Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Honchamp le Ven 19 Fév 2016 - 22:54

Curriculaire, c'est le nouveau nom du spiralaire ?

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."

Honchamp
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par corailc le Ven 19 Fév 2016 - 22:56

Curriculaire c'est différent du spiralaire mais nos formateurs espé ne nous ont pas dit en quoi.

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/

corailc
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Roumégueur Ier le Sam 20 Fév 2016 - 7:27

@Luigi_B a écrit:

Ah ben on a droit aussi à nos 3 heures de vidéo sur Magistère ces vacances avant une formation sur les nouveaux programmes, et à la fin questionnaire : on nous prend pour des benêts! Ces formations à distance sont un des nouveaux fléaux des temps modernes, c'est pas comme si on n'avait pas déjà du boulot ces vacances, comme chaque fois d'ailleurs : on fait une class action pour réclamer une rémunération pour ces temps d'astreinte imposés?
Je suis sûr que Myriam El Khomri n'y verra aucun inconvénient...

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Elyas le Sam 20 Fév 2016 - 7:35

@corailc a écrit:Curriculaire c'est différent du spiralaire mais nos formateurs espé ne nous ont pas dit en quoi.

Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.

Le spiralaire est le fait de voir des choses régulièrement mais de façon de plus en plus ample et complexe. Cela concerne principalement les notions. Selon les disciplines, c'est plus ou moins adapté. Par exemple, en histoire, la notion d'Empire peut être vue simplement en 6e, revue et approfondie en 5e et encore en 4e de façon plus complexe pour aboutir en 3e. En lettre, ça pourrait être un travail sur le héros en littérature. Bref, c'est voir une notion plusieurs fois et à chaque fois de façon plus complexes pour l'explorer sous toutes ses facettes.

La vraie nouveauté introduite de façon un peu violente est le curriculaire (et encore pas partout). Le spiralaire existe depuis toujours, c'est juste qu'on a mis un mot issu du langage universitaire des sciences de l'éducation sur cette pratique.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par archeboc le Sam 20 Fév 2016 - 8:36

@Elyas a écrit:Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.

A chaque fois, je me demande pourquoi trois ans et pas six ans, ou dix ans, ou six mois, ou trois mois. A chaque fois, je me dis que du curriculaire sur un an, cela semble, d'un point de vue logistique, le plus raisonnable.

@Elyas a écrit:Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.

Comme tu n'as pas trois ans devant les mêmes élèves, tu ne peux pas faire le boulot tout seul. Comme tu ne peux pas te concerter avec tous les enseignants qui suivront ou auront suivi chaque enfant de tes 6 classes les deux années où tu ne les auras pas, cette construction est typiquement la tâche qu'il est nécessaire de déléguer à une instance centralisatrice. Grosso modo, un programme annuel.

J'ai déjà posé la question à un cadre du MEN : il m'a répondu avec des étoiles dans les yeux et un sourire illuminé : "cette belle idée généreuse du cycle en trois ans". La mystique du chiffre trois a frappé les hautes instances de l'educ nat, je ne vois pas d'autres explications. Hypostase de la Sainte Trinité ? Ou induration calcifiante post-traumatique des trois parties de la vieille dissertation française ?


@Elyas a écrit:Le spiralaire existe depuis toujours, c'est juste qu'on a mis un mot issu du langage universitaire des sciences de l'éducation sur cette pratique.

A chaque fois que j'entends spiralaire, je pense à la contrepèterie : L'aspirant habite Javel.

J'espère que maintenant, vous aussi.

_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Elyas le Sam 20 Fév 2016 - 8:39

Bof, je n'ai aucune opinion sur le curriculaire. Il est sur 3 ans chez nous car les cycles font 3 ans.

Quant au spiralaire, non, je ne partage pas votre avis et comme je ne partage pas le type d'humour auquel vous faîtes allusion, j'ai le regret de décevoir vos espoirs.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par William Foster le Sam 20 Fév 2016 - 9:25

Merci Elyas d'avoir répondu à une question que je me posais (et pas que moi) sur la signification de curriculaire.

Par contre, le
@Elyas a écrit:Bof, je n'ai aucune opinion sur le curriculaire. Il est sur 3 ans chez nous car les cycles font 3 ans.
je le trouve très décevant : "c'est comme ça parce que c'est comme ça" heu Sad
Je croyais qu'on était supposé s'imprégner de l'esprit des programmes, pas accepter benoîtement quelque dogme réfléchi par un obscur pédagogue abscons Suspect
Et personnellement, je vis l'absence d'explications sur certains points, tels que celui-ci, comme un "t'es trop bête, on va pas s'embêter à t'expliquer, nous on y a réfléchi entre grands", et je perçois cette attitude comme une des principales motivations de mon opposition.
Moi, je ne demande qu'à être convaincu... Alors si les choses sont si évidentes, pourquoi ne pas les expliquer ? Suspect

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.

William Foster
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Luigi_B le Sam 20 Fév 2016 - 9:33

@Elyas a écrit:Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.
On faisait donc du curriculaire sur un an jusqu'ici, comme M. Jourdain faisait de la prose.

Problème avec le cycle de trois ans : sauf à avoir l'assurance de pouvoir suivre les mêmes élèves pendant trois ans, comment reviendrait-il à un professeur de répartir leurs apprentissages ? Pour espérer atteindre tous les objectifs de cycle, il faut définir une progression commune à l'établissement, qui s'impose donc ensuite à toute l'équipe. A rebours de la liberté pédagogique du professeur et surtout de l'adaptation tant vantée aux élèves. Sans parler de tous les élèves qui changent d'établissement (un sur cinq au collège).

Le système confine à l'absurde quand le cycle concerne des équipes qui n'en sont pas et ne peuvent matériellement pas en être, comme le cycle 3 CM1-CM2-6e.

Les cycles sont anti-pédagogiques : simple habillage idéologique pour une mesure d'économie budgétaire. Leur raison d'être, depuis l'origine, c'est de justifier la réduction du nombre de redoublements.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Dr Raynal le Sam 20 Fév 2016 - 9:52

Sans compter qu'en Sciences, j'ai quelques doutes sur l'approche "spiralaire"...

Dr Raynal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Luigi_B le Sam 20 Fév 2016 - 9:56

@Elyas a écrit:Le spiralaire est le fait de voir des choses régulièrement mais de façon de plus en plus ample et complexe. Cela concerne principalement les notions. Selon les disciplines, c'est plus ou moins adapté. Par exemple, en histoire, la notion d'Empire peut être vue simplement en 6e, revue et approfondie en 5e et encore en 4e de façon plus complexe pour aboutir en 3e. En lettre, ça pourrait être un travail sur le héros en littérature. Bref, c'est voir une notion plusieurs fois et à chaque fois de façon plus complexes pour l'explorer sous toutes ses facettes.
L'arme fatale contre l'ennui des élèves en somme. santa

L'exemple du "héros" en français me déconcerte un peu.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Adri le Sam 20 Fév 2016 - 10:01

@Luigi_B a écrit:
@Elyas a écrit:Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.
On faisait donc du curriculaire sur un an jusqu'ici, comme M. Jourdain faisait de la prose.

Problème avec le cycle de trois ans : sauf à avoir l'assurance de pouvoir suivre les mêmes élèves pendant trois ans, comment reviendrait-il à un professeur de répartir leurs apprentissages ? Pour espérer atteindre tous les objectifs de cycle, il faut définir une progression commune à l'établissement, qui s'impose donc ensuite à toute l'équipe. A rebours de la liberté pédagogique du professeur et surtout de l'adaptation tant vantée aux élèves. Sans parler de tous les élèves qui changent d'établissement (un sur cinq au collège).

Le système confine à l'absurde quand le cycle concerne des équipes qui n'en sont pas et ne peuvent matériellement pas en être, comme le cycle 3 CM1-CM2-6e.

Les cycles sont anti-pédagogiques : simple habillage idéologique pour une mesure d'économie budgétaire. Leur raison d'être, depuis l'origine, c'est de justifier la réduction du nombre de redoublements.


Rêvons d'une administration qui organiserait les conditions du bon déroulement de notre enseignement plutôt que de semer la pagaille et nous obliger à consacrer un temps et une énergie démentiels à tout réorganiser...
Si le MEN veut des programmes de cycle :
- on nous laisse des classes pour 3 ans ? / Ah non, puisque pour le cycle 3 on est à cheval sur primaire/collège...
- les concepteurs de programmes font un petit effort pour formuler des repères annuels pour toutes les matières ?

_________________
http://www.reformeducollege.fr

Pétition contre la suppression des bilangues et des sections euro :
http://www.petitions24.net/non_a_la_mort_programmee_des_langues_vivantes



Faites circuler !

Adri
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Roumégueur Ier le Sam 20 Fév 2016 - 10:18

@Elyas a écrit:
@corailc a écrit:Curriculaire c'est différent du spiralaire mais nos formateurs espé ne nous ont pas dit en quoi.

Curriculaire, c'est qu'on te donne tous les objectifs d'un cycle et à toi de les répartir sur le cycle pour que ce soit acquis. En gros, c'est construire une programmation des connaissances et une progressivité d'acquisition des savoir-faire non plus sur un an mais sur trois ans.

Le spiralaire est le fait de voir des choses régulièrement mais de façon de plus en plus ample et complexe. Cela concerne principalement les notions. Selon les disciplines, c'est plus ou moins adapté. Par exemple, en histoire, la notion d'Empire peut être vue simplement en 6e, revue et approfondie en 5e et encore en 4e de façon plus complexe pour aboutir en 3e. En lettre, ça pourrait être un travail sur le héros en littérature. Bref, c'est voir une notion plusieurs fois et à chaque fois de façon plus complexes pour l'explorer sous toutes ses facettes.

La vraie nouveauté introduite de façon un peu violente est le curriculaire (et encore pas partout). Le spiralaire existe depuis toujours, c'est juste qu'on a mis un mot issu du langage universitaire des sciences de l'éducation sur cette pratique.

Par chez nous, c'est parti : premières réunions avec les PE pour se répartir les parties de programmes qui se feront en cm1-cm2-6ème. Premiers enseignements : un établissement A et son bassin d'écoles primaires fera ses propres choix, sûrement très différents d'un établissement B et son bassin d'écoles, sûrement très différents d'un établissement C... Bref, le collège en kit.
Je rebondis surtout sur la partie 'à toi de les répartir pour que ce soit acquis', là, ça tient du contresens, on se fiche de savoir si les élèves vont acquérir ou pas des choses, on a juste entamé une réforme de l'évaluation et du brevet qui permettra de masquer un peu plus la réalité.
Regardons bien les choses : rien de rien de rien n'est fait pour les élèves en difficulté, aucune réelle formation à l'AP n'est proposée (alors que la circulaire le dit), aucun outil n'est non plus mis en place, aucune réelle politique volontariste du traitement de l'échec scolaire dans son ensemble n'est instaurée. C'est pourtant là qu'il y a tant de choses à faire.
Le curriculaire ne va certainement pas répondre à cette problématique de l'acquisition des connaissances, cela permettra simplement de dire : "Ce n'est pas acquis en cm1? il le reverra en cm2; ce n'est pas acquis en cm2? Il le reverra en 6ème, qui est la dernière année du cycle.", et cela permet aussi d'intégrer les élèves Segpa-Ulis beaucoup plus facilement dans les classes générales (niant de fait tout le travail et les compétences des maîtres spécialisés, niant aussi la particularité de tous ces gamins qui, de plus en plus, se voient refuser des places en Itep soit dit en passant).
Il suffit aussi d'ouvrir les yeux, cette réforme n'a rien de pédagogique, c'est un immense plan social; les établissements tentent tant bien que mal de sauver quelques postes ou éviter des compléments de service.
Le spiralaire ne vaut que si les élèves ont de bonnes bases et des programmes chronologiques en béton, sinon, c'est encore une fois une lubie d'universitaire déconnectée de la réalité, il suffit de lire les thèmes des programmes de français pour s'en convaincre, enfin, c'est mon point de vue.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Thalia de G le Sam 20 Fév 2016 - 10:23

Sujet issu de la scission de ce topic http://www.neoprofs.org/t96527-temoignages-sur-la-formation-a-la-reforme-du-college-recension

Spoiler:
Merci Luigi de l'avoir signalé

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Elyas le Sam 20 Fév 2016 - 10:38

Juste une remarque, je ne faisais que répondre à une question demandant une définition. Rien d'autre. Pour le héros, je ne suis pas prof de lettres, j'ai du mal à trouver des exemples pertinents quand ce n'est pas ma discipline. Ensuite, pour le c'est sur 3 ans, je n'en sais pas plus mais en même temps, le curriculaire entre dans une periode longue au-delà d'un an. En France, on a une logique de cycle sur trois ans. Je ne peux pas inventer d'autres éléments d'explication pour faire plaisir. Ce serait malhonnête. En plus, en HG, le curriculaire est sur les compétences, pas sur les connaissances, champ qui reste annualisé.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par JPhMM le Sam 20 Fév 2016 - 11:02

@Honchamp a écrit:Curriculaire, c'est le nouveau nom du spiralaire ?
Curriculum et curriculaire sont aussi des conceptions moyenâgeuses de l'éducation. On parle de Curriculum en enseignement déjà au XIVe Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Cath le Sam 20 Fév 2016 - 11:09

Mais c'est quoi cette logique de cycle sur trois ans ?
Le primaire, c'est 5 ans, le collège, 4 ans...
D'où sort cette idée de 3 ans ?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Roumégueur Ier le Sam 20 Fév 2016 - 11:13

@Cath a écrit:Mais c'est quoi cette logique de cycle sur trois ans ?
Le primaire, c'est 5 ans, le collège, 4 ans...
D'où sort cette idée de 3 ans ?

Je ne sais pas d'où ça sort, cela a juste permis de faire un cycle à cheval sur le primaire-secondaire, et cela a "l'avantage" de tout segmenter en 3 (3-3-3), un gars a dû se dire 'Eh, regardez, 9 années d'étude divisées par 3, ça fait 3 : on fait des cycles de 3 ans? Go!".
Y a-t-il une explication plus rationnelle, étayée par des études précises qui ont montré l'utilité de cette organisation, mystère et boule de gomme.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par JPhMM le Sam 20 Fév 2016 - 11:16

Union de la monade et de la dyade, il est nombre de la relation de l'être au monde et à l'esprit. Spiritus, anima, corpus, en trois ans le disciple deviendra trois fois maître, trismégiste.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Cath le Sam 20 Fév 2016 - 11:18

@Roumégueur Ier a écrit:
@Cath a écrit:Mais c'est quoi cette logique de cycle sur trois ans ?
Le primaire, c'est 5 ans, le collège, 4 ans...
D'où sort cette idée de 3 ans ?

Je ne sais pas d'où ça sort, cela a juste permis de faire un cycle à cheval sur le primaire-secondaire, et cela a "l'avantage" de tout segmenter en 3 (3-3-3), un gars a dû se dire 'Eh, regardez, 9 années d'étude divisées par 3, ça fait 3 : on fait des cycles de 3 ans? Go!".
Y a-t-il une explication plus rationnelle, étayée par des études précises qui ont montré l'utilité de cette organisation, mystère et boule de gomme.
C'est comme le déficit de 3%, alors...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Caspar Goodwood le Sam 20 Fév 2016 - 11:19

@Roumégueur Ier a écrit:
@Cath a écrit:Mais c'est quoi cette logique de cycle sur trois ans ?
Le primaire, c'est 5 ans, le collège, 4 ans...
D'où sort cette idée de 3 ans ?

Je ne sais pas d'où ça sort, cela a juste permis de faire un cycle à cheval sur le primaire-secondaire, et cela a "l'avantage" de tout segmenter en 3 (3-3-3), un gars a dû se dire 'Eh, regardez, 9 années d'étude divisées par 3, ça fait 3 : on fait des cycles de 3 ans? Go!".
Y a-t-il une explication plus rationnelle, étayée par des études précises qui ont montré l'utilité de cette organisation, mystère et boule de gomme.


topela

Elyas, tu dis "En France, on a une logique de cycles sur trois ans" comme si c'était une évidence, une vérité éternelle mais cette logique n'a pas toujours existé (il me semble que je suis assez vieux pour avoir connu une période sans cycles autres que école/collège/lycée) et de toute façon cette logique de cycle m'a toujours paru très abstraite. La classe de Troisième constituait un "cycle" à elle seule par exemple, ce qui me semblait bizarre.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par JPhMM le Sam 20 Fév 2016 - 11:21

Appeler cycle un truc qui n'est pas circulaire, c'est déjà très con en soi.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Carnyx le Sam 20 Fév 2016 - 11:27

@JPhMM a écrit:Appeler cycle un truc qui n'est pas circulaire, c'est déjà très con en soi.
Oui mais ça te pose un pédagogue !

Air connu :
Curriculì, curriculà !


_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par VanGogh59 le Sam 20 Fév 2016 - 11:28

Les 3 ans.... L'influence stalinienne des pédagogistes de la rue de Grenelle certainement. Ils imposent la collectivisation des tâches avec les EPI et le travail en ilôt comme Staline avait imposé la collectivisation des terres, le mépris pour les élites comme on crachait sur les koulaks et la planification de l'éducation comme celle qu'on impose dans les années 1930 en URSS dans l'économie (à part que le plan était quinquennal à l'époque, on l'a raccourci de 2 ans). Ils auraient du se remémorer que le résultat de cette politique a été une des famines les plus terribles de l'Histoire... Rolling Eyes

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde

VanGogh59
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Caspar Goodwood le Sam 20 Fév 2016 - 11:28

@JPhMM a écrit:Appeler cycle un truc qui n'est pas circulaire, c'est déjà très con en soi.


Par forcément circulaire puisqu'on peut parler de cycle romanesque par exemple, mais dans "cycle" il y a l'idée de série ou de séquence, qu'un seul niveau constitue un cycle est une absurdité selon moi.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur le spiralaire et le curriculaire

Message par Caspar Goodwood le Sam 20 Fév 2016 - 11:31

@VanGogh59 a écrit:Les 3 ans.... L'influence stalinienne des pédagogistes de la rue de Grenelle certainement. Ils imposent la collectivisation des tâches avec les EPI et le travail en ilôt comme Staline avait imposé la collectivisation des terres, le mépris pour les élites comme on crachait sur les koulaks et la planification de l'éducation comme celle qu'on impose dans les années 1930 en URSS dans l'économie (à part que le plan était quinquennal à l'époque, on l'a raccourci de 2 ans). Ils auraient du se remémorer que le résultat de cette politique a été une des famines les plus terribles de l'Histoire... Rolling Eyes



Il y a de ça effectivement, j'ai toujours trouvé que l'EN avait un fonctionnement assez soviétique. Et il y a un côté "Révolution culturelle" ou Khmers Rouges dans les idées véhiculées par le réforme (j'exagère un peu évidemment): "Puisque tout le monde ne peut pas faire de latin, eh bien personne n'en fera."

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum