte les règles , la contrepartie est que nous aussi acceptions les devoirs qu'implique la fonction, combler les "trous" en fait partie.

Pour élargir la discussion, il est très frappant de voir comment un discours moderne et bobo de type "c'est mon choix" (selon feu le titre de l'émission proposée par la chaîne hautement culturelle TF1) se concilie très bien avec le libéralisme le plus doctrinaire pour remettre en cause les principes d'organisation et de continuité du service public.

Que les usagers du service public se prennent pour des clients est une chose, que des agents du service public tiennent ce discours en est une autre: ils encouragent objectivement la fin de leur statut. Pourquoi pas, mais il ne faudra pas se plaindre de retourner à la situation d'avant 1946.

Chamil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Cicyle le Dim 2 Oct 2016 - 12:36

@mafalda16 a écrit:D'accord également avec les dernières interventions. Célibataire sans enfant, académie de Créteil, je râle mais j'accepte. TZR, je râle mais j'accepte le principe. Une question qui continue de me rendre désagréable: pourquoi la bonification de 20 points par année de TZR (youhou le cadeau du siècle) a disparu pour l'inter?? Franchement le "cadeau" était si démesuré pour les TZR face aux centaines de points attribués pour les rapprochements de conjoints et enfants?
+1000.
Je bénéficie des points RC (pour ce à quoi ils servent dans ma matière… Rolling Eyes ) donc je n'ai pas droit à la plupart des autres bonif (et je trouve ça normal : les points de RC sont déjà énormes), mais je suis tout à fait d'accord que les TZR devraient être favorisés à l'inter. C'est quand même bien moins confortable qu'avoir un poste fixe, surtout dans certaines disciplines où les ZR sont immenses.
Je suis pour qu'il y ait des bonifications familiales (on ne peut humainement pas laisser des couples ou des parents-enfants séparés pendant X années) mais je suis pour que d'autres bonifications soient maintenues pour donner un espoir aux célibataires sans enfants de rentrer dans la plupart des disciplines dans un délai raisonnable.
Rendash, elles varient à l'intra mais on pourrait imaginer qu'il y en ait une unique pour l'inter. L'un n'empêche pas l'autre, à ma connaissance. Le barème RC change d'une académie à l'autre à l'intra mais il existe bien pour l'inter et il est le même pour toutes les académies (par définition).

_________________
2016-2017 : Re-bouche-trous.  Lycée 1 : 1ère ST2S, 2nde santé social, 2nde AP ; Lycée 2 : Tale STL en CBSV, 2nde en EDE biotechnologies (x3 cafe ).
2015-2016 : Bouche-trous ! Mais seulement 1ère et TSTL ---> mi-temps.
2014-2015 : Stagiaire 18h : 1 2nde biotechno ; 1 1ère ST2S ; 1 Terminale ST2S.
2013-2014 : CAD2 (contractuelle-admissible) : 1 2nde en biotechnologies ; 1 1ère ST2S.

Cicyle
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jésus le Dim 2 Oct 2016 - 12:52

@Chamil a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@Rendash a écrit:

Plus largement, nous sommes un service public ; à ce titre, nous pouvons forcément nous retrouver dans le trou du pus du monde, parce qu'il y a besoin d'enseignants là-bas tout comme à Paris XVIe ou Lyon VIe. On râle, mais on y va, parce que c'est le revers d'une médaille qui reste sacrément belle en ces temps de crise : la sécurité de l'emploi. Si on ne souhaite pas conclure ce deal, on reste contractuel, avec la précarité que ça implique.

je suis tout à fait d'accord avec toi,  il faut se battre pour que l'administration respecte les règles , la contrepartie est que nous aussi acceptions les devoirs qu'implique la fonction, combler les "trous" en fait partie.

Pour élargir la discussion, il est très frappant de voir comment un discours moderne et bobo de type "c'est mon choix" (selon feu le titre de l'émission proposée par la chaîne hautement culturelle TF1) se concilie très bien avec le libéralisme le plus doctrinaire pour remettre en cause les principes d'organisation et de continuité du service public.

Que les usagers du service public se prennent pour des clients est une chose, que des agents du service public tiennent ce discours en est une autre: ils encouragent objectivement la fin de leur statut. Pourquoi pas, mais il ne faudra pas se plaindre de retourner à la situation d'avant 1946.

C'est pas la question, la société de 1946 n'est pas la société de 2016...Ca se sait pas par des études démographiques et sociologiques qui sont connues comme le loup blanc. C'est pas juste un caprice individuel à la sauce "c'est mon choix" qui sont des choix de vie stupides en général.
Comme faisaient les couples gays ou lesbiens avant le pacs et le mariage pour tous? Ils vivaient des situations injustes, on y a remédié.
On ne change donc rien à la prise en compte par l'EN de nouvelles situations qui n'apparaissent pas lors du calcul du barême?
Ca n'empêchera pas, à mon sens, de mettre un prof en face des élèves.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par lene75 le Dim 2 Oct 2016 - 13:55

@jésus a écrit:Quid des familles monoparentales, des divorcés , père " du dimanche et de la moitié des vacances scolaires" .

C'est pris en compte. Il y a des bonifications de "rapprochement de la résidence de l'enfant".
Les seuls qui n'ont rien, ce sont les couples "non officiels", c'est-à-dire non pacsés et sans enfant. S'il y a enfant il y a bonification et s'il y a pacs sans enfant, il y a bonification aussi.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Entrappedinparadise le Dim 2 Oct 2016 - 13:59

@lene75 a écrit:
@jésus a écrit:Quid des familles monoparentales, des divorcés , père " du dimanche et de la moitié des vacances scolaires" .

C'est pris en compte. Il y a des bonifications de "rapprochement de la résidence de l'enfant".
Les seuls qui n'ont rien, ce sont les couples "non officiels", c'est-à-dire non pacsés et sans enfant. S'il y a enfant il y a bonification et s'il y a pacs sans enfant, il y a bonification aussi.

Rien n'empêche un couple avec enfant de se pacser : c'est gratuit, ça dure 15 min (grand max- une fois qu'on a la date), c'est une formalité de le rompre et ce n'est pas "trop" engageant.
Après c'est à chacun de voir mais pour moi c'est tout vu : 15 min de son temps contre un rapprochement plus rapide de son conjoint et ses enfants...

Entrappedinparadise
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Chamil le Dim 2 Oct 2016 - 14:52

@jésus a écrit:

Pour élargir la discussion, il est très frappant de voir comment un discours moderne et bobo de type "c'est mon choix" (selon feu le titre de l'émission proposée par la chaîne hautement culturelle TF1) se concilie très bien avec le libéralisme le plus doctrinaire pour remettre en cause les principes d'organisation et de continuité du service public.

Que les usagers du service public se prennent pour des clients est une chose, que des agents du service public tiennent ce discours en est une autre: ils encouragent objectivement la fin de leur statut. Pourquoi pas, mais il ne faudra pas se plaindre de retourner à la situation d'avant 1946.

C'est pas la question, la société de 1946 n'est pas la société de 2016...Ca se sait pas par des études démographiques et sociologiques qui sont connues comme le loup blanc. C'est pas juste un caprice individuel à la sauce "c'est mon choix" qui sont des choix de vie stupides en général.
Comme faisaient les couples gays ou lesbiens avant le pacs et le mariage pour tous? Ils vivaient des situations injustes, on y a remédié.
On ne change donc rien à la prise en compte par l'EN de nouvelles situations qui n'apparaissent pas lors du calcul du barême?
Ca n'empêchera pas, à mon sens, de mettre un prof en face des élèves.[/quote]

Les dites enquêtes démographiques montrent que les familles recomposées par exemple étaient relativement nombreuses jusqu'au XIXème siècle (surmortalité des femmes en couche) et qu'en 1946, la question des filles-mères ou des naissances hors-mariage était un enjeu crucial (200 000 naissances estimées d'enfants franco-allemands durant la guerre), donc l'argument de "l'époque n'est pas la même", parfois...

Sur le fond, on en revient toujours au même point. Il existe un déséquilibre structurel entre zones demandées et zones évitées pour les personnels enseignants, donc il faut bien créer une hiérarchie des affectations sur les postes les plus demandés (et en sens contraire contraindre à aller sur les postes peu demandés). Cela est nécessaire pour la bonne marche du service public même si c'est de moins en moins accepté chez certains fonctionnaires qui se comportent en professions libérales avec la sécurité de l'emploi en prime.

Chamil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Daphné le Dim 2 Oct 2016 - 16:02

@lene75 a écrit:
@jésus a écrit:Je ne dis pas qu'il faille remettre en cause ce système, je faisais juste le constat que ce système de points pour les mutations induit une forme de norme sociale de la vie conjugale et familiale qui me semble de plus en plus d'un autre temps. Peut-être faudrait-il réviser ce système de points...

Le truc, c'est que tu considères que ça permet de muter où on veut, ce qui n'est pas du tout le cas, sauf peut-être dans les mutations simultanées, que je connais mal. Mais quand le conjoint n'est pas à l'EN, on n'a de points que pour se rapprocher de lui (ce qui bloque aussi beaucoup la carrière du conjoint, parce que s'il bouge, ça complique tout, sachant qu'il y a toujours au minimum un décalage d'une année scolaire pour le regroupement familial). Figure-toi que si je n'avais pas de conjoint, je préférerais aller exercer ailleurs qu'en IDF ! Du coup je ne vois pas trop l'histoire de la norme sociale quand l'EN prend acte a posteriori (c'est-à-dire une fois la situation établie), du fait qu'une famille a des possibilités moindres de mobilité géographique qu'un célibataire. De plus en plus on veut faire semblant de croire à l'égalité, mais le résultat, c'est qu'on retire aux mères de famille de plus en plus d'avantages (bonifications pour la retraite, durée des temps partiels non pénalisants, etc.) alors qu'on constate toujours un clair déséquilibre professionnel entre mères de familles et hommes.

Mais oui, c'est fait pour ça le RC, pas pour avoir un bon poste puisque de toute façon les bonifications ne sont valables que sur des vœux larges tout type de poste.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par VicomteDeValmont le Dim 2 Oct 2016 - 16:35

Pourquoi le PACS n'est-il pas supprimé maintenant que tout le monde a accès au mariage?
Ce serait déjà un premier pas vers la fin d'un système de tricheurs.
Il faudrait également, comme déjà dit auparavant, augmenter les bonifications des TZR et des célibataires qui visent une académie en particulier. Pour contre-balancer une sur-valorisation de la "famille" dans le système actuel.

_________________
!! SOUTENEZ VOS COLLEGUES Smile , SIGNEZ LA PETITION Smile : http://droits-profdoc.net/index.php  !!

VicomteDeValmont
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Heste le Dim 2 Oct 2016 - 17:31

Parce que PACS et mariage ce n'est pas la même chose et qu'on peut très bien souhaiter ne pas se marier mais vouloir bénéficier de la protection mise en place par le PACS.

Heste
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par VicomteDeValmont le Dim 2 Oct 2016 - 18:01

Le PACS n'étant pas un véritable engagement, il serait souhaitable qu'il disparaisse de la liste des bonifications.

_________________
!! SOUTENEZ VOS COLLEGUES Smile , SIGNEZ LA PETITION Smile : http://droits-profdoc.net/index.php  !!

VicomteDeValmont
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par kiwi le Dim 2 Oct 2016 - 18:49

@VicomteDeValmont a écrit:Le PACS n'étant pas un véritable engagement, il serait souhaitable qu'il disparaisse de la liste des bonifications.

M'ouais.... Imposition commune, inscription du nom du partenaire sur l'acte de naissance, solidarité avec le partenaire comme dans un mariage (des dettes donc...). C'est sûr que ça n'engage pas.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Mcready1 le Dim 2 Oct 2016 - 18:52

Et perso, je suis pacsé et je suis en couple depuis plus de 20 ans, ça m'aurait fait mal, quand j'en ai eu besoin, de ne pas avoir les bonifications consenties au mariés.

Mcready1
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par ycombe le Dim 2 Oct 2016 - 18:59

@Heste a écrit:Parce que PACS et mariage ce n'est pas la même chose et qu'on peut très bien souhaiter ne pas se marier mais vouloir bénéficier de la protection mise en place par le PACS.
Pas nécessaire d'être pacsé ni marié pour avoir les points RC dans l'EN: il suffit d'avoir un enfant en commun.

_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par ycombe le Dim 2 Oct 2016 - 19:01

@VicomteDeValmont a écrit:Pourquoi le PACS n'est-il pas supprimé maintenant que tout le monde a accès au mariage?
Pourquoi ne pas tout bonnement supprimer le mariage? L'état n'a pas besoin de savoir avec qui je vis après tout...

_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par ysabel le Dim 2 Oct 2016 - 19:06

@ycombe a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit:Pourquoi le PACS n'est-il pas supprimé maintenant que tout le monde a accès au mariage?
Pourquoi ne pas tout bonnement supprimer le mariage? L'état n'a pas besoin de savoir avec qui je vis après tout...

+1

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Elaïna le Dim 2 Oct 2016 - 20:18

L'Etat et la justice ont tout à fait besoin de le savoir, et encore heureux d'ailleurs. C'est la seule façon d'assurer la protection aux plus faibles (les enfants, le survivant d'un conjoint décédé. C'est bien joli sur le papier, "l'amûr n'a pas besoin d'un papier", mais dans la pratique, le droit de la famille, c'est bien utile. Et pour qu'il y ait droit de la famille, il faut un tant soit peu que l'Etat soit au courant qu'il y a une famille.

Elaïna
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jésus le Dim 2 Oct 2016 - 20:36

Je ne le conteste pas, mais pour beaucoup, cela est fait avant tout pour les mutations, certes quel mal à cela, mais j'en reviens toujours à penser que tout cela sous-entend une vision de la famille et du couple old school et peu en phase avec notre époque.
Ok, l'état doit être au courant, mais là, ce sont des procédures de mutation et d'affectation qui obligent officieusement à... Sans cette procédure, beaucoup de couples n'auraient pas fait ces démarches.
Il y a des gens qui se marient par amour, se suivent l'un l'autre, déménagent pour un travail intéressant, change de vie ou pas. J'ai connu que ça, il n'y a que lorsque j'ai bossé dans l'EN que j'ai croisé des personnes qui font ces démarches pour des raisons administratives. Ca n'empêche pas l'amour, mais je trouve ça artificiel et hors sol...bref.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Enaeco le Dim 2 Oct 2016 - 20:44

@kiwi a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit:Le PACS n'étant pas un véritable engagement, il serait souhaitable qu'il disparaisse de la liste des bonifications.

M'ouais.... Imposition commune, inscription du nom du partenaire sur l'acte de naissance, solidarité avec le partenaire comme dans un mariage (des dettes donc...). C'est sûr que ça n'engage pas.

Il y a différentes "formules" de PACS. Certaines engagent moins que d'autres.
Pour l'imposition commune, c'est quoi le risque ? devoir payer la part de l'autre ?
Personnellement, les économies que je ferai en quittant la RP grâce à un faux PACS dépasse trèèèès largement une part d’impôts.

La principale différence à mes yeux se situe au niveau des démarches de rupture. Un divorce, c'est tout un bazar. Une rupture de PACS, c'est 1 recommandé (même pas impératif...)

Enaeco
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Ponocrates le Dim 2 Oct 2016 - 20:52

@kiwi a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit:Le PACS n'étant pas un véritable engagement, il serait souhaitable qu'il disparaisse de la liste des bonifications.

M'ouais.... Imposition commune, inscription du nom du partenaire sur l'acte de naissance, solidarité avec le partenaire comme dans un mariage (des dettes donc...). C'est sûr que ça n'engage pas.
La dernière fois que j'ai vérifié le père devait reconnaître l'enfant en mairie- avec le mariage, le père par défaut est le mari. Pour les dettes il me semble que cela ne concerne les dépenses courantes. Un partenaire de PACS n'a pas droit à la pension de réversion, et n'a pas non plus d'obligation alimentaire vis-à-vis des parents de son/sa partenaire. C'est un engagement, mais il n'a pas les mêmes contraintes que le mariage.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"

Ponocrates
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par thrasybule le Dim 2 Oct 2016 - 22:50

Selon moi les points légitimes sont ceux de l'ancienneté, des agrégés qui ont vocation à enseigner au lycée, comme indiqué dans les statuts, les points attribués aux handicapés, et éventuellement, les bonus pour avoir enseigné dans des zones difficiles.le choux-fleur au doigt ça ne relève que d'un choix personnel face auquel le ministère, concernant les points, n'a pas fonction d'intervenir.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par archeboc le Lun 3 Oct 2016 - 0:45

@Rendash a écrit:
@jésus a écrit:@chamil, je conçois tout cela. Mais , il y a eu des cas de " faux" pacs, de potes qui se pacsent entre eux alors qu'ils ne sont pas en couple.

A partir du moment où les personnes concernées jouent le jeu du PACS, il n'y a pas "faux" PACS. On n'exige pas de ceux qui en contractent un qu'ils s'envoient en l'air une fois par semaine, ou alors il faut dissoudre d'office quelques mariages Razz
On peut se pacser avec un pote, vivre en coloc, faire une déclaration commune, dans le seul but d'obtenir des points, sans pour autant que ce soit un "faux" PACS.

Ceux qui joue à cela ont juste de la chance que l'EN ferme les yeux. Il faut dire que ce n'est pas l'administration qui est flouée, mais ceux qui sont vraiment en couple. Si c'était le fisc qui avait des intérêts dans l'affaire, cela s'appellerait "abus de droit", et il y aurait des pénalités de mauvaise foi pour épicer la douloureuse.

_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par thrasybule le Lun 3 Oct 2016 - 1:18

On sait fort bien que l'on va être mis à disposition de l'Etat après avoir passé un concours de fonctionnaire. Les choix privés n'ont pas à être pris en ligne de compte. Seuls les statuts ou les handicaps peuvent l'être.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Daphné le Lun 3 Oct 2016 - 7:49

@thrasybule a écrit:On sait fort bien que l'on va être mis à disposition de l'Etat après avoir passé un concours de fonctionnaire. Les choix privés n'ont pas à être pris en ligne de compte. Seuls les  statuts ou les handicaps peuvent l'être.

Le mariage impose, de par la loi, une communauté de vie.
Et il y a des professions dans la fonction publique ou ailleurs, où on est muté souvent, tous les deux ou trois ans par exemple. Et même dans le privé les gens sont obligés de bouger professionnellement. Il est donc normal que le conjoint et les enfants puissent suivre. C'est une priorité que le MEN est tenu de respecter faute de quoi il peut avoir des recours. Il y a dans certaines disciplines avec peu de mouvement des couples séparés pendant parfois années et ça c'est inadmissible, d'où quelques garde-fous comme les ATP ou les dispos de droit.

On ne rentre pas dans la fonction publique pour vivre au pays près de papa maman et les copains.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Enaeco le Lun 3 Oct 2016 - 9:57

@archeboc a écrit:
@Rendash a écrit:
@jésus a écrit:@chamil, je conçois tout cela. Mais , il y a eu des cas de " faux" pacs, de potes qui se pacsent entre eux alors qu'ils ne sont pas en couple.

A partir du moment où les personnes concernées jouent le jeu du PACS, il n'y a pas "faux" PACS. On n'exige pas de ceux qui en contractent un qu'ils s'envoient en l'air une fois par semaine, ou alors il faut dissoudre d'office quelques mariages Razz
On peut se pacser avec un pote, vivre en coloc, faire une déclaration commune, dans le seul but d'obtenir des points, sans pour autant que ce soit un "faux" PACS.

Ceux qui joue à cela ont juste de la chance que l'EN ferme les yeux. Il faut dire que ce n'est pas l'administration qui est flouée, mais ceux qui sont vraiment en couple. Si c'était le fisc qui avait des intérêts dans l'affaire, cela s'appellerait "abus de droit", et il y aurait des pénalités de mauvaise foi pour épicer la douloureuse.

Si il y a "abus de droit" c'est l EN qui en est victime et pas le fisc.
Administrativement si les conditions du PACS sont remplies, il n'y a rien à contester...
C'est plutôt pour l EN qui compte sur le PACS comme "preuve de couple" pour valider un "rapprochement de conjoints" qui se fait abuser sur le principe.
L EN ferme les yeux parce qu'ils n'ont aucun moyen de vérifier et prouver ce qui est un "faux pacs" à leurs yeux (et qu'ils s en foutent probablement)

Enaeco
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par fifi51 le Lun 3 Oct 2016 - 10:01

@Lenagcn a écrit:Le mouvement inter des PE est un vrai gros problème.


J'ai posé la question à mon père, et à son époque le recrutement des instituteurs était également académique. On leur expliquait aussi qu'il était très difficile de changer d'académie (grosso modo, cela correspondait à un échange).
A l'époque c'était peut être plus simple, car le mouvement migratoire était plutôt dans le sens Province-Paris, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

fifi51
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum