Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Cicyle le Ven 30 Sep 2016 - 18:00

@jaybe a écrit:Il ne faut pas oublier que le but du concours est de classer les candidats. Dans l'absolu un résultat de 6/20 ne représente rien, si ce n'est qu'en fonction de la moyenne cela fournit une indication par rapport au niveau moyen des candidats.
Ça veut donc dire ici que le niveau du candidat qui a 6 et est admis est largement inférieur à celui du niveau moyen des admis dans une académie où la barre est à 11/20.

Cicyle
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jaybe le Ven 30 Sep 2016 - 18:04

Sous réserve que l'épreuve soit la même (ou disons de difficulté équivalente), avec les mêmes consignes de correction...

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Cicyle le Ven 30 Sep 2016 - 18:07

@jaybe a écrit:Sous réserve que l'épreuve soit la même (ou disons de difficulté équivalente), avec les mêmes consignes de correction...
Oui, elle est la même que dans plusieurs autres académies (3 groupes d'académies en France donc 3 épreuves différentes).
Après, on peut toujours supposer que l'épreuve est plus dure et notée plus sèchement à Créteil et Amiens qu'à Toulouse et Montpellier. Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai comme un doute… Razz

_________________
2016-2017 : Re-bouche-trous.  Lycée 1 : 1ère ST2S, 2nde santé social, 2nde AP ; Lycée 2 : Tale STL en CBSV, 2nde en EDE biotechnologies (x3 cafe ).
2015-2016 : Bouche-trous ! Mais seulement 1ère et TSTL ---> mi-temps.
2014-2015 : Stagiaire 18h : 1 2nde biotechno ; 1 1ère ST2S ; 1 Terminale ST2S.
2013-2014 : CAD2 (contractuelle-admissible) : 1 2nde en biotechnologies ; 1 1ère ST2S.

Cicyle
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par dami1kd le Ven 30 Sep 2016 - 18:40

@jaybe a écrit:Il ne faut pas oublier que le but du concours est de classer les candidats. Dans l'absolu un résultat de 6/20 ne représente rien, si ce n'est qu'en fonction de la moyenne cela fournit une indication par rapport au niveau moyen des candidats.

Sauf que pour le CRPE, pour le coup, c'est vraiment corrigé comme un examen. La meilleure copie n'obtient pas forcément 20.

dami1kd
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Leclochard le Ven 30 Sep 2016 - 19:36

@Elaïna a écrit:J'ai quand même l'impression qu'ils ont fait une série de choix sans trop mesurer les conséquences. La petite a de l'asthme, alors on décide de partir et advienne que pourra. Le plus simple aurait été, me semble-t-il, d'attendre la mut de madame, probablement plus difficile à obtenir que le changement de taf de monsieur.
Par ailleurs je ne comprends absolument pas le choix de séparer la fratrie ni celui de lever les gosses à point d'heure. On a l'impression qu'ils font payer à leurs gosses les économies sur la garde d'enfants et le double logement. Evidemment, ça ne fait jamais plaisir de se ruiner en garde mais que ne prennent-ils une nounou qui fasse la gestion des grands et celle de la petite ?
Bref, je suis assez mitigée. Bien sûr la situation n'est pas marrante mais on a l'impression qu'ils n'ont rien géré, mais plutôt laissé les choses faire au petit bonheur la chance, et choisi des solutions à l'arrache pour faire des économies (le coup d'habiter dans la Sarthe pour aller bosser tous les jours dans les Hauts de Seine, pardon mais n'importe n'awak)

Oui. Ces parents ont fait n'importe quoi.
En médiatisant leur affaire, ils espèrent faire pression sur le rectorat et obtenir gain de cause. Cet été, un article larmoyant sur le sujet est sorti dans le Ouest France: c'était la même méthode. On envoie d'abord le conjoint avec les enfants en Bretagne et on crie à l'injustice, à l'insupportable séparation parce qu'on n'obtient pas la mutation attendue. Les gens ne connaissant rien aux mutations, apportent leur soutien, signent des pétitions.. On est en plein f... de g...le.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Cath le Ven 30 Sep 2016 - 19:50

Je connais un instit qui avait passé le concours en RP.
Un jour il en a eu marre, ben il a passé le concours en Bretagne.
Et l'a eu.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Verdurette le Ven 30 Sep 2016 - 20:06

Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Celadon le Ven 30 Sep 2016 - 20:08

Tout à fait d'accord. Mais là, il devrait y avoir des points accordés dans ces cas-là, non ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Elaïna le Ven 30 Sep 2016 - 20:17

@Verdurette a écrit:Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Ce n'est pas le cas dans l'affaire de cette dame qui dit clairement sur Facebook "mon mari a trouvé du travail à Rennes". On n'est pas dans le cas d'une mutation obligatoire. Sans autre document que ce que dit cette dame sur Facebook,j'estime qu'elle se fiche du monde. Ils ont fait un choix, pariant sur la mutation rapide, ils ont joué, ils ont perdu et maintenant ils pleurent dans les média. Franchement, par rapport à ceux qui subissent une situation du genre mutation d'office, je trouve cela dégueulasse.

Elaïna
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 20:55

@Cicyle a écrit:
@jaybe a écrit:Il ne faut pas oublier que le but du concours est de classer les candidats. Dans l'absolu un résultat de 6/20 ne représente rien, si ce n'est qu'en fonction de la moyenne cela fournit une indication par rapport au niveau moyen des candidats.
Ça veut donc dire ici que le niveau du candidat qui a 6 et est admis est largement inférieur à celui du niveau moyen des admis dans une académie où la barre est à 11/20.

D'une part et d'autre part, on ne met pas 6/20 par plaisir, on préfère un concours qui se joue à 15/20 (comme médecine). Quel que soit le concours, un 6/20, c'est faible.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Saphyr le Ven 30 Sep 2016 - 20:56

J'ai vu le post facebook, partagé par des connaissances qui n'y connaissent rien. Elle a réussi sa manœuvre: faire pleurer dans les chaumières.
D'ailleurs, depuis quelques temps, c'est devenu la mode : on n'obtient pas gain de cause dans la vraie vie, on passe par les réseaux sociaux pour rallier l'opinion à sa cause...

_________________
"Ecoutez, mon vieux, peu importe qu'un homme vive trente ou cent ans, dans la mesure où il fait quelque chose qui en vaut la peine avant de casser sa pipe", Etats d'urgence, André Brink.
“I'm right and you're wrong, I'm big and you're small, and there's nothing you can do about it.”, Matilda, Roald Dahl

Saphyr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Rendash le Ven 30 Sep 2016 - 20:57

@Bouboule a écrit:
D'une part et d'autre part, on ne met pas 6/20 par plaisir, on préfère un concours qui se joue à 15/20 (comme médecine). Quel que soit le concours, un 6/20, c'est faible.

Faut croire que le niveau monte : j'ai connu un temps et une fac où ça passait à 12.5, et on pouvait tout viser (sauf kiné, évidemment) à 13 Razz

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Leclochard le Ven 30 Sep 2016 - 20:58

@Verdurette a écrit:Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Dans ce cas, ce serait une injustice vis-à-vis des célibataires.
Je ne sais pas comment se passent les mutations dans le privé mais il me semble que dans la police ou la gendarmerie, on n'envoie pas par hasard quelqu'un en Bretagne. La région est très demandée.
lCe que je comprends, c'est que ces collègues veulent le beurre (certitude de rester dans la région où on réussit le concours) et l'argent du beurre (la possibilité de muter n'importe où en France). Dans le secondaire, on prend le risque d'aller à des centaines de kilomètres de chez soi parce qu'on espère pouvoir revenir. Les professeurs des écoles font un autre choix. Qu'ils l'assument ou qu'ils repassent le concours, comme certains l'ont dit.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 21:06

@Rendash a écrit:
@Bouboule a écrit:
D'une part et d'autre part, on ne met pas 6/20 par plaisir, on préfère un concours qui se joue à 15/20 (comme médecine). Quel que soit le concours, un 6/20, c'est faible.

Faut croire que le niveau monte : j'ai connu un temps et une fac où ça passait à 12.5, et on pouvait tout viser (sauf kiné, évidemment) à 13 Razz


Oui, ça dépend sûrement des facs (et du type d'épreuves). C'est un des concours que j'ai vu se jouer le plus haut avec certaines grandes écoles.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jaybe le Ven 30 Sep 2016 - 21:09

@Bouboule a écrit:
@Cicyle a écrit:
@jaybe a écrit:Il ne faut pas oublier que le but du concours est de classer les candidats. Dans l'absolu un résultat de 6/20 ne représente rien, si ce n'est qu'en fonction de la moyenne cela fournit une indication par rapport au niveau moyen des candidats.
Ça veut donc dire ici que le niveau du candidat qui a 6 et est admis est largement inférieur à celui du niveau moyen des admis dans une académie où la barre est à 11/20.

D'une part et d'autre part, on ne met pas 6/20 par plaisir, on préfère un concours qui se joue à 15/20 (comme médecine). Quel que soit le concours, un 6/20, c'est faible.

Il existe des concours particulièrement sélectifs où il est incorrect de juger une note de 6/20 comme un signe de faiblesse du candidat. Je veux bien vous accorder que ce n'est pas le cas du CRPE.

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 21:10

@Leclochard a écrit:
@Verdurette a écrit:Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Dans ce cas, ce serait une injustice vis-à-vis des célibataires.
Je ne sais pas comment se passent les mutations dans le privé mais il me semble que dans la police ou la gendarmerie, on n'envoie pas par hasard quelqu'un en Bretagne. La région est très demandée.
lCe que je comprends, c'est que ces collègues veulent le beurre (certitude de rester dans la région où on réussit le concours) et l'argent du beurre (la possibilité de muter n'importe où en France). Dans le secondaire, on prend le risque d'aller à des centaines de kilomètres de chez soi parce qu'on espère pouvoir revenir. Les professeurs des écoles font un autre choix. Qu'ils l'assument ou qu'ils repassent le concours, comme certains l'ont dit.


Je ne suis pas spécialiste, mais il y a aussi des mutations protégées. Monsieur ou madame Important est muté à un poste stratégique, le conjoint suit au moins en ATP.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jaybe le Ven 30 Sep 2016 - 21:15

@Leclochard a écrit:
@Verdurette a écrit:Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Dans ce cas, ce serait une injustice vis-à-vis des célibataires.
Je ne sais pas comment se passent les mutations dans le privé mais il me semble que dans la police ou la gendarmerie, on n'envoie pas par hasard quelqu'un en Bretagne. La région est très demandée.
lCe que je comprends, c'est que ces collègues veulent le beurre (certitude de rester dans la région où on réussit le concours) et l'argent du beurre (la possibilité de muter n'importe où en France). Dans le secondaire, on prend le risque d'aller à des centaines de kilomètres de chez soi parce qu'on espère pouvoir revenir. Les professeurs des écoles font un autre choix. Qu'ils l'assument ou qu'ils repassent le concours, comme certains l'ont dit.

Je trouve cette formulation assez étrange, car elle semble sous-entendre que choisir d'être professeur dans le primaire ou dans le secondaire repose avant tout sur des critères géographiques (?)

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 21:16

@jaybe a écrit:
@Bouboule a écrit:
@Cicyle a écrit:
@jaybe a écrit:Il ne faut pas oublier que le but du concours est de classer les candidats. Dans l'absolu un résultat de 6/20 ne représente rien, si ce n'est qu'en fonction de la moyenne cela fournit une indication par rapport au niveau moyen des candidats.
Ça veut donc dire ici que le niveau du candidat qui a 6 et est admis est largement inférieur à celui du niveau moyen des admis dans une académie où la barre est à 11/20.

D'une part et d'autre part, on ne met pas 6/20 par plaisir, on préfère un concours qui se joue à 15/20 (comme médecine). Quel que soit le concours, un 6/20, c'est faible.

Il existe des concours particulièrement sélectifs où il est incorrect de juger une note de 6/20 comme un signe de faiblesse du candidat. Je veux bien vous accorder que ce n'est pas le cas du CRPE.

Mais je suis prêt à vous écouter.
Ce n'est actuellement pas le cas du CRPE, pas le cas de la plupart des CAPES et des agrégations que je connais non plus, ce qui me semble être le cas des concours les plus évoqués ici.
Et attention, un 6/20 sanctionne une prestation du candidat, ce qui ne veut pas dire que le candidat n'a pas de qualités par ailleurs, je préfère préciser.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 21:19

@jaybe a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Verdurette a écrit:Ce cas semble vraiment particulier, mais vous oubliez celui, pas si rare, où monsieur est muté (armée, gendarmerie , banque, assurances ...) Tout le monde ne part pas par choix. Et je trouve vraiment anormal qu'on laisse des familles séparées plusieurs années de suite.

Dans ce cas, ce serait une injustice vis-à-vis des célibataires.
Je ne sais pas comment se passent les mutations dans le privé mais il me semble que dans la police ou la gendarmerie, on n'envoie pas par hasard quelqu'un en Bretagne. La région est très demandée.
lCe que je comprends, c'est que ces collègues veulent le beurre (certitude de rester dans la région où on réussit le concours) et l'argent du beurre (la possibilité de muter n'importe où en France). Dans le secondaire, on prend le risque d'aller à des centaines de kilomètres de chez soi parce qu'on espère pouvoir revenir. Les professeurs des écoles font un autre choix. Qu'ils l'assument ou qu'ils repassent le concours, comme certains l'ont dit.

Je trouve cette formulation assez étrange, car elle semble sous-entendre que choisir d'être professeur dans le primaire ou dans le secondaire repose avant tout sur des critères géographiques (?)

Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jaybe le Ven 30 Sep 2016 - 21:41

@Bouboule a écrit:Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Faut-il en déduire que ces étudiants se sent(ai)ent tout autant capables d'obtenir l'agrégation de physique que le CRPE ? Hmm...

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 21:59

@jaybe a écrit:
@Bouboule a écrit:Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Faut-il en déduire que ces étudiants se sent(ai)ent tout autant capables d'obtenir l'agrégation de physique que le CRPE ? Hmm...

Je parle bien d'élèves (18 ans). Je ne suis pas sûr qu'ils se rendent compte mais je parle aussi du CAPES bien sûr (simplement j'essaie de donner de l'ambition aux potentiels les plus frileurx). Ce n'est pas la difficulté supposée qui vient dans leurs arguments.
Mais la comparaison CAPES/CRPE est sûrement la meilleure puisque c'est à peu près la même échelle de salaire.
"Je veux rester là."
De même, il y a une recrudescence pour faire "ingénieur dans le bâtiment" car "les bâtiments, ça ne se délocalise pas". C'est surprenant les forums d'orientation.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Leclochard le Ven 30 Sep 2016 - 22:00

@jaybe a écrit:
@Bouboule a écrit:Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Faut-il en déduire que ces étudiants se sent(ai)ent tout autant capables d'obtenir l'agrégation de physique que le CRPE ? Hmm...

Non. Ils privilégient le cadre de vie et le confort de rester près de sa famille à un meilleur revenu. C'est tout à fait respectable.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Verdurette le Ven 30 Sep 2016 - 22:09

Il y a effectivement une grande injustice pour les célibataires ou les gens en couple sans être mariés. Il en existe qui , après 20 ans de bons et loyaux services dans une région, ont légitimement le droit d'avoir envie d'aller ailleurs simplement parce qu'ils veulent refaire leur vie ... sans avoir à culpabiliser ! (là, je reconnais que je prêche pour ma paroisse, si j'ose dire. )

L'EN est d'ailleurs assez stupide, car certains PE jettent l'éponge et se mettent en disponibilité pour suivre leur conjoint , résultat personne ne bénéficie plus nulle part de leur travail ... Avoir deux foyers et voyager chaque fin de semaine est assez dispendieux, et e n'est pas qu'une question d'argent, il y a des sentiments et l'équilibre d'une famille en jeu.

Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par Bouboule le Ven 30 Sep 2016 - 22:15

@Verdurette a écrit:Il y a effectivement une grande injustice pour les célibataires ou les gens en couple sans être mariés. Il en existe qui , après 20 ans de bons et loyaux services dans une région, ont légitimement le droit d'avoir envie d'aller ailleurs simplement parce qu'ils veulent refaire leur vie ... sans avoir à culpabiliser ! (là, je reconnais que je prêche pour ma paroisse, si j'ose dire. )

L'EN est d'ailleurs assez stupide, car certains PE jettent l'éponge et se mettent en disponibilité pour suivre leur conjoint , résultat personne ne bénéficie plus nulle part de leur travail ... Avoir deux foyers et voyager chaque fin de semaine est assez dispendieux, et e n'est pas qu'une question d'argent, il y a des sentiments et l'équilibre d'une famille en jeu.

Je ne sais pas comment est comptée l'ancienneté chez les PE.
Par contre dans le secondaire, je trouve l'ancienneté très peu payée au regard des bonifications familiales, notamment pour les zones où finalement, il n'y a que des voeux larges qui passent,sans compter désormais les cartes scolaires.
L'instabilité des règles ne sécurise pas trop les projets à long terme (un peu comme la fiscalité finalement.)

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par PabloPE le Ven 30 Sep 2016 - 22:44

@jaybe a écrit:
@Bouboule a écrit:Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Faut-il en déduire que ces étudiants se sent(ai)ent tout autant capables d'obtenir l'agrégation de physique que le CRPE ? Hmm...
Non bien sûr on est trop c****
Et sinon dans mon équipe j'ai du reste de maths'sup, de khagne, des docs en phys,  des STAPS, de l'ancien  ingénieur...
Je connais même des PE qui l'ont été en attendant de passer le CAPES et d'obtenir les 1000 et quelques points qui leur permettaient de rester dans le lycée réputé du coin.
Bien sûr que le critère géographique est primordial chez nous. La majorité de ceux qui se reclassent le font chez nous car justement ça ne va pas changer leur vie.
Ceux qui le passent en RP pour être sûrs de l'avoir ne sont pas ceux qui auraient passé un CAPES et beaucoup le font sans réfléchir qu'ensuite ils seront mariés au 93

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mutations des enseignants : le cri d’alarme d’une professeure des écoles

Message par jaybe le Ven 30 Sep 2016 - 22:48

@PabloPE a écrit:
@jaybe a écrit:
@Bouboule a écrit:Quand je demande pourquoi PE à mes élèves plutôt qu'agrégé(e) de physique ou de mathématiques, la réponse est principalement "géographique". Ceci n'a pas valeur de statistique, juste un retour.
Ensuite viennent les tranches d'âge (le collège n'attire pas).

Faut-il en déduire que ces étudiants se sent(ai)ent tout autant capables d'obtenir l'agrégation de physique que le CRPE ? Hmm...
Non bien sûr on est trop c****
Et sinon dans mon équipe j'ai du reste de maths'sup, de khagne, des docs en phys,  des STAPS, de l'ancien  ingénieur...
Je connais même des PE qui l'ont été en attendant de passer le CAPES et d'obtenir les 1000 et quelques points qui leur permettront de rester dans le lycée réputé du coin.
Bien sûr que le critère géographique est primordial chez nous. La majorité de ceux qui se reclassent le font chez nous car justement ça ne va pas changer leur vie.
Ceux qui le passent en RP pour être sûrs de l'avoir ne sont pas ceux qui auraient passé un CAPES et beaucoup le font sans réfléchir qu'ensuite ils seront mariés au 93

Pourquoi cette réaction épidermique ? Si parmi les gens qui passent l'agrégation de physique certains pensent avoir sans difficulté le CRPE, ils ne se font pas une idée correcte de la situation. Merci de ne pas accorder à mes propos un sous-entendu qui n'y est pas...

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum