Quand on n'aime pas un élève...

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Sam 15 Nov 2014 - 0:39

@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Pascal a écrit:Il est déjà arrivé que des élèves viennent sur le forum, certains parents d'élèves sont inscrits (des profs-parents aussi), réalisez-vous ce que ces personnes pourraient penser de ce qui est véhiculé ?

Les parents, je m'en fiche. Les profs-parents, ils s'en fichent. Quant aux élèves, ils tiendraient là la preuve de ce dont ils se doutent.

Ça me rappelle un truc. Une prof d'anglais, en 4e, qui nous disait que non non, elle n'avait pas de chouchou. Bien sûr nous ne la croyions pas. Elle a ajouté qu'en revanche il pouvait lui arriver de ne vraiment pas aimer un élève. Oh, pas dans notre classe, hein. Mais une fois, patati patata. On s'en fichait, ce qu'on voulait, c'était qu'elle avouât ses préférences.

Bien sûr, je suis aussi d'accord, mais on s'éloigne des propos qui m'ont choqué. Je ne peux pas contredire vos derniers propos qui ne sont ni injurieux, ni insultants et qui appartiennent au bon sens.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par John le Sam 15 Nov 2014 - 0:41

@Pascal a écrit:
@Ergo a écrit:Ah. Et les parents d'élèves, eux... ?
Parce que c'est bien ça, l'inquiétude, que des parents lisent ça ?
Ou des élèves... Je suis pour la paix sociale, et ce qui est fait ici peut avoir des conséquences dans la vie quotidienne de nos collègues, même dan la mienne pourquoi pas.
Je suis d'accord.
Par contre, je pense que la première inquiétude des parents n'est pas tellement de savoir si le prof sera gentil ou non avec leur enfant.
Les premières inquiétudes, souvent, c'est quand même de savoir s'il n'y aura pas le bazar dans la classe, si l'enfant est en sécurité à l'école, si l'enfant va pouvoir apprendre correctement dans la classe, et si l'école pourra permettre à l'enfant d'avoir un bel avenir à la fin de sa scolarité.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Rendash le Sam 15 Nov 2014 - 0:41

@Ergo a écrit:

Sylvain, Rendash: ça n'aide pas...

Si, ça dédramatise. Parce que quand je lis les propos de Pascal, je fais le lien avec ce qui est arrivé à des collègues, dont certains Néos, qui se sont fait insulter, voire agresser, et auxquels on a pu reprocher d'avoir été ensuite quelque peu virulents à l'égard de leur agresseur. Ledit agresseur ayant été pour ainsi dire blanchi, ou en tout cas pas sanctionné, au nom de la paix sociale. C'est gerbant. Entre vomir et rire, j'ai choisi la seconde. J'ai eu tort? Sans doute. Je décarre donc, pour le bien de cette "conversation".

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Sam 15 Nov 2014 - 0:41

@Rendash a écrit:
Tu es une personne correcte, ce que tu dis est correct. Dire d'une fille qu'elle est croisée avec une quiche n'est-ce pas misogyne?

Non, ce qui serait misogyne, c'est de penser que "quiche" est un vocable exclusivement réservé aux filles, parce que ce sont des filles.
Une quiche, chez moi en tout cas, c'est a-genre, ça concerne toute personne qui se signale par sa bêtise.

Oui mais tu es une personne d'une sagesse supérieure. Ce n'est pas le cas de tout le monde.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Rendash le Sam 15 Nov 2014 - 0:43

@Pascal a écrit:
@Rendash a écrit:
Tu es une personne correcte, ce que tu dis est correct. Dire d'une fille qu'elle est croisée avec une quiche n'est-ce pas misogyne?

Non, ce qui serait misogyne, c'est de penser que "quiche" est un vocable exclusivement réservé aux filles, parce que ce sont des filles.
Une quiche, chez moi en tout cas, c'est a-genre, ça concerne toute personne qui se signale par sa bêtise.

Oui mais tu es une personne d'une sagesse supérieure. Ce n'est pas le cas de tout le monde.

Hé bien, dans ma région, il semblerait que si. "Ce mec est une quiche", je l'entends assez régulièrement. Je le dis assez régulièrement, y compris et surtout à propos de moi-même.

Mais libre à toi de considérer, ou de faire mine de considérer, que c'est à mettre sur le même plan que les insultes signalées dans le fil que tu nous as mis en lien.

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Sam 15 Nov 2014 - 0:44

@John a écrit:
@Pascal a écrit:
@Ergo a écrit:Ah. Et les parents d'élèves, eux... ?
Parce que c'est bien ça, l'inquiétude, que des parents lisent ça ?
Ou des élèves... Je suis pour la paix sociale, et ce qui est fait ici peut avoir des conséquences dans la vie quotidienne de nos collègues, même dan la mienne pourquoi pas.
Je suis d'accord.
Par contre, je pense que la première inquiétude des parents n'est pas tellement de savoir si le prof sera gentil ou non avec leur enfant.
Les premières inquiétudes, souvent, c'est quand même de savoir s'il n'y aura pas le bazar dans la classe, si l'enfant est en sécurité à l'école, si l'enfant va pouvoir apprendre correctement dans la classe, et si l'école pourra permettre à l'enfant d'avoir un bel avenir à la fin de sa scolarité.

Je suis entièrement d'accord également John. Je rebondissais seulement sur des mots durs de ce topic. Après ça a dérapé.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par John le Sam 15 Nov 2014 - 0:44

@Pascal a écrit:
@Rendash a écrit:
Tu es une personne correcte, ce que tu dis est correct. Dire d'une fille qu'elle est croisée avec une quiche n'est-ce pas misogyne?
Non, ce qui serait misogyne, c'est de penser que "quiche" est un vocable exclusivement réservé aux filles, parce que ce sont des filles.
Une quiche, chez moi en tout cas, c'est a-genre, ça concerne toute personne qui se signale par sa bêtise.
Oui mais tu es une personne d'une sagesse supérieure. Ce n'est pas le cas de tout le monde.
Pascal, fais attention : Rendash pourrait te croire Very Happy
Plus sérieusement, c'est difficile de ne pas donner raison à tout le monde : en réalité, Pascal dit les choses sincèrement, tandis que Rendash et Sylvain sont dans la provoc.
Mais si on retire les différences de style des uns et des autres, vous pourriez vous apercevoir que vous défendez des points de vue qui, en réalité, ne sont pas si éloignés les uns des autres.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Sam 15 Nov 2014 - 0:48

Mon message était seulement celui-ci:

Attention à ce que vous dites, même pour vous défouler, on ne sait pas vraiment sous quels yeux vont tomber ces discussions, cela ne me semble pas bon pour la paix sociale qui est fragile dans notre métier.

Je soutiens à fond les collègues qui ont connu des violences ou des menaces.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par John le Sam 15 Nov 2014 - 0:51

@Pascal a écrit:Mon message était seulement celui-ci:

Attention à ce que vous dites, même pour vous défouler, on ne sait pas vraiment sous quels yeux vont tomber ces discussions, cela ne me semble pas bon pour la paix sociale qui est fragile dans notre métier.

Je soutiens à fond les collègues qui ont connu des violences ou des menaces.
+1

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Sam 15 Nov 2014 - 0:53

@John a écrit:
@Pascal a écrit:Mon message était seulement celui-ci:

Attention à ce que vous dites, même pour vous défouler, on ne sait pas vraiment sous quels yeux vont tomber ces discussions, cela ne me semble pas bon pour la paix sociale qui est fragile dans notre métier.

Je soutiens à fond les collègues qui ont connu des violences ou des menaces.
+1

Merci John et bonne nuit tout le monde. A très vite j'espère.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lizdarcy le Sam 15 Nov 2014 - 0:53

Ite missa est.

Lizdarcy
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Zenxya le Sam 15 Nov 2014 - 0:55

John, tu devrais travailler à l'ONU. Very Happy

Zenxya
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Oxford le Sam 15 Nov 2014 - 7:10

@Zenxya a écrit:John, tu devrais travailler à l'ONU. Very Happy
+ 1

Oxford
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par scot69 le Sam 15 Nov 2014 - 9:57

Pour avoir parlé du sujet avec mon mec hier soir, je pense que c'est vraiment une question de sensibilité: pour lui, ses élèves l'indiffèrent tous totalement (normal, il n'a de sentiments que pour moi!!!!)!

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le Sam 15 Nov 2014 - 10:01

@Pascal a écrit:Dire d'un élève qu'il est bête et méchant est pour moi insultant. Et je n'ai pas dit que je n'étais pas sensible aux collègues confrontés à la violence des élèves.
Dire d'un élève méchant qu'il est méchant, ce n'est pas une insulte.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Thalia de G le Sam 15 Nov 2014 - 10:02

@scot69 a écrit:Pour avoir parlé du sujet avec mon mec hier soir, je pense que c'est vraiment une question de sensibilité: pour lui, ses élèves l'indiffèrent tous totalement (normal, il n'a de sentiments que pour moi!!!!)!
Je vais dire la même chose à mon mari. Il va fondre  coeurs

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par scot69 le Sam 15 Nov 2014 - 10:03

c'est quoi pour vous la méchanceté?

c'est l'idée de prendre du plaisir en blessant quelqu'un?

c'est la même chose que le sadisme?

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le Sam 15 Nov 2014 - 10:06

@Pascal a écrit:
@Rendash a écrit:
Tu es une personne correcte, ce que tu dis est correct. Dire d'une fille qu'elle est croisée avec une quiche n'est-ce pas misogyne?

Non, ce qui serait misogyne, c'est de penser que "quiche" est un vocable exclusivement réservé aux filles, parce que ce sont des filles.
Une quiche, chez moi en tout cas, c'est a-genre, ça concerne toute personne qui se signale par sa bêtise.

Oui mais tu es une personne d'une sagesse supérieure. Ce n'est pas le cas de tout le monde.
Est-ce un insulte ? Étrange façon d'être pour la paix sociale.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Daphné le Sam 15 Nov 2014 - 10:09

Dalathée2 a écrit:Pascal, je manque de mots pour te dire à quel point ton discours est odieux pour des personnes ayant été confrontées à la brutalité d'élèves, qu'elle soit physique ou verbale. Il me rappelle la dernière formation à laquelle j'ai assistée, et où l'on m'a expliqué que les comportements des élèves n'étaient jamais que le miroir de nos comportements envers eux. J'ai eu envie de hurler.

Il est bon que tu respectes tes élèves ; peut-être pourrais-tu respecter également la sensibilité des personnes qui fréquentent ce forum.

D'où, quand on envoie un élève particulièrement insolent à l'administration, des remarques du type : mais qu'est-ce que vous avez bien pu lui faire /dire pour qu'il vous réponde comme ça ??
Ou croire l'élève et pas nous, et inverser les rôles : du type " après interrogatoire de l'élève en question, c'est vous qui lui avez dit ça !"

C'est du vécu Twisted Evil

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Ergo le Sam 15 Nov 2014 - 10:11

@scot69 a écrit:c'est quoi pour vous la méchanceté?

c'est l'idée de prendre du plaisir en blessant quelqu'un?

c'est la même chose que le sadisme?
Pour moi, il n'y a pas d'idée de plaisir: ce sont des élèves qui font volontairement du mal, qui ont l'intention de faire du mal.

On peut aussi parler de ceux qui y prennent du plaisir...

Daphné: oui, vécu aussi. Ou le "mais c'est pas possible parce que la semaine dernière, il a défendu quelqu'un". Suspect


_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Daphné le Sam 15 Nov 2014 - 10:18

@Provence a écrit:
@Pascal a écrit:

Il est déjà arrivé que des élèves viennent sur le forum, certains parents d'élèves sont inscrits (des profs-parents aussi), réalisez-vous ce que ces personnes pourraient penser de ce qui est véhiculé?

Quelle importance?  heu



+1
De plus ils  n'ont rien à faire sur ce forum qui est un forum de professeurs : nous sommes ici dans une salle des profs virtuelle.
Si par hasard certains parents arrivent ici, ça peut aussi leur faire du bien de voir ce qu'on supporte au quotidien, et revoir leur concept de prof= un métier de planqués bien peinards toujours en vacances vs élèves tous gentils polis qui ne demandent qu'à apprendre !
Voir la réalité en face et ouvrir les yeux, ça fait du bien aussi !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Daphné le Sam 15 Nov 2014 - 10:27

@John a écrit:
@Pascal a écrit:
@Ergo a écrit:Ah. Et les parents d'élèves, eux... ?
Parce que c'est bien ça, l'inquiétude, que des parents lisent ça ?
Ou des élèves... Je suis pour la paix sociale, et ce qui est fait ici peut avoir des conséquences dans la vie quotidienne de nos collègues, même dan la mienne pourquoi pas.
Je suis d'accord.
Par contre, je pense que la première inquiétude des parents n'est pas tellement de savoir si le prof sera gentil ou non avec leur enfant.
Les premières inquiétudes, souvent, c'est quand même de savoir s'il n'y aura pas le bazar dans la classe, si l'enfant est en sécurité à l'école, si l'enfant va pouvoir apprendre correctement dans la classe, et si l'école pourra permettre à l'enfant d'avoir un bel avenir à la fin de sa scolarité.

Oui, tout à fait d'accord.
Mais pour ce faire, il faut qu'on puisse faire cours tranquillement et ne pas passer son temps à gérer les comportements stupides, les problèmes d'indiscipline récurrents, les insolences et provocations diverses : il y a des classes, en collège surtout, où on perd un temps fou avec ce genre de khô.....

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Osmie le Sam 15 Nov 2014 - 11:14

@Pascal a écrit:Je comprends tout ce que vous me dites et je suis pour la liberté d'expression. Mais, en tant qu'enseignant, je me demandais juste si certains propos n'allaient pas trop loin, même si vous visez des élèves "anonymes". Bien sûr tout le monde ici n'a pas tenu de propos insultants, mais j'ai été choqué par certains messages.

Il est déjà arrivé que des élèves viennent sur le forum, certains parents d'élèves sont inscrits (des profs-parents aussi), réalisez-vous ce que ces personnes pourraient penser de ce qui est véhiculé?

"Ouais, je suis allé sur un forum de profs. Ils passent leur temps à casser les élèves, ils les traitent d'idiots et ils racontent la vie des élèves". Je pense que cela peut nuire. C'est tout, ce n'est que mon point de vue, partagé par personne ici, mais je l'exprime quand même.
Que vont penser ces personnes ? Elles penseront qu'il est sain qu'un professeur trouve abject qu'un élève de 12 ans en force une autre autre à le sucer ; qu'un deuxième pousse son prof au suicide ; qu'un troisième lui dise qu'il ne sert à rien, etc. Quant à "la roue tourne", quel est le problème ? Un "Comme on fait son lit, on se couche", aurait-il été plus consensuel ?
Les parents qui lisent ce fil doivent en lire d'autres, notamment tous ceux où l'on ne cesse de chercher la meilleure façon d'aider Untel, de comprendre tel autre, de remédier aux difficultés des élèves, etc. Le "ils passent leur temps à casser les élèves"... Mais bon, "quand on veut noyer son chien..."
Dans tes propos, Pascal, tu prends le parti de l'élève, quoi qu'il fasse, mais leurs actes doivent être condamnés quand ils sont condamnables. Pour ma part, je suis là pour enseigner les lettres ; le "vivre-ensemble" n'est pas mon but (même s'il faut une "harmonie" en classe pour travailler) ; c'est le rôle d'une crèche.

Je n'ai pas encore eu d'élèves détestables, mais je n'ai jamais eu à souffrir d'agressions souvent relatées sur ce forum. Si l'on me traitait de "sale p u t e" et qu'on me balançait des chaises à la tête tout en exigeant des fellations, je ne suis pas certaine que je trouverais les élèves choupinous...

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Osmie le Sam 15 Nov 2014 - 11:21

@Pascal a écrit:
@JEMS a écrit:J'ai eu une élève insupportable, une sorte de blanche neige croisée avec une quiche dotée d'un QI négatif. Son visage, ses mimiques me hantent encore, je vous jure, c'était physique ! Le nombre de fois où elle a pris la porte...

N'est-ce pas insultant?
Marre de cette obligation officieuse de s'exprimer par euphémismes.
N'as-tu jamais trouvé un élève stupide ? Jems l'a écrit franchement, avec du style. Ah oui, il aurait pu écrire que "la pauvre avait de graves difficultés ; malgré leur efficacité, les PPRE restaient sans effet sur elle ; régulièrement, je l'invitais à approfondir son travail auprès des AED, du CPE ou du CDE".

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Mezzo voce le Sam 15 Nov 2014 - 11:31

Je réalise que ce fil s'est longuement déployé et a pris une étrange tournure accusatrice. Je réfléchis, tout en continuant à travailler, à la réponse la plus appropriée me concernant. Pour l'heure, j'aurais tendance à tout mélanger. Il faut donc que j'organise ma réflexion.

Mezzo voce
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lefteris le Sam 15 Nov 2014 - 11:57

Janne a écrit:
Marre de cette obligation officieuse de s'exprimer par euphémismes.
Tutafé. aai  J'ai remarqué que dans l'E.N. on n'appelait jamais un chat un chat, il faut parler par circonvolutions (pas moi, hein...).
L'ado peut aussi être déjà un individu totalement abject, cruel, tiraillé entre les pulsions de l'enfance et le modèle de la pire bêtise adulte. Ce n'est que vérité de le dire. Il n'y a qu'à voir  dans les établissements "difficiles" les colères infantiles  pour des broutilles liées à la pire violence, ou dans  les tribunaux ce que sont capables de faire des ados. Les régimes totalitaires ne s'y sont jamais trompés (comme le commerce d'ailleurs, nouveau totalitarisme) en  ciblant leurs passions pour les utiliser.

J'aime beaucoup Houellebecq, et là , j'ai ri de ce qu'il fait dire à son personnage  Very Happy
Spoiler:
"Il est difficile d’imaginer plus con, plus agressif, plus insupportable et plus haineux qu’un pré-adolescent, spécialement lorsqu’il est réuni avec d’autres garçons de son âge. Le pré-adolescent est un monstre doublé d’un imbécile, son conformisme est presque incroyable ; le pré-adolescent semble la cristallisation subite, maléfique (et imprévisible si l’on considère l’enfant) de ce qu’il y a de pire en l’homme."


Dernière édition par Lefteris le Sam 15 Nov 2014 - 12:59, édité 1 fois

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum