Quand on n'aime pas un élève...

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le 14th Novembre 2014, 23:09

Et un élève qui t'insulte, se moque de toi, te frappe, voire, dans les cas extrêmes, essaie de t'étrangler, Pascal, tu le respectes encore, tu le salues poliment dans la rue ?

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:10

@Pascal a écrit:Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.
J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même chose. J'ai eu des élèves difficiles qui étaient des personnes adorables. J'ai aussi eu pour élèves des personnes odieuses. Ce sont des choses différentes.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Provence le 14th Novembre 2014, 23:10

@Pascal a écrit:Je suis tout de même choqué des propos que vous tenez sur vos élèves, et en public en plus. En sachant que sur Néoprofs, il y a des parents d'élèves inscrits, je n'ose penser l'image que vous donnez de notre profession.

J'espère au moins que vous écrivez sous le coup de la colère.

Je ne viens pas sur néoprofs pour donner une image de ma profession mais pour discuter avec des collègues. Personne n'est obligé de lire le forum. Et ceux qui viennent ici ne viennent pas forcément pour lire des propos de béni-oui-oui.

@Pascal a écrit:Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.

C'est très bien. "Jamais l'instituteur ne pourra remplacer le curé". Et pourtant...

@Pascal a écrit:
@Catalunya a écrit:Oui cela m'arrive. J'ai le souvenir d'une élève , que j'avais eue dans ma 4ème horrible de mon collège de stage, retrouvée 2 ans après en seconde en LP. Une gamine odieuse, vulgaire, bête et méchante. Je me souviens d'un jour, où ils faisaient un travail écrit. Elle, ne faisait rien, je me suis alors approché et lui ai parlé tout gentiment pour l'aider à faire la première question. Elle m'a répondu "ouais c'est bon vas y je vais le faire!!" en haussant la voix. Alors oui je l'ai méprisée, car elle était méprisable.
Elle est en terminale maintenant, je ne suis plus en LP. J'espère qu'elle ratera son bac.

Quelle violence quand on y réfléchit.

Quel privilège a été le tien, ô Pascal, de ne jamais croiser dans tes cours d'élèves furieusement violents, pervers ou sournois. Mais ça ne doit pas exister. Un enfant est l'innocence même...


Dernière édition par Provence le 14th Novembre 2014, 23:11, édité 2 fois

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le 14th Novembre 2014, 23:11

@Sphinx a écrit:Et un élève qui t'insulte, se moque de toi, te frappe, voire, dans les cas extrêmes, essaie de t'étrangler, Pascal, tu le respectes encore, tu le salues poliment dans la rue ?

+1.

Pascal, ce n'est pas la première fois que je me fais la réflexion, mais tu as une tendance à donner des leçons aux autres qui est proprement agaçante.

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:11

@Provence a écrit:
@Pascal a écrit:Je suis tout de même choqué des propos que vous tenez sur vos élèves, et en public en plus. En sachant que sur Néoprofs, il y a des parents d'élèves inscrits, je n'ose penser l'image que vous donnez de notre profession.

J'espère au moins que vous écrivez sous le coup de la colère.

Je ne viens pas sur néoprofs pour donne rune image de ma profession mais pour discuter avec des collègues. Personne n'est obligé de lire le forum. Et ceux qui viennent ici ne viennent pas forcément pour lire des propos de béni-oui-oui.

@Pascal a écrit:Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.

C'est très bien.

@Pascal a écrit:
@Catalunya a écrit:Oui cela m'arrive. J'ai le souvenir d'une élève , que j'avais eue dans ma 4ème horrible de mon collège de stage, retrouvée 2 ans après en seconde en LP. Une gamine odieuse, vulgaire, bête et méchante. Je me souviens d'un jour, où ils faisaient un travail écrit. Elle, ne faisait rien, je me suis alors approché et lui ai parlé tout gentiment pour l'aider à faire la première question. Elle m'a répondu "ouais c'est bon vas y je vais le faire!!" en haussant la voix. Alors oui je l'ai méprisée, car elle était méprisable.
Elle est en terminale maintenant, je ne suis plus en LP. J'espère qu'elle ratera son bac.

Quelle violence quand on y réfléchit.

Quel privilège a été le tien, ô Pascal, de ne jamais croiser dans tes cours d'élèves furieusement violents, pervers ou sournois. Mais ça ne doit pas exister. Un enfant est l'innocence même...
Sans parler d'élèves qui ne sont pas des enfants...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le 14th Novembre 2014, 23:15

@JPhMM a écrit:
@Pascal a écrit:Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.
J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même chose. J'ai eu des élèves difficiles qui étaient des personnes adorables. J'ai aussi eu pour élèves des personnes odieuses. Ce sont des choses différentes.

topela J'ai un élève cette année qui est ingérable, capable des pires insolences, et tout sauf brillant intellectuellement. Bon. Ce gamin est instable psychologiquement, il est soigné en accueil de jour actuellement, il a vécu des choses très lourdes dans sa famille, et je ne le vois qu'une fois par semaine - ça se passe un coup bien, un coup mal, honnêtement, je ne ressens rien vis-à-vis de cet élève, je n'ai pas d'affection pour lui, mais je ne lui en veux pas spécialement non plus. Pareil pour une autre, dans une autre classe, qui est complètement dépressive et dont je ne peux rien tirer. D'autres n'ont pas cette excuse : ils ont un niveau scolaire correct, une famille normale, pas de problèmes particuliers. Et pourtant, ils ont tant de défauts et un comportement si discutable qu'on ne peut que les trouver antipathiques. Ceux-là, non, je ne les aime pas. Ils ne sont qu'une poignée, hein, moins des doigts d'une main sur toutes mes classes. Mais je ne vois pas au nom de quoi je devrais me forcer à les aimer. Je les traite comme les autres en classe, c'est tout.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:16

Les insultes, les moqueries, ça m'est déjà arrivé, mais il faut passer outre. Nous avons assez de recul pour nous comporter dignement et les élèves ont bien le droit à l'erreur. Je ne suis jamais rancunier au point de leur vouloir du mal ! Je reste poli, quand je croise un élève.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Rendash le 14th Novembre 2014, 23:18

Et les coups et autres tentatives de strangulation, alors? Tu prends du recul? Tu analyses, comprends, excuses?

WW, on a trouvé ton CDE Razz

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lefteris le 14th Novembre 2014, 23:19

@mathmax a écrit:Je n'aime pas tous les jeunes, de même que je n'aime pas tous les adultes.

Quand quelqu'un me déclare aimer les enfants, je pense aux gens qui aiment les animaux, comme ça, sans distinction, comme s'ils n'avaient pas de caractéristiques individuelles.

Malheureusement, certains êtres humains ne sont pas aimables et cela peut se manifester dès l'enfance.

On peut avoir, et c'est admirable, la vocation de trouver de l'aimable dans chaque être humain mais c'est un charisme particulier qui à ma connaissance ne fait pas partie des compétences  évaluées par le CAPES ou l'agrégation.
Tout est dit : nous sommes dans le monde du travail, et il est normal que sur des centaines d'élèves que nous voyons, certains nous soient totalement antipathiques, voire détestables, car insultants, arrogants, agressifs, sournois, capricieux... comme dans tout groupe humain. Et l'adolescence exacerbe ces défauts de caractère.
Et moins on les voit, mieux on se porte, il est d'une hypocrisie sans nom de prétendre le contraire par je ne sais quel politiquement correct.
Ce qui n'empêche pas de les supporter et de leur dispenser le même cours qu'aux autres, parce que nous sommes là pour la transmission du savoir à une classe d'âge, dans un système institutionnel qui a pour but aussi l'intérêt de la Nation, et non dans un service à la personne où l'affect doit tout envahir.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:19

@sansara a écrit:
@Sphinx a écrit:Et un élève qui t'insulte, se moque de toi, te frappe, voire, dans les cas extrêmes, essaie de t'étrangler, Pascal, tu le respectes encore, tu le salues poliment dans la rue ?

+1.

Pascal, ce n'est pas la première fois que je me fais la réflexion, mais tu as une tendance à donner des leçons aux autres qui est proprement agaçante.

Et je continuerai autant que nécessaire lorsque quelque chose me dérangera.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le 14th Novembre 2014, 23:20

@Pascal a écrit:Les insultes, les moqueries, ça m'est déjà arrivé, mais il faut passer outre. Nous avons assez de recul pour nous comporter dignement et les élèves ont bien le droit à l'erreur.

Nous comporter dignement, oui, que les élèves aient le droit à l'erreur, soit, mais je ne crois pas qu'on mette la même chose sous le mot "erreur", franchement... Le manque total d'éducation, le mépris, l'arrogance, la violence, c'est juste une erreur pour toi ?

Je ne suis jamais rancunier au point de leur vouloir du mal ! Je reste poli, quand je croise un élève.

Qui a parlé de leur vouloir du mal, de ne pas rester poli ? tu nous dépeins en psychopathes grossiers. Nous parlons de nos sentiments, qui nous sont personnels. Je n'ai encore jamais insulté un élève, même ceux qui me déplaisent fortement Rolling Eyes En revanche, je n'irai pas leur serrer la louche et je me désintéresse de ce qu'ils deviennent.


Dernière édition par Sphinx le 14th Novembre 2014, 23:24, édité 1 fois

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le 14th Novembre 2014, 23:20

@Pascal a écrit:
@sansara a écrit:
@Sphinx a écrit:Et un élève qui t'insulte, se moque de toi, te frappe, voire, dans les cas extrêmes, essaie de t'étrangler, Pascal, tu le respectes encore, tu le salues poliment dans la rue ?

+1.

Pascal, ce n'est pas la première fois que je me fais la réflexion, mais tu as une tendance à donner des leçons aux autres qui est proprement agaçante.

Et je continuerai autant que nécessaire lorsque quelque chose me dérangera.

Grand bien t'en fasse, si tu aimes perdre ton temps. Rolling Eyes

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Provence le 14th Novembre 2014, 23:20

@Pascal a écrit:Les insultes, les moqueries, ça m'est déjà arrivé, mais il faut passer outre.
Et puis quoi encore?

Nous avons assez de recul pour nous comporter dignement

Certes oui, mais je ne vois pas le rapport avec la question.

et les élèves ont bien le droit à l'erreur.

Au singulier?

 Je ne suis jamais rancunier au point de leur vouloir du mal !
C'est très bien.

Je reste poli, quand je croise un élève.

C'est très bien. Je suppose que tes collègues, qui n'ont pas reçu ta bonne éducation, se mettent à roter bruyamment et à jurer comme des charretiers dans ce type d'occasion. Suspect

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:21

@Lefteris a écrit:
@mathmax a écrit:Je n'aime pas tous les jeunes, de même que je n'aime pas tous les adultes.

Quand quelqu'un me déclare aimer les enfants, je pense aux gens qui aiment les animaux, comme ça, sans distinction, comme s'ils n'avaient pas de caractéristiques individuelles.

Malheureusement, certains êtres humains ne sont pas aimables et cela peut se manifester dès l'enfance.

On peut avoir, et c'est admirable, la vocation de trouver de l'aimable dans chaque être humain mais c'est un charisme particulier qui à ma connaissance ne fait pas partie des compétences  évaluées par le CAPES ou l'agrégation.
Tout est dit : nous sommes dans le monde du travail,  et il est normal que sur des centaines d'élèves que nous voyons, certains nous soient totalement antipathiques, voire détestables, car insultants, arrogants, agressifs, sournois, capricieux... comme dans tout groupe humain.  Et l'adolescence exacerbe ces défauts de caractère.
Et moins on les voit, mieux on se porte, il est d'une hypocrisie sans nom de prétendre le contraire par je ne sais quel politiquement correct.
Ce qui n'empêche pas de les supporter et de leur dispenser le même cours qu'aux autres, parce que  nous  sommes là pour la transmission du savoir à une classe d'âge, dans un système institutionnel qui a pour but aussi l'intérêt de la Nation, et non dans un service à la personne où l'affect doit tout envahir.

Je préfère ces propos....

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:21

@Pascal a écrit:Les insultes, les moqueries, ça m'est déjà arrivé, mais il faut passer outre. Nous avons assez de recul pour nous comporter dignement et les élèves ont bien le droit à l'erreur.  Je ne suis jamais rancunier au point de leur vouloir du mal ! Je reste poli, quand je croise un élève.
Es-tu en train de dire que parce qu'on n'aime pas un élève, on ne se comporte pas dignement avec lui ?

De plus, je rappelle que "ne pas aimer" possède deux sens différents, celui de l'absence de sentiment d'une part, et celui du sentiment négatif d'autre part.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:23

@sansara a écrit:
@Pascal a écrit:
@sansara a écrit:

+1.

Pascal, ce n'est pas la première fois que je me fais la réflexion, mais tu as une tendance à donner des leçons aux autres qui est proprement agaçante.

Et je continuerai autant que nécessaire lorsque quelque chose me dérangera.

Grand bien t'en fasse, si tu aimes perdre ton temps. Rolling Eyes
Si Pascal ne continue que lorsque quelque chose ne lui plait pas, il conviendrait mieux qu'il n'aime pas ses élèves, finalement.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:23

@Provence a écrit:
@Pascal a écrit:Les insultes, les moqueries, ça m'est déjà arrivé, mais il faut passer outre.
Et puis quoi encore?


Nous avons assez de recul pour nous comporter dignement

Certes oui, mais je ne vois pas le rapport avec la question.

et les élèves ont bien le droit à l'erreur.

Au singulier?

 Je ne suis jamais rancunier au point de leur vouloir du mal !
C'est très bien.

Je reste poli, quand je croise un élève.

C'est très bien. Je suppose que tes collègues, qui n'ont pas reçu ta bonne éducation, se mettent à roter bruyamment et à jurer comme des charretiers dans ce type d'occasion. Suspect

Bien entendu, quand la sanction est passée !

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lizdarcy le 14th Novembre 2014, 23:23

Trouver antipathique, ne pas aimer un élève ne veut pas dire le mépriser pour autant.
Après, si certains font particulièrement la misère, bon, faut pas exagérer non plus, on ne va pas en redemander...

Lizdarcy
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:24

@Mezzo voce a écrit:
@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!


affraid

Vous trouvez pas ces propos odieux?

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le 14th Novembre 2014, 23:25

Si si, Lizdarcy, tu n'as pas suivi, il faut au contraire en redemander. Tendons l'autre joue. C'est ça, être bienveillant. Se faire cracher dessus et en redemander.

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Provence le 14th Novembre 2014, 23:26

@Pascal a écrit:
@Mezzo voce a écrit:
@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!

affraid

Vous trouvez pas ces propos odieux?

Je suis tout à fait d'accord: il est odieux de vouloir pousser son enseignant au suicide.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lefteris le 14th Novembre 2014, 23:26

@Pascal a écrit:
@Lefteris a écrit:
@mathmax a écrit:Je n'aime pas tous les jeunes, de même que je n'aime pas tous les adultes.

Quand quelqu'un me déclare aimer les enfants, je pense aux gens qui aiment les animaux, comme ça, sans distinction, comme s'ils n'avaient pas de caractéristiques individuelles.

Malheureusement, certains êtres humains ne sont pas aimables et cela peut se manifester dès l'enfance.

On peut avoir, et c'est admirable, la vocation de trouver de l'aimable dans chaque être humain mais c'est un charisme particulier qui à ma connaissance ne fait pas partie des compétences  évaluées par le CAPES ou l'agrégation.
Tout est dit : nous sommes dans le monde du travail,  et il est normal que sur des centaines d'élèves que nous voyons, certains nous soient totalement antipathiques, voire détestables, car insultants, arrogants, agressifs, sournois, capricieux... comme dans tout groupe humain.  Et l'adolescence exacerbe ces défauts de caractère.
Et moins on les voit, mieux on se porte, il est d'une hypocrisie sans nom de prétendre le contraire par je ne sais quel politiquement correct.
Ce qui n'empêche pas de les supporter et de leur dispenser le même cours qu'aux autres, parce que  nous  sommes là pour la transmission du savoir à une classe d'âge, dans un système institutionnel qui a pour but aussi l'intérêt de la Nation, et non dans un service à la personne où l'affect doit tout envahir.

Je préfère ces propos....
Ce qui n'empêche pas de ne pas les aimer.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:26

@Pascal a écrit:
@Mezzo voce a écrit:
@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!

affraid

Vous trouvez pas ces propos odieux?
Ben voyons.
Dire "Comme quoi la roue tourne", c'est odieux.
Essayer de pousser quelqu'un au suicide, ce n'est pas odieux.

Tout va bien...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le 14th Novembre 2014, 23:26

@Lizdarcy a écrit:Trouver antipathique, ne pas aimer un élève ne veut pas dire le mépriser pour autant.
Après, si certains font particulièrement la misère, bon, faut pas exagérer non plus, on ne va pas en redemander...

Oui, je comprends, nous aussi nous sommes limités émotionnellement, mais quand même... de là à leur vouloir du mal.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Provence le 14th Novembre 2014, 23:27

@Pascal a écrit:
@Lizdarcy a écrit:Trouver antipathique, ne pas aimer un élève ne veut pas dire le mépriser pour autant.
Après, si certains font particulièrement la misère, bon, faut pas exagérer non plus, on ne va pas en redemander...

Oui, je comprends, nous aussi nous sommes limités émotionnellement, mais quand même... de là à leur vouloir du mal.

scratch

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le 14th Novembre 2014, 23:27

@Pascal a écrit:
@Lizdarcy a écrit:Trouver antipathique, ne pas aimer un élève ne veut pas dire le mépriser pour autant.
Après, si certains font particulièrement la misère, bon, faut pas exagérer non plus, on ne va pas en redemander...

Oui, je comprends, nous aussi nous sommes limités émotionnellement, mais quand même... de là à leur vouloir du mal.
Erreur.
En fait, tu ne comprends pas.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum